Port Hope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Port Hope
L'hôtel de ville
L'hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de l'Ontario Ontario
Région Golden Horseshoe
Comté ou équivalent Northumberland
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Linda Thompson
2007 - 2010
Démographie
Population 16 390 hab. (2006)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ N 78° 18′ O / 43.95, -78.343° 57′ Nord 78° 18′ Ouest / 43.95, -78.3  
Superficie 27 897 ha = 278,97 km2
Divers
Fuseau horaire UTC-5
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ontario

Voir la carte administrative d'Ontario
City locator 14.svg
Port Hope

Géolocalisation sur la carte : Ontario

Voir la carte topographique d'Ontario
City locator 14.svg
Port Hope
Liens
Site web http://www.porthope.ca/en/

Port Hope est une ville du sud de la province de l'Ontario au Canada ; située à environ 110 km à l'est de Toronto et 160 km à l'ouest de Kingston. Elle est située à l'embouchure de la rivière Ganaraska sur la rive nord du lac Ontario, à l'extrémité ouest du comté de Northumberland.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ganaraska était le nom attribué à la région par les indigènes de la région et le nom de la rivière qui traverse aujourd'hui la ville. Le nom provient de Ganaraske, le village sur lequel est aujourd'hui situé la ville. En 1793, les loyalistes de l'Empire britannique fondent la première colonie européenne permanente à Port Hope ; le village fut alors baptisé Smith's Creek[1], du nom d'un ancien commerçant de fourrures. Après la guerre de 1812, les colons britanniques étaient recherchés, et la ville fut rebaptisée en 1817 sous le nom de Port Hope, d'après le nom du canton de Hope dont elle faisait partie et qui avait été nommé en hommage au colonel Henry Hope, lieutenant-gouverneur du Québec[1]. En 1834, Port Hope reçut le statut de ville.

La croissance relativement lente entre 1880 et 1960 a laissé intacte une grande partie de son architecture d'origine. Le patrimoine est protégé et des comités et conseils sur la restauration et la préservation du architecturale ou historique des bâtiments importants ont été mis en place[2],[3]. Avec plus de 270 bâtiments patrimoniaux reconnus dans la municipalité de Port Hope, la part du budget municipal alloué à la conservation est plus importante que pour toute autre ville du Canada[4].

En 2001, la ville d'origine a fusionné avec celles du canton de Hope pour former la municipalité de Port Hope ; avant que la fusion n'ait lieu, la population au recensement de 2000 était de 11 718 tandis que le canton comptait 3 877 habitants.

Pointe Aux Barques près de Port Hope

Économie[modifier | modifier le code]

La gare de Port Hope est desservie par deux lignes de la compagnie ferroviaire nationale Via Rail Canada. La ville dispose d'un centre médical, d'une clinique, et d'un centre de santé communautaire. Elle avait son propre quotidien depuis 1878, le Port Hope Evening Guide, appartenant au groupe Osprey Media, et qui en 2009 est devenu le Northumberland Today.com. Le plan stratégique de la ville a axé son développement de telle sorte à accroître la croissance de l'emploi au moins aussi rapidement que la croissance démographique.

Port Hope abrite actuellement le plus grand volume historique de déchets faiblement radioactifs[5] au Canada. Ces déchets ont été créés par Eldorado Mining and Refining Ltd. et ses prédécesseurs du secteur privé à la suite du processus de raffinage utilisé pour extraire le radium à partir du minerai d'uranium. De l'uranium est toujours produit pour les centrales nucléaires, désormais sous la propriété de Cameco[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Census Population
1841 1,200
1851 2,476
1871 5,114
1881 5,581
1891 5,042
1901 4,188
1911 5,092
1921 4,456
1931 4,723
1941 5,006
1951 6,548
1961 8,091
1971 8,872
1981 9,992
1991 11,505
2001 15,605
2006 16,390

Au recensement de 2006, Port Hope comptait 16 390 habitants, dont 12 356 dans la zone urbaine et 4 034 en zone rurale.
Les langues maternelles parlées se répartissaient comme suit[7] :

  • L'anglais comme première langue : 94,7 %
  • Le français comme première langue : 1,0 %
  • Autres langue que le français et l'anglais : 4,3 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]