Saxophone ténor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saxophone ténor

Le saxophone ténor est membre du registre medium de la famille des saxophones. Cet instrument est en si\flat, mais peut aussi exister en ut. Dans ce cas, l'instrument s'appelle le saxophone C-mélody (cet instrument a un son légèrement différent des saxophones en si\flat, et est souvent considéré comme un autre instrument). C'est l'instrument qui est considéré comme l'emblème typique du jazz.

Tessiture du saxophone ténor en son réel

Le saxophone ténor est généralement composé de laiton mais peut-être aussi en plastique. Les dimensions du saxophone ténor sont d’environ 79 cm de haut et de 1,40 m déroulé. Le saxophone ténor fait partie de la famille d’instruments inventés en 1840 à Bruxelles par le facteur d’instruments belge Adolphe Sax (1814-1894). On peut le classer dans la famille des aérophones car le son est produit par la vibration d’une colonne d'air.

Saxophone ténor

La tessiture du saxophone ténor va du la\flat sur le bas de la clé de fa jusqu'au mi\flat en haut de la clé de sol, mais elles sont écrites comme le si\flat grave (sous la portée de clé de sol) au fa aigu (au-dessus de la même portée) à cause de sa transposition d'une neuvième (si\flat). Sa tessiture correspond donc à environ deux octaves et demie, soit plus exactement 32 notes théoriques puisque les notes en suraigu sont très faciles sur le saxophone ténor et beaucoup de musiciens de jazz (ainsi que de nombreux musiciens classiques) sont capables de monter une octave au-dessus du registre normal.

De par sa sonorité puissante et expressive, le saxophone ténor est très utilisé dans la musique jazz, blues, funk, rhythm and blues, rock et pop, mais aussi dans les quatuors de saxophones classiques, et également dans les orchestres d'harmonie.

Le morceau le plus connu du saxophone ténor est sans nul doute le célèbre solo qu’il interprète dans le thème de la musique du film « La Panthère Rose » ou « The Pink Panther », composée par Henry Mancini. Pour sa sortie en 1963 aux États-Unis, Blake Edwards voulait un thème à la fois chaud et qui swingue. Henry Mancini a donc l’idée du saxophone ténor et c’est Plas Johnson qui interprétera le thème devenu entre-temps aussi célèbre que les films.

Histoire du saxophone ténor[modifier | modifier le code]

L'inventeur Adolphe Sax[modifier | modifier le code]

Le saxophone ténor fait partie de la famille d’instruments inventés en 1840 à Bruxelles par le facteur d’instruments belge Adolphe Sax (1814-1894). Le saxophone baryton fut le premier des saxophones ; le saxophone ténor arriva immédiatement après et s'imposa rapidement comme l'un des saxophones les mieux conçus par Adolphe Sax.

Le roi du jazz[modifier | modifier le code]

Jazz band de 5 musiciens de Louisiane sur le haut d'un toit en 1919, le groupe ne met en avant qu'un seul instrument par le musicien central, le saxophone ténor

Alors que l'alto domine largement le répertoire « classique », le ténor s'affirme plus nettement dans le domaine savant contemporain, le jazz et la musique populaire du XXe siècle. Plutôt rare dans le premier Jazz Nouvelle-Orléans, le saxophone, alors présent dans les orchestres de danse et le brass band, se généralise à partir de 1917 quand le jazz se développe vers les grandes villes du Nord et de l'Est. Bénéficiant de l'engouement du public, il détrône peu à peu la clarinette dans les ensembles avant d'égaler, puis de supplanter la trompette dans le jeu soliste. Devenu l'instrument roi du jazz des années 1950, le saxophone ténor en demeure, jusqu'à nos jours, l'un des principaux emblèmes.

L'extension rapide dans les autres genres musicaux[modifier | modifier le code]

Bob Franceschini jouant du saxophone ténor accompagné de Dave Weckl à la batterie

Le saxophone ténor a une place non négligeable dans la soul, le rhythm and blues, le rock, la pop... Il est très apprécié en raison des multiples jeux sonores qu'il est capable de produire et du fait de sa sonorité qui a tendance à se rapprocher du chanteur ou de la guitare, à laquelle il peut parfois se substituer.

Anatomie du saxophone ténor[modifier | modifier le code]

Le bec[modifier | modifier le code]

Le saxophone possède un bec à anche (roseau) ligaturée et dont la tension est réglée au moyen d'une ou deux vis. Le bec du saxophone a été modifié par rapport à celui de la clarinette pour produire un son plus brillant et plus pénétrant. La qualité du son de l'instrument dépend en partie du bec, s'il est en ébonite ou en métal, ou encore plus rarement en bois, en plastique ou en verre. Sa forme a également une influence sur le son, et peut plus ou moins concorder avec le saxophone utilisé. Chaque saxophoniste à en ensemble bec/anche/ligature/saxophone adapté qui lui est propre, selon le son qu'il veut obtenir, le genre musical joué, et son anatomie personnelle, il choisit chacun de ces éléments avec attention en fonction de son feeling avec son matériel.

Becs de saxophone ténor avec couvre bec, ligatures et anches. En ébonite à gauche, métal à droite

L'anche[modifier | modifier le code]

L'anche est généralement en roseau, mais peut aussi être en matière synthétique, ce qui allonge considérablement sa durée de vie, mais diminue la qualité de son. Ce type d'anche est plutôt utilisé au sein d'orchestre afin de ne pas "gâcher" une anche classique, relativement onéreuse (environ 20€ pour 5 anches, généralement usée après quelques semaines). Elle est aussi un facteur déterminant de la qualité du son, selon sa coupe et sa force (flexibilité). L'anche du saxophone est dite une anche simple battante, comme celle de la clarinette. Chaque type de saxophone possède une taille d'anche spécifique. Toutefois, les saxophonistes se distinguent tout autant, sinon davantage, par leur embouchure ou pince, c'est-à-dire la nature et la puissance de la pression exercée au niveau de l'anche par la mâchoire inférieure. Le volume donné à la cavité buccale, le soutien apporté à la respiration ou la sollicitation des muscles faciaux contribuent également à façonner le son produit. Les exemples d'instrumentistes ayant toujours le même son avec des matériels différents (saxophone-bec-anche)sont nombreux.

Anches simples de saxophones alto et ténor.

La ligature[modifier | modifier le code]

Pour le saxophone ténor, ou les instruments utilisant l'anche simple battante, la ligature est un organe servant à maintenir l'anche sur le bec. On trouve généralement des ligatures souples en cuir, en métal, ou en matière plastique.

Le bocal[modifier | modifier le code]

Bocal de saxophone ténor

C'est la partie la plus en hauteur de l'instrument et qui permet de relier le bec au corps. Meilleure est la finition du bocal, meilleurs sont le son et la réponse.

Le corps ou le tuyau principal[modifier | modifier le code]

C’est un tuyau conique s’évasant en pavillon qui permet à l’air projeté par le musicien de circuler dans l’ensemble de l’instrument ou à défaut jusqu’à la note voulue. La qualité du spectre sonore et la fréquence (donc la hauteur) des sons entendus dépendent de la longueur totale du tuyau. Pour la modifier, de nombreux trous de registre (appelés cheminées) sont percés le long du corps de l'instrument, obturés par des tampons étanches eux-mêmes actionnés par des clés, leviers ou spatules. Des tiges de correspondance commandant l'ouverture ou la fermeture simultanée de plusieurs trous complètent ce mécanisme d'une exceptionnelle ingéniosité, permettant non seulement l'obtention de toutes les notes de la gamme tempérée mais également leur succession selon des doigtés physiquement satisfaisants.

Le système de tringles[modifier | modifier le code]

Les trous du pavillon sont hors de portée des doigts, c’est pourquoi ils sont reliés par un système de tringles aux clés qui les actionnent pour jouer les notes graves.

Tuyau principal et pavillon de saxophone ténor en bronze phosphoreux

Les clés[modifier | modifier le code]

Chaque trou est serti d’un anneau (cheminée) sur lequel repose la clé. L’emplacement des doigts sur les clés est marqué sur ce saxophone par un bouton, originalement de nacre, mais en matière synthétique sur les instruments récents. La clé d’octave est celle qui permet d’atteindre les notes plus aigües.

Le repose pouce et l’anneau de courroie[modifier | modifier le code]

Le saxophone ténor est soutenu légèrement par le pouce placé sous le support (qui peut-être moulé) et surtout par une courroie passée autour du cou ainsi qu’accrochée à l’anneau de courroie afin d’alléger et de stabiliser le poids de l’instrument pour le musicien.

La clé d'otave[modifier | modifier le code]

Elle a pour fonction de faciliter le jeu et d'améliorer le confort.

L’entretoise[modifier | modifier le code]

Pavillon de saxophone ténor

L'entretoise permet de solidifier l'attachement entre le tuyau principal et le pavillon.

Le garde des clés[modifier | modifier le code]

Le garde-clés comporte souvent des butoirs à vis réglables.

La culasse[modifier | modifier le code]

Le pavillon[modifier | modifier le code]

Le pavillon du saxophone ténor est légèrement recourbé pour favoriser la projection du son. Les trous sur le pavillon produisent les notes graves et sont bouchés par des clés situées sur le tuyau principal.

Répertoire classique[modifier | modifier le code]

Musique d'orchestre[modifier | modifier le code]

Dexter Gordon jouant du saxophone ténor en live à Amsterdam en 1980

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • « Sonate » de Percy Grainger pour saxophone ténor et piano
  • « Trio » de Paul Hindemith pour alto, saxophone ténor et piano
  • « Quartett, op. 22 » d'Anton Webern pour violon, clarinette, saxophone ténor et piano
  • « Neuf historiettes de Tallemant des Réaux » de Jean Françaix pour voix de baryton, saxophone ténor et piano, la dernière œuvre du compositeur

Répertoire solo[modifier | modifier le code]

Michael Brecker jouant du saxophone ténor

Musique concertante[modifier | modifier le code]

  • « Ballade » de Frank Martin pour saxophone ténor et orchestre (1940)
  • « Chant premier » de Marcel Mihalovici pour saxophone ténor et orchestre (1973)
  • « Hot » de Franco Donatoni pour sax ténor (et sopranino) et 6 instruments (1989)
  • « Diversions » de Morton Gould pour sax ténor et orchestre (1990)
  • « Concertino pour saxophone ténor et octuor de violoncelles » de Gian Paolo Chiti (1992)
  • « Deux mouvements » de Sophie Lacaze pour saxophone ténor et orchestre (2006)

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Le célèbre thème de la musique du film « La Panthère Rose » ou « The Pink Panther » de Henry Mancini. Pour sa sortie en 1963 aux États-Unis, Blake Edwards voulait un thème à la fois chaud et qui swingue. Le compositeur Henry Mancini a donc l’idée du saxophone ténor et c’est Plas Johnson qui interprétera le thème devenu entre-temps aussi célèbre que les films.
  • Le générique de Hercule Poirot (série télévisée). Le solo du saxophone ténor y apporte une ambiance un peu « chaude » et très feutrée, très caractéristique de la fin des années 1930 et des personnages de la haute société dont il est question dans la série. Le thème du générique y est d'ailleurs repris par bribes tout au long du déroulement de la série, accompagné par la clarinette, mettant ainsi en évidence l'ambiance de la bourgeoisie anglaise de l'époque. Le saxophone ténor est ainsi l'instrument le plus apte à recréer l'ambiance décrite dans les célèbres romans d'Agatha Christie, concernant son héros fictif favori du grand public, Hercule Poirot.

On retrouve de nombreux films et séries télévisées où l'on entend souvent du saxophone ténor en musique d'ambiance, notamment dans les scènes des bars ou des salons feutrés avec l'orchestre de jazz.

Jazz, blues[modifier | modifier le code]

Sonny Rollins jouant du saxophone ténor
  • « Via con me » de Paolo Conte. Cette célèbre chanson de variété jazz italienne contient dans sa version la plus connue un solo au saxophone ténor juste après le second refrain.
Extrait (12 secondes) d'une interprétation de Coleman Hawkins de la pièce Honeysuckle Rose de Fats Waller (1934) au saxophone ténor

Il serait évidemment fastidieux de citer l'ensemble des œuvres pour saxophone ténor consacrées au jazz ou au blues, tant les morceaux en sont divers et nombreux (ce n'est pas pour rien que le saxophone ténor est l'emblème du jazz).

Néanmoins, parmi les joueurs de saxophone ténor connus, on signalera Coleman Hawkins, Ben Webster, Lester Young, Stan Getz, Johnny Griffin, Sonny Rollins, John Coltrane, Archie Shepp, Wayne Shorter, Dexter Gordon, Michael Brecker

La place qu'occupe le ténor au sein du grand orchestre de jazz (big-band) illustre bien sa prépondérance dans l'expression musicale improvisée. Paul Gonsalves, Frank Foster, Eddie "Lockjaw" Davis, Frank Wess, Stan Getz, Zoot Sims, Al Cohn, Arnett Cobb, Illinois Jacquet, Chu Berry, pour ne citer qu'eux, ont affirmé leur capacité au sein de tels orchestres à l'aide de cet instrument.

Soul[modifier | modifier le code]

  • « Hit the Road Jack » de Ray Charles. Cette célèbre chanson contient quatre notes descendantes jouées par le saxophone ténor et répétées un peu tout le long du morceau, en guise de réponse à Ray Charles et aux chanteuses accompagnatrices. La chanson débute d'ailleurs clairement par ces quatre notes descendantes jouées deux fois de suite.
  • « Unchain my heart » de Ray Charles. Le saxophone ténor est clairement identifiable à plusieurs reprises tout au long de ce morceau, plus souvent en tant que soliste qu'en tant qu'accompagnateur.

Rock, Pop[modifier | modifier le code]

On retrouve également des courts extraits au saxophone ténor dans de nombreuses chansons de rock, de pop et de variété.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Bill Clinton jouant du saxophone ténor en 1994, avec à ses côtés Boris Yeltsin


Sujets connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :