Opération Salomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'opération Salomon (hébreu : מבצע שלמה, Mivtsa Shlomo), qui commence le 24 mai 1991, a permis l'évacuation 14 400 Juifs éthiopiens en Israël en l'espace de 33 heures[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1991, le régime éthiopien est déstabilisé par des rebelles[2]. Plusieurs organisations juives ainsi que l'État d'Israël sont alors préoccupés par le sort des importantes communautés de Falashas ou Beta Israel qui vivaient en Éthiopie et dont l'émigration de masse pourtant voulue par ces populations était rendue difficile jusque-là par le régime de Mengistu Haile Mariam. L'affaiblissement de ce dernier est une occasion pour permettre l'Aliyah des Juifs d'Éthiopie selon un plan déjà imaginé depuis 1990[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Cette opération a demandé un an de préparation, parmi les nombreuses étapes avant l'émigration de ces Juifs d'Éthiopie, il a d'abord fallu réunir cette population répartie dans de nombreux villages éloignés de la capitale. Un terrain a été aménagé près de l'ambassade d'Israël. La plus grande école juive du monde a été créée sur ce terrain et a ouvert ses portes à près de 5 000 élèves pour commencer leur intégration. La situation politique se dégradait en Éthiopie et le gouvernement était en passe d'être renversé, pendant ce temps là, à New York, des négociations avaient lieu entre les représentants de l'État d'Israël et les représentants éthiopiens. Conformément à la tradition des textes bibliques : « Tu rachèteras ton frère juif... », le gouvernement éthiopien a donc monnayé leur sortie. Les représentants israéliens ont réuni, au pied levé, les dirigeants des associations juives américaines en leur soumettant cette problématique[3].

Militairement, l'opération est menée par l'armée israélienne comportant de nombreux soldats originaires d'Éthiopie. Arrivés en Israël lors d'opérations précédentes, ils seront les premiers à débarquer à l'aéroport d'Addis-Abeba, ce dernier passant sous contrôle israélien durant toute l'opération. Les Juifs sont transportés en car jusqu'à l’aéroport et protégés par l'armée qui empêche les éthiopiens de fuir le régime. En 33 heures seulement, 35 avions de la compagnie israélienne El Al et des avions de transport militaire Hercules C-130 effectuent 41 allers-retours et transportent 14 400 personnes. Cette opération a établi le record du nombre de passagers transportés par un Boeing 747 en un vol, avec 1 222 passagers[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]