Dominique Delouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delouche.

Dominique Delouche (né en 1931 à Paris) est un réalisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études aux Beaux-Arts et une formation musicale (piano et chant classique), Dominique Delouche rencontre Federico Fellini dont il devient l'assistant pour trois films : Il Bidone, Les Nuits de Cabiria et La Dolce Vita.

De 1960 à 1967, il produit et réalise des courts métrages. Il passe ensuite à la réalisation de longs métrages : Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (1968, sélection officielle du Festival de Cannes 1968), L'Homme de désir (1971, prix Max Ophüls) et Divine (1975) avec Danielle Darrieux. Il met aussi en scène, crée des décors et des costumes pour l'Opéra de Paris et le Festival d'Aix-en-Provence : Werther, Le Roi malgré lui (1978), Didon et Énée (1972) .

En 1970, il monte et filme pour la télévision française l'opéra « La Voix humaine » (texte de Cocteau et musique de Poulenc ; dir. Georges Prêtre), l'actrice étant la créatrice du rôle en 1959, la cantatrice Denise Duval, avec qui il filmera en 1998 une leçon d'interprétation de cette même « Voix humaine », « Denise Duval, ou la Voix retrouvée ».

À partir de 1980, Dominique Delouche se consacre aux films sur la danse, avec comme optique la transmission du savoir des plus grandes figures du ballet du XXe siècle[1].

En 2008, la Lincoln Center Film Society a consacré à Dominique Delouche un hommage pour « l'ensemble de son œuvre ».

Il est Chevalier dans l'Ordre des Arts et Lettres.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Corps glorieux, La Renaissance du Livre, 1995.
  • Mes felliniennes années, PAS éditions, 1998.
  • Violette Verdy, éditions CND, 1999.
  • Max & Danielle : Les années Darrieux de Max Ophuls, La Tour verte, 2011.
  • Giulietta Masina, la muse de Fellini, en coll. avec Zoé Valdés et Jean-Max Méjean, La Tour Verte, 2013.
  • Visconti. Le prince travesti, Hermann, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ces films ont été édités en DVD sous le label Doriane

Liens externes[modifier | modifier le code]