1250 René-Lévesque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
1250 René-Lévesque
Image illustrative de l'article 1250 René-Lévesque
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Montréal
Adresse 1250 René-Lévesque
Coordonnées 45° 29′ 50″ N 73° 34′ 13″ O / 45.497323, -73.570381 ()45° 29′ 50″ Nord 73° 34′ 13″ Ouest / 45.497323, -73.570381 ()  
Histoire
Architecte(s) Kohn Pedersen Fox Associates
Construction 1992
Statut Construit
Usage(s) Bureaux
Architecture
Hauteur de l'antenne 230,4m
Hauteur du toit 199 m
Nombre d'étages 47
Superficie 95,237 m2
Nombre d'ascenseurs 28
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
1250 René-Lévesque

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
1250 René-Lévesque

Le 1250 René-Lévesque (aussi connu sous le nom de Tour IBM Marathon) est le deuxième plus haut gratte-ciel de Montréal. Il mesure 199 mètres et il atteint 230,4 m avec son antenne. Il possède 47 étages et fut construit entre 1988 et 1992 par la firme d'architectes Kohn Pedersen Fox Associates (KPF).

Cet édifice, doté d'un design architectural néo-moderne[1], abrite des bureaux de grandes compagnies telles qu'IBM, Canix, R3D Conseil, Air liquide, PwC, Deutsche Bank, Hexavest etc. Un centre de restauration express ainsi que des salles de conférence luxueuses en font également partie.

Le 1250 René-Lévesque, qui porte le nom de son adresse (1250 boulevard René-Lévesque Ouest, près du métro Bonaventure) dans le quartier Ville-Marie, est jugé par certains comme le plus beau gratte-ciel de Montréal[2]. Il est présentement géré par Oxford Properties.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le 1250 René-Lévesque vu de la Place du Canada

L'architecture du 1250 René-Lévesque est inspirée d'un autre gratte-ciel de Kohn Pederson Fox, le Westendtower, à Francfort, Allemagne. Elle est en grande partie dictée par la position de l'immeuble, situé sur le flanc ouest du centre-ville. Sa structure forme une « frontière » entre le secteur commercial du centre-ville et la zone plutôt résidentielle de la périphérie ouest. Comme pour son homologue de Francfort, l'emphase a été mise sur les façades est et ouest qui ont des apparences complémentaires à l'espace urbain auquel elles font face.

De style moderne, la façade ouest face au secteur essentiellement résidentiel, est composée d'un mur de granite couvert de fenêtres carrées sur fonds irréguliers créant l'apparence de dalles superposées. À l'opposé, de style postmoderniste, la façade est, face au secteur commercial, est dominée par un mur-rideau extrêmement courbé, ce qui crée un effet de suspension qui donne une impression de légèreté à la structure. Le mur nord s'amenuise en une série de motifs permettant à l'édifice de garder son échelle humaine au niveau de la rue.

Le centre-ville de Montréal s'étend aujourd'hui au-delà de la limite visuelle créée par l'édifice, notamment avec les deux tours (plus petites) de la Cité du commerce électronique, construites au 1350 et 1360 du boulevard et créant un « effet escalier » dans le panorama urbain.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Rémillard et Brian Merrett, L'architecture à Montréal : Guide des styles et des bâtiments, Montréal, Café Crème,‎ 2007, 240 p. (ISBN 2-92364400-X), p. 213
  2. http://www.imtl.org/edifices/IBM-Marathon.php

Sur les autres projets Wikimedia :