Maurice Gendron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gendron.

Maurice Gendron

Naissance
Nice, Drapeau de la France France
Décès
Grez-sur-Loing, Drapeau de la France France
Activité principale Violoncelliste

Maurice Gendron (26 décembre 1920 près de Nice - 20 août 1990) est un violoncelliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Gendron nait dans une famille pauvre, d'une mère violoniste dans l'orchestre du théâtre et d'un père qui les abandonna tôt. Maurice reçoit ses premières leçons de violon à quatre ans, mais sans en retirer grand plaisir. Il passe dès cinq ans au violoncelle et en retire une bien plus grande satisfaction.

Son premier professeur, Stéphane Odero, l'emmène à dix ans écouter Emanuel Feuermann ; il en est ému aux larmes. Il rencontre son idole, prend des leçons quand cela est possible, mais il ne peut se permettre d'aller à Vienne, Zurich ou New York. Il obtient son premier prix du conservatoire de Nice à 14 ans, en 1934, et trois ans plus tard part étudier au conservatoire de Paris avec Gérard Hekking.

Sa santé fragile le fait réformer pour la Seconde Guerre mondiale. Refusant de jouer pour les Allemands, il s'engage dans la résistance. Après la guerre, il fait ses débuts à Londres au Wigmore Hall le 2 décembre 1945, accompagné par Benjamin Britten dans des sonates de Gabriel Fauré et Claude Debussy.

En décembre 1945, il crée en Europe le premier concerto pour violoncelle de Sergueï Prokofiev avec le London Philharmonic sous la direction de Walter Susskind, et en garde pendant trois ans l'exclusivité. Plus tard, Gendron s'en souviendra en plaisantant : « C'est ainsi que j'ai commencé ma carrière : personne ne voulait entendre Maurice Gendron, mais tout le monde voulait entendre Prokofiev ! ».

Son amitié avec Britten sera l'occasion d'une douloureuse désillusion : le compositeur abandonne un projet qu'il dédiait à Gendron après avoir trouvé en Mstislav Rostropovitch son âme sœur.

Pour ses débuts à New York, il choisit un hommage à Emanuel Feuermann, décédé durant la guerre, et interprète le concerto de Dvořák, et celui en ré majeur de Haydn.

Il forme un trio avec Yehudi Menuhin et Hephzibah Menuhin qui durera 25 ans.

En 1970, il devient professeur au conservatoire de Paris.

Il est alors victime d'un grave accident de voiture qui meurtrit son épaule, mais en 1985 il est de retour à Londres pour un concert commémorant le quarantième anniversaire de ses débuts. Il décède le 20 août 1990.

Il est le père du comédien François-Eric Gendron.