Asefat ha-nivharim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Asefat ha-nivharim ((he)אספת הנבחרים) était une assemblée représentative élue des Juifs de la Palestine mandataire (Yichouv) sous le mandat britannique, fondée en 1920.

Il s'agissait d'une émanation des organisations politiques juives et non d'une assemblée créée par la puissance mandataire. Cette dernière avait pour interlocuteur privilégié l'Agence juive.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les premières élections ont eu lieu en 1920. Tous les juifs de Palestine pouvaient voter et de grands débats eurent lieu lors de la création de l’assemblée, notamment quant au droit de vote des femmes. Celui-ci était refusé par une partie des religieux, avec entre autres arguments le fait que même la République française laïque ne leur donnait pas ce droit. Lors des élections de 1920, en fin de compte, les femmes purent voter.

Un système de « curies » fut par ailleurs instauré pour assurer la représentation distincte des ashkénazes, des sépharades et des Juifs Yéménites, ces deux dernières catégories ayant d'ailleurs encore été représentées par des organisations spécifiques dans les premières Knesset après la création de l'État d'Israël.

En pratique, Asefat ha-nivharim n'aura pas de forte influence. Ses élections servaient surtout à peser l'influence des différents courants politiques sionistes, mais participeront aussi à la création d'une culture politique pluraliste.

D'autres institutions sionistes auront une influence plus déterminante dans la vie du Yichouv de la Palestine mandataire : l'Agence juive, surtout, mais aussi la Histadrout.

L'exécutif issu de Asefat ha-nivharim était le Va'ad Le'ummi (Conseil national).

Création des partis politiques sionistes, l'assemblée sera reconnue par les Britanniques en juillet 1927, lorsque ceux-ci reconnaissent une seule communauté juive intégrée, la Knesset-Israël, dotée d'organes politiques propres.

Les élections avaient lieu à la proportionnelle intégrale, un système qui est à quelques détails près encore en vigueur pour l'actuel parlement Israélien (Knesset).

Courants politiques[modifier | modifier le code]

Quatre grands courants se partagent le Yichouv :

  • La gauche socialiste : partagée entre les travaillistes du Mapaï, parti créé en 1930 par la fusion des courants socialistes « réformistes », et deux partis d'extrême-gauche : l'Hachomer Hatzaïr et le Poale Sion Smole. Ces deux derniers partis se réuniront à leur tour en 1948 pour créer le Mapam.
La gauche ne cesse de se renforcer au cours des années 1920, et devient nettement dominante au début des années 1930.
Le syndicat Histadrout, possesseur d'une grande partie de l'appareil économique, lui sert aussi de relais.
  • Au centre droit, on trouve le parti des Sionistes généraux, nationalistes modérés et libéraux, alliés à la gauche travailliste.
  • droite, on trouve le Parti révisionniste, beaucoup plus nationaliste, et véritable matrice de l'actuel Likoud. Très hostile à la gauche, le Parti révisionniste finira par quitter les institutions sionistes en 1935 (dominées par la gauche en alliance avec les sionistes généraux). Il refusera de participer aux élections de 1944.
  • Les sionistes religieux se divisent entre Mizrahi (religieux conservateurs) et Hapo'el Hamizrachi (religieux « sociaux », influencés par les idées de gauche).

Pour mémoire, on peut enfin citer les ultra-orthodoxes non-sionistes de l'Agoudat Israël et du Poale Agoudat Israël (ce dernier étant plus nationaliste et plus influencé par les doctrines « sociales »). Les ultra-orthodoxes n'acceptent pas de voter à l'assemblée, bien qu'ils participent de façon limitée aux institutions sionistes à partir de 1929.

Élections[modifier | modifier le code]

Il y a eu 4 élections :

  • en 1920, il y eut 20 listes, 22 200 votants et 314 élus ;
  • en 1925, il y eut 26 listes, 36 437 votants et 221 élus ;
  • en 1931, il y eut 12 listes, 50 436 votants et 71 élus (la gauche, la droite et le centre et les religieux sionistes recueillent respectivement 42,3 % 32,4 % et 7 % des suffrages) ;
  • en 1944, il y eut 18 listes, 202 448 votants et 171 élus. Ces élections furent boycottées par les sionistes révisionnistes (droite nationaliste).

Il n'y aura pas d'élections dans les années 1930, à cause de la « Grande révolte arabe », et il n'y en aura pas non plus pendant la Seconde Guerre mondiale.

La fin de l'assemblée[modifier | modifier le code]

Après la création de l'État d'Israël, en 1948, l'actuel parlement israélien, la Knesset, est établi. Ses premières élections auront lieu en 1949. La Knesset apparaît comme le successeur de Asefat ha-nivharim et y met fin.

Lien externe[modifier | modifier le code]