Cecil Taylor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cecil Taylor

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Cecil Taylor

Informations générales
Nom de naissance Cecil Percival Taylor
Naissance 15 mars 1929
New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Jazz, free jazz
Instruments Piano

Cecil Percival Taylor (né le 15 mars 1929) est un pianiste et poète américain. Il est connu pour être un des créateurs du free jazz avec Ornette Coleman.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait à New York le 15 mars 1929. Il apprend le piano à 6 ans. Sa mère, musicienne et danseuse meurt lorsqu'il a 12 ans. Il étudie au New York College of Music et au New England Conservatory. Après avoir joué dans des petits groupes de R&B et de swing dans les années 1950, il forme en 1956 son propre groupe avec le saxophoniste soprano Steve Lacy.

Durant les décennies 1950-1960, il peine à trouver du travail, malgré des œuvres marquantes comme Unit Structures et Nefertiti the Beautiful One Has Come et un album en duo avec John Coltrane Coltrane Time/Hard Drivin' Jazz.

Taylor joue et enregistre principalement avec le saxophoniste alto Jimmy Lyons, de 1961 jusqu'à la mort de Lyons en 1986, ainsi qu'avec les batteurs Sunny Murray et Andrew Cyrille.

Avec ce groupe, connu sous le nom de « The Unit », il développe de nouvelles formes d'interactions et de dialogues musicaux. À partir du début des années 1970, Taylor est loué par la critique. Il joue pour Jimmy Carter sur la pelouse de la Maison-Blanche et donne des cours comme artiste-résident dans des universités. Il est récompensé par un Guggenheim Fellowship en 1973 et recevra un MacArthur Genius Award en 1991.

Après la mort de Lyons, Taylor joue dans des formations variées. En solo, il sort Silent Tongues, Indent, For Olim, Garden, Erzulie Maketh Scent, The Tree of Life, et In Willisau. Avec le Feel Trio formé au début des années 1990 avec le contrebassiste William Parker et le batteur Tony Oxley, il sort Celebrated Blazons, Looking (The Feel Trio), et le coffret 2 T's for a Lovely T.

Il enregistre beaucoup pour le label allemand FMP lors de son séjour prolongé à Berlin. Il a joué en duo ou en trio avec des musiciens de free jazz européens dont Oxley, Derek Bailey, Evan Parker, Han Bennink, Tristan Honsinger, Louis Moholo, Paul Lovens.

La plupart de ses disques récents sont sortis sur des labels européens à l'exceptions de Momentum Space avec Dewey Redman et Elvin Jones.

En 1998, il sort Library of Congress performance Algonquin en duo avec le violoniste Mat Maneri. Il a sorti peu d'albums dans les années 2000 mais continue à donner des concerts, souvent sur son instrument préféré, le piano Bösendorfer.

Taylor et la danse[modifier | modifier le code]

Cecil Taylor s'est également intéressé au ballet et à la danse. Il a affirmé : « J'essaie d'imiter au piano les sauts dans l'espace que font les danseurs ».

Il a collaboré avec la danseuse Dianne McIntyre en 1977 et 1979. En 1979, il a également composé la musique pour le ballet de 12 minutes Tetra Stomp: Eatin' Rain in Space avec Mikhail Baryshnikov et Heather Watts.

Taylor et la poésie[modifier | modifier le code]

Taylor est également un poète, influencé par Robert Duncan, Charles Olson et Amiri Baraka. Il intègre parfois ses poèmes dans ses concerts.

En 1987, il a sorti Chinampas sur lequel il récite ses poèmes non accompagné.

Discographie[modifier | modifier le code]

Cecil Taylor en 2008.
  • Jazz Advance, 1956
  • The Cecil Taylor Quartet at Newport, 1958
  • Looking Ahead!, 1958
  • Coltrane Time (identical with Hard Driving Jazz), 1958
  • Love for Sale, 1959
  • The World of Cecil Taylor, 1960
  • Air, 1961
  • Jumpin' Punkins, 1961
  • New York City R&B (with Buell Neidlinger), 1961
  • Cell Walk for Celeste, 1961
  • Mixed, 1961
  • Nefertiti the Beautiful One Has Come, 1962
  • Unit Structures, 1966
  • Conquistador!, 1966
  • Great Paris Concert, vol 1 & 2 (identical with Student Studies), 1966
  • Praxis, 1968
  • The Jazz Composer's Orchestra (with Michael Mantler and others), 1968
  • The Great Concert (identical with Nuits de la Fondation Maeght), 1969
  • Indent, 1973
  • Akisakila, 1973
  • Solo, 1973
  • Spring of Two Blue J's, 1973
  • Silent Tongues, 1974
  • Dark to Themselves, 1976
  • Air Above Mountains (Buildings Within), 1976
  • Nachricht vom Lande, 1976
  • Cecil Taylor & Mary Lou Williams: Embraced, 1977
  • Cecil Taylor Unit, 1978
  • 3 Phasis, 1978
  • Live in the Black Forest, 1978
  • One Two Many Salty Swift and Not Goodbye, 1978
  • Tony Williams: Joy of Flying, 1978
  • Cecil Taylor and Max Roach: Historic Concerts, 1979
  • Fly! Fly! Fly!, 1980
  • Is it the Brewing Luminous, 1980
  • Calling it the 8th, 1981
  • Garden, 1981
  • Winged Serpent, 1984
  • Cecil Taylor Segments II/ Orchestra of two Continents, 1984
  • For Olim, 1986
  • Olu Iwa, 1986
  • Iwnontonwusi - Live at Sweet Basil, 1986
  • Live in Bologna, 1987
  • Live in Vienna, 1987
  • Chinampas, 1987
  • Tzotzil Mummers Tzotzil, 1987
  • Erzulie Maketh Scent, 1988
  • Pleistozaen mit Wasser, 1988
  • Riobec - Cecil Taylor & Günter Sommer, 1988
  • Leaf Palm Hand, 1988
  • Spots, Circles, and Fantasy, 1988
  • Regalia - Cecil Taylor & Paul Lovens, 1988
  • Remembrance, 1988
  • The Hearth, 1988
  • Riobec, 1988
  • Legba Crossing, 1988
  • Alms / Tiergarten (Spree), 1988
  • In East Berlin, 1988
  • In Florescence, 1989
  • Looking (Berlin Version) solo, 1989
  • Looking (Berlin Version) Corona, 1989
  • Looking (The Feel Trio), 1989
  • Celebrated Blazons, 1990
  • Doubly Holy House, 1990
  • Melancholy, 1990
  • Nailed, 1990
  • The Tree of Life, 1991
  • Always a Pleasure, 1993
  • The Light of Corona, 1996
  • Almeda, 1996
  • Qu'a: Live at the Iridium, vol. 1 & 2, 1998
  • Algonquin, 1998
  • Incarnation, 1999
  • The Willisau Concert, 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :