Chet Baker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baker.

Chet Baker

Description de cette image, également commentée ci-après

Chet Baker,1983

Informations générales
Nom de naissance Chesney Henry Baker, Jr.
Naissance 23 décembre 1929
Yale (en), Oklahoma, États-Unis
Décès 13 mai 1988 (à 58 ans)
Amsterdam, Pays-Bas
Genre musical Jazz West Coast
Instruments Trompette, bugle, chant
Années actives 1952 à 1988
Labels Pacific Jazz Records

Chesney Henry Baker, Jr. dit « Chet Baker », né à Yale (Oklahoma, États-Unis) le 23 décembre 1929 et mort à Amsterdam (Pays-Bas) le 13 mai 1988, est un trompettiste, bugliste et chanteur de jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille s'installe en Californie en 1939. Chesney échange le trombone offert par son père contre une trompette (il écoute alors Harry James, trompettiste spectaculaire au style bien éloigné de celui qui sera le sien). Il s'initie à la musique à Glendale (orchestre scolaire), puis se produit bientôt avec des orchestres de danse. Il se passionne surtout pour le saxophoniste Lester Young et ses suiveurs.

En 1946, engagé dans le 2980 Army Band stationné à Berlin, il découvre le be bop (Dizzy Gillespie, Charlie Parker) et les orchestres modernes blancs de l'époque (Woody Herman, Les Brown, Stan Kenton). Rendu à la vie civile en 1948, il étudie l'harmonie et la théorie musicale, mais s'engage de nouveau, en 1950[1], à la suite d'une déception amoureuse. Il joue dans ses premières jam-sessions avec Dexter Gordon et Paul Desmond.

En 1951, il est muté dans un bataillon disciplinaire, déserte et se fait réformer pour manque d'adaptabilité à la vie militaire. En 1952, il joue avec Vido Musso, Stan Getz et surtout Charlie Parker qui le choisit parmi une cohorte de jeunes trompettistes californiens pour l'accompagner dans une tournée sur la Côte Ouest de Los Angeles à Vancouver au Canada. Il grave ses premiers témoignages discographiques sous la responsabilité de Harry Babasin.

Cette même année, débute la collaboration avec le saxophoniste baryton Gerry Mulligan au sein d'un quartette sans piano (pianoless quartet), formation inhabituelle à l'époque. Le groupe, qui joue tous les lundis soirs au club The Haig à Hollywood pendant plusieurs mois, devient rapidement très populaire. Début 1953, le saxophoniste Lee Konitz se joint au quartette à plusieurs reprises. Mulligan forme un tentette auquel participe Chet.

En juin 1953, Mulligan est arrêté pour détention de stupéfiants. Il est condamné à six mois de prison. Un mois plus tard, Chet Baker forme son propre quartet (1953-54) avec Russ Freeman au piano. De l'été 1953 à l'été 1955, Chet enregistre abondamment et dans divers contextes, quartet, sextet, septet, avec ensemble à cordes. Il est entouré par des pointures du Jazz West Coast tels Bud Shank, Zoot Sims, Jack Montrose, Shelly Manne.

Un disque va connaître un véritable triomphe à travers tout le pays : Chet Baker Sings (1954-1956). Chet devient une icône américaine, à la fois rebelle et fragile. Les photos de son ami William Claxton contribuent à véhiculer cette image idéalisée de playboy. Avec ses premiers cachets, Chet achète ses premières automobiles, une passion qui l'accompagnera toute sa vie. En 1954, Chet Baker est élu trompettiste de l'année par tous les référendums des magazines de jazz.

En septembre 1955, il part pour la première fois en Europe. Il signe rapidement un contrat avec le label français Barclay. Il enregistre dès le mois d'octobre avec son groupe des faces composées pour la plupart par Bob Zieff. Quelques jours plus tard, son pianiste Dick Twardzik meurt d'overdose dans sa chambre d'hôtel. Accusé par les parents du pianiste, Chet décide malgré tout de poursuivre la tournée et enregistre à la tête de diverses formations, surtout françaises.

Plaque commémorative de Chet Baker sur la façade du Prins Hendrik Hôtel à Amsterdam.

Après sept mois en Europe, Chet revient aux États-Unis début 1956. Après une longue tournée sur la côte Est, il revient à Los Angeles et grave de nombreux disques notamment aux côtés du saxophoniste Art Pepper (The Route (1956), Playboys (1956)). À la fin de l'année, il est arrêté une nouvelle fois en possession de stupéfiants. Au cours de l'année 1957, sa dépendance à l'héroïne se fait plus intense. En 1958, il signe avec le label Riverside et enregistre plusieurs albums dont Chet avec Bill Evans et Philly Joe Jones.

De nouveau en Europe de 1959 à 1964, il est arrêté, emprisonné ou expulsé à plusieurs reprises en Allemagne et en Italie. Ses ennuis avec la justice sont largement couverts par la presse à scandales. Il rencontre aussi en Europe des amis, de nombreux musiciens et un public plus réceptif que le public américain[réf. nécessaire]. Il s'initie alors au bugle à Paris.

En 1965, Chet Baker revient aux États-Unis et enregistre une série de disques pour le label Prestige. Sa popularité n'est plus celle des années 1950 et il a des difficultés à trouver des engagements. En 1966, il est agressé par des dealers à San Francisco (mâchoire fracturée, nombreuses dents cassées). Dans l'impossibilité de jouer, il connaît une longue traversée du désert mais après plusieurs années de ré-apprentissage, il remonte sur scène en 1973.

De 1975 à sa mort, il joue et enregistre abondamment en Europe et aussi aux États-Unis. Parmi les musiciens qui l'accompagnent, on peut citer les pianistes Phil Markowitz, Enrico Pieranunzi, Michel Graillier, Alain Jean-Marie ; les guitaristes Doug Raney, Philip Catherine et les contrebassistes Jean-François Jenny-Clark, Niels-Henning Ørsted Pedersen, Riccardo Del Fra, Charlie Haden et Jean-Louis Rassinfosse, Jean Bardy.

Ses nombreux voyages s'achèvent par une mystérieuse chute de la fenêtre de sa chambre au deuxième étage de l'hôtel Prins Hendrik à Amsterdam, survenue après la prise d'importantes quantités de cocaïne et d'héroïne, le vendredi 13 mai 1988. Une plaque commémorative lui rend hommage sur la façade.

Chet Baker est enterré au Inglewood Park Cemetery (en) à Inglewood (Californie).

Style[modifier | modifier le code]

D'emblée témoignant délicatesse, fragilité, son style évolue dans la deuxième partie de sa carrière : son jeu semble souvent à la limite de la rupture, alternant léger staccato et legato, en de longues phrases sinueuses, sensuelles et vaporeuses, souvent dans le registre grave, soulignées par des effets de souffle et par la proximité du pavillon et du microphone. Il maîtrise surtout à merveille l'art de la ballade[2].

Son chant présente les mêmes caractéristiques, même dans l'improvisation « scat », pourtant fort éloignée de l'exubérance d'un Dizzy Gillespie ou d'une Ella Fitzgerald. Ses improvisations restent surtout dans un registre médium loin des envolées suraiguës de Dizzy Gillespie.

Le bassiste Riccardo del Fra, qui a longtemps joué avec Chet, explique sa conception particulière de la musique[3] :

« Je sentais chez lui une profondeur qui me bouleversait, j'ai aussi appris avec lui le contrôle de soi-même : c’est-à-dire essayer de faire l'essentiel. La perfection, on le sait, n'existe pas. Mais lui, quand il joue, il en est très proche. Et quand on joue avec lui, il faut vraiment servir la musique et se libérer de son ego. Disons que sa virtuosité est plus magique que technique. »

Son œuvre exprime, par antithèse, un lyrisme délicat et pudique.

Discographie[modifier | modifier le code]

Discographie générale[modifier | modifier le code]

  • 1953 : Haig '53: the other pianoless quartet (Philology)
  • 1953 : L.A get together (Fresh Sound)
  • 1953 : Chet Baker & strings [bonus tracks] (Columbia)
  • 1953 : Chet Baker sings (Pacific Jazz Records)
  • 1953 : Chet Baker Ensemble : Compositions and arrangements by Jack Montrose (Pacific Jazz Records)
  • 1953 : Grey December (Pacific Jazz Records)
  • 1953 : Witch doctor (Original Jazz Classics)
  • 1953 : Miles Davis and the Lighthouse All-Stars, At Last !
  • 1954 : Chet Baker big band (Pacific Jazz Records)
  • 1954 : Chet Baker Sextet (Pacific Jazz Records)
  • 1954 : Jazz at Ann Arbor (Pacific Jazz Records)
  • 1954 : My funny Valentine (Philology)
  • 1953 : Quartet live, vol. 1: This time the dream's on me (Blue Note)
  • 1954 : Quartet live, vol. 2: Out of nowhere (Blue Note)
  • 1954 : Quartet live, vol. 3: My old flame (Blue Note)
  • 1954 : The trumpet artistry of Chet Baker (Pacific Jazz Records)
  • 1954-1956 : Chet Baker sings (Pacific Jazz Records)
  • 1955 : Chet Baker sings and plays with Bud Shank, Russ Freeman & strings (Pacific Jazz Records)
  • 1955 : In Europe (Philology)
  • 1955 : Chet Baker In Paris Volume 1
  • 1955 : Chet Baker In Paris Volume 2
  • 1956 : At the Forum Theater (Fresh Sound)
  • 1956 : Chet Baker & Crew (Pacific Jazz Records)
  • 1956 : Chet Baker cools out (Boblicity)
  • 1956 : Chet Baker in Europe (Pacific Jazz Records)
  • 1956 : Live in Europe 1956 (Accord)
  • 1956 : Quartet: Russ Freeman/Chet Baker (Pacific Jazz Records)
  • 1956 : The James Dean story (Blue Note)
  • 1957 : Embraceable you (Pacific Jazz Records)
  • 1957 : Pretty/groovy (World Pacific)
  • 1958 : Chet Baker in New York (Riverside)
  • 1958 : Chet Baker introduces Johnny Pace (Original Jazz Classics)
  • 1958 : Chet Baker meets Stan Getz (Verve)
  • 1958 : Chet Baker sings it could happen to you (Riverside)
  • 1958-1962 : Piero Umiliani & Chet Baker (musiques de films composées par Piero Umiliani)
  • 1959 : Chet (Riverside)
  • 1959 : Chet Baker in Milan (Jazzland/OJC)
  • 1959 : Chet Baker plays (Riverside)
  • 1959 : Chet Baker plays the best of Lerner & Loewe (Riverside)
  • 1959 : Chet Baker with fifty Italian strings (Original Jazz Classics)
  • 1962 : Chet is back! / Somewhere over the rainbow (RCA), même séance publiée sous deux noms différents
  • 1964 : The most important jazz album of 1964/1965 (Roulette Jazz)
  • 1964 : Brussels 1964 (Landscape)
  • 1964 : Stella by starlight (CMA)
  • 1965 : Baby breeze (Limelight)
  • 1965 : Baker's holiday: plays & sings Billie Holiday (EmArcy)
  • 1965 : Boppin' with the Chet Baker quintet (Prestige)
  • 1965 : Comin' on with the Chet Baker quintet (Prestige)
  • 1965 : Cool burnin' with the Chet Baker quintet (Prestige)
  • 1965 : Groovin' with the Chet Baker quintet (Prestige)
  • 1965 : Smokin' (Prestige)
  • 1966 : A taste of tequila (World Pacific)
  • 1966 : Hats off!!! - avec The Mariachi Brass (World Pacific)
  • 1966 : Into my life (World Pacific)
  • 1969 : Albert's house (Par)
  • 1970 : Blood, Chet & tears (Verve)
  • 1974 : She was too good to me (CTI/Epic)
  • 1977 : Once upon a summertime (Original Jazz Classics)
  • 1977 : The incredible Chet Baker plays and sings (Carosello)
  • 1978 : At le Dreher (West Wind)
  • 1978 : Broken wing (Inner City / Jazz in paris-Universal)
  • 1978 : Live at Nick's (Criss Cross)
  • 1978 : Live in Chateauvallon, 1978 (INA / Esoldun)
  • 1978 : Sings, plays: Live at the Keystone Korner (High Note)
  • 1978 : Two a day (All life)
  • 1979 : 79 (Celluloid)
  • 1979 : Ballads for two - with Wolfgang Lackerschmid (Sandra)
  • 1979 : Chet Baker with Wolfgang Lackerschmid (Inakustik)
  • 1979 : Day break (SteepleChase)
  • 1979 : Live in Montmartre, vol. 2 (SteepleChase)
  • 1979 : No problem - avec Duke Jordan (SteepleChase)
  • 1979 : Someday my prince will come (SteepleChase)
  • 1979 : The touch of your lips (SteepleChase)
  • 1979 : This is always (steepleChase)
  • 1979 : Together - avec Paul Desmond (Enja)
  • 1979 : With special guests (featuring Coryell & Williams) (Inakustik)
  • 1980 : Soft Journey - avec Enrico Pieranunzi (Ida)
  • 1980 : Burnin' at Backstreet (Fresh Sounds)
  • 1980 : Chet Baker with Steve Houben (Sextet)
  • 1980 : Chet Baker and the Boto Brasilian Quartet (Dreyfus)
  • 1980 : Just friends (Circle)
  • 1980 : Live at the Subway, Vol. 1 (Circle)
  • 1980 : Live at the Subway, Vol. 2(Circle)
  • 1980 : Night bird (WestWind)
  • 1980 : Nightbird (Retro Music)
  • 1981 : Live at Fat Tuesday's (Fresh Sound)
  • 1981 : Live at the Paris Festival (DIW)
  • 1981 : Live in Paris (Norma)
  • 1982 : In concert (India Navigation)
  • 1982 : Out of nowhere (Milestone)
  • 1982 : Peace (Enja)
  • 1982 : Studio Trieste (CTI)
  • 1983 : At Capolinea (Red)
  • 1983 : Club 21 Paris, Vol. 1 (Philology)
  • 1983 : Live at New Morning (Marshmallow)
  • 1983 : Live in Sweden with Åke Johansson trio (Dragon)
  • 1983 : Mister B (Timeless)
  • 1983 : September song (Marshmallow)
  • 1983 : Star eyes (Marshmallow)
  • 1983 : The improviser (Cadence Jazz)
  • 1984 : Blues for a reason (Criss Cross)
  • 1984 : Line for Lyons (Sonet)
  • 1985 : Candy (Gazell)
  • 1985 : Chet Baker in Bologna (Dreyfus)
  • 1985 : Chet's choice (Criss Cross)
  • 1985 : Diane: Chet Baker and Paul Bley (SteepleChase)
  • 1985 : Hazy hugs (Limetree)
  • 1985 : Live from the moonlight (Philology)
  • 1985 : Misty (IRD)
  • 1985 : My foolish heart (IRD)
  • 1985 : Sings again (Bellaphon)
  • 1985 : Strollin' (Enja)
  • 1985 : Symphonically (Soul Note)
  • 1985 : There'll never be another you (Timeless)
  • 1985 : Time after time (IRD)
  • 1985 : Tune up (Westwind)
  • 1986 : As time goes by (Timeless)
  • 1986 : Chet Baker featuring Van Morrison live at Ronnie Scott's (DRG)
  • 1986 : When sunny gets blue (SteepleChase)
  • 1987 : A night at the Shalimar (Philology)
  • 1987 : Chet Baker in Tokyo (Evidence)
  • 1987 : Chet Baker, The Legacy, vol 1 with NDR Big Band Live (Enja)
  • 1987 : Chet Baker, The Legacy, vol 2 - I Remember you (Enja)
  • 1987 : Chet Baker, The Legacy, vol 3 with Wolfgang Lackerschmid (Enja)
  • 1987 : Silence
  • 1987 : Chet Baker sings and plays from the film « Let's get lost » (Jive/Novus)
  • 1987 : Four: live in Tokyo, vol. 2 (Paddle Wheel)
  • 1987 : Memories: Chet Baker in Tokyo (Paddle Wheel)
  • 1987 : Welcome back (Westwind)
  • 1988 : Farewell (Timeless)
  • 1988 : In memory of - avec Archie Shepp (L & R Music)
  • 1988 : Little girl blue (Philology)
  • 1988 : My favourite songs, vols. 1-2: The last great concert (Enja)
  • 1988 : Oh you crazy moon (Enja Justin Time)
  • 1988 : Straight from the heart (Enja)
  • 1988 : The heart of the ballad (Philology)
  • 1988 : Live In Rosenheim - Last Recording As Quartet

Enregistrements avec…[modifier | modifier le code]

Ron Carter

  • 1980 : Patrao (Milestone)

Stan Getz

  • 1953 : West Coast Live (Pacific Jazz Records)
  • 1958 : Stan Meets Chet (Verve)
  • 1983 : Line For Lyons - Live at Stockholm (Sonet)

Rachel Gould

  • 1979 : All Blues (Bingow)

Jim Hall

  • 1975 : Concierto (CTI)

Steve Houben

  • 1980 : Sweet Martine (Sextet) 52° Rue Est Records

Lizzy Mercier Descloux

  • 1985 : One 4 the soul (ZE Records)

Gerry Mulligan

  • 1952-1953: The Original Mulligan Quartet (Pacific Jazz Records)
  • 1953 : Lee Konitz Plays With The Gerry Mulligan Quartet (World Pacific)
  • 1953 : Gerry Mulligan Tentet (Capitol)
  • 1957 : Reunion
  • 1952-1958 : The Complete Pacific Jazz Recordings of the Gerry Mulligan Quartet with Chet Baker
  • 1974 : Carnegie Hall Concert (CBS) with G.M. (b.sax), Chet Baker (trp), Ed Byrne (trb), Bob James (p), John Scofield (g), Ron Carter (b), Harvey Mason (d), Dave Samuels (vb)

Joe Pass

  • 1965 : A Sign Of The Times (World Pacific)

Art Pepper

Annie Ross

Bud Shank

  • 1966 : California Dreamin' (World Pacific)
  • 1966 : Brazil! Brazil! Brazil! (World Pacific)
  • 1966 : Michelle (World Pacific)
  • 1968 : Magical Mistery (World Pacific)

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Let's get lost, documentaire musical réalisé en 1988[4] par le photographe et cinéaste américain Bruce Weber, qui évoque avec grâce et émotion la vie de ce trompettiste blanc, alternant habilement la jeunesse prometteuse et la fin de vie marquée par la dépendance à la drogue, avec notamment une saisissante déchéance physique.
  • Dans Urlatori alla sbarra (Howlers of the dock) de Lucio Fulci, sorti en 1960, avec Adriano Celentano, Mina et Elke Sommer, il est « Chet l'americano ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le Presidio Army Band à San Francisco.
  2. Cf. les nombreuses interprétations de son thème fétiche : My Funny Valentine.
  3. Voir le livre de Gérard Rouy consacré à Chet Baker.
  4. Sorti en France le 7 février 1990, il est ressorti le 23 juillet 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chet Baker, Comme si j'avais des ailes, Paris, 10/18
  • Gérard Rouy, Chet Baker, Éditions du Limon, 1992 (ISBN 2-907224-26-3)
  • Bill Moody, Sur les traces de Chet Baker, Paris, Rivages
  • Alain Gerber, Chet, Paris, Fayard
  • William Claxton, Young Chet, Schirmer-Mosel (photographies)
  • James Gavin, La Longue Nuit de Chet Baker, Paris, Denoël

Lien externe[modifier | modifier le code]