Opération Ezra et Néhémie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

De 1950 à 1952, l'opération Ezra et Néhémie a permis d'emmener la quasi-totalité des Juifs d'Irak vers l'État d'Israël nouvellement indépendant. Plus de 110 000 personnes émigrèrent en Israël en passant d'abord par Chypre pour les premiers temps puis en allant directement vers Israël. En 1968, seulement 2 000 Juifs vivaient encore en Irak. Ils ne sont plus que 100 environ aujourd'hui à Bagdad.

Contexte[modifier | modifier le code]

Pont aérien[modifier | modifier le code]

Bilan[modifier | modifier le code]

Après la première émigration, le nombre de Juifs dans Bagdad décrut de 100 000 à 77 000. En 1968, il y avait environ seulement 2 000 Juifs y habitant encore. Au moment de la création de l'État d'Israël, des centaines de jeunes furent arrêtés, accusés d'activités sionistes ainsi que deux responsables sionistes qui furent pendus publiquement à Bagdad. Le 27 janvier 1969, neuf autres Juifs furent pendus, accusés d'espionage au profit d'Israël. Aujourd'hui, il reste moins de 100 Juifs, tous vieux et habitant Bagdad. Avant l'opération Ezra et Néhémie, il y avait 28 institutions scolaires juives à Bagdad, 16 d'entre elles étaient sous la supervision du comité de la communauté, et le reste avait un fonctionnement privé. Le nombre d'élèves atteignit 12 000, et beaucoup d'autres faisaient des études dans des écoles gouvernementales ou étrangères. Environ 400 autres étudiants étudiaient la médecine, le droit, l'économie, la pharmacie, ou faisaient des études d'ingénieur. En 1951 l'école juive pour aveugles fut fermée ; c'était la seule école de ce type à Bagdad. Les Juifs de Bagdad, avaient deux hôpitaux dans lesquels les pauvres recevaient des soins gratuits, et divers services philantropiques. Des 60 synagogues en 1950, il n'en restait que 7 après 1970.

Références[modifier | modifier le code]