Années 1600

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
XVIe siècle | XVIIe siècle | XVIIIe siècle
Années 1580 | Années 1590 | Années 1600 | Années 1610 | Années 1620
1600 | 1601 | 1602 | 1603 | 1604 | 1605 | 1606 | 1607 | 1608 | 1609

Événements[modifier | modifier le code]

Carte politique de l'Europe et du monde méditerranéen en 1600.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]


  • Politique tolérante à l'égard des chrétiens (Kirishitan) au Japon, dans le but de favoriser les échanges commerciaux, jusqu'en 1614. En 1606, le jésuite espagnol Luis de Cerqueira obtient une audience avec le shogun retiré Ieyasu Tokugawa. Le vice-provincial jésuite Francisco Pasio (1554-1612) et le dominicain Francisco Morales (1567-1622) sont également présentés à Ieyasu et à son fils Hidetada, respectivement en 1607 et 1608. En 1606, Ieyasu accorde au Franciscains la permission de construire une église à Uraga[7].
  • Communauté juive à Amsterdam (vers 1604-1610). Elle se compose de Juifs portugais qui ont pour rabbin l’ashkénaze Mossé Uri ha-Levi, venu d’Emden, sans doute originaire de Rhénanie. Elle se réunit pour prier dans la maison privée de Jacob Tirado et prend le nom de « Beit-Jacob ». Son chef est un Juif du Maroc, Samuel Palache, qui est ambassadeur du Maroc aux Pays-Bas. Il favorise l’installation à Amsterdam de nombreux « Portugais » venus de la péninsule ibérique, de Madère, des Açores, des Colonies du Maroc et d’Anvers. Six à huit mille Juifs peuplent rapidement la ville, où s’organisent deux autres communautés, « Neveh Shalom » avec Isaac Uziel, de Fès, et « Beit Jisraël » avec Joseph Pardo, de Salonique, venu à Venise en 1589 puis à Amsterdam en 1608. En 1639, ces trois groupes se réunissent en une seule congrégation, influencée par celle de Venise, la « Sainte Communauté de l’enseignement de la Torah », Kahal Kadish Talmud Torah (K.K.T.T.). Parallèlement s’organise une communauté des ashkénazes, moins nombreuse mais tenant à son originalité (rites et langues différents)[8].

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • 16 % de la population en France sait lire et écrire. Un réseau de collèges d’enseignement secondaire, s’ouvrant sur le supérieur, couvre la France vers 1600-1610, au terme d’un siècle d’efforts : 200 collèges de tout bords à la mort d’Henri IV, qui compteront jusqu’à 80 000 élèves sous Louis XIII.
  • 15 % de la population en Écosse et 26 % en Angleterre sait lire et écrire.
  • En France, début de la publication de L'Astrée, d'Honoré d'Urfé, en 1607, roman qui aura une influence considérable sur la morale galante du XVIIe siècle et sur la préciosité. La publication s'étalera jusqu'en 1619. Le roman sera achevé en 1627 par Balthazar Baro, après la mort de l'auteur.
  • François de Malherbe devient en 1605 le poète officiel de la cour de France.

Économie et société[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tea for 2 : les rituels du thé dans le monde, Renaissance Du Livre,‎ (ISBN 9782804603250, présentation en ligne)
  2. Philippe Le Failler, Opiums : les plantes du plaisir et de la convivialité en Asie, Éditions L'Harmattan,‎ (ISBN 9782738491237, présentation en ligne)
  3. H.S. Singha, Sikh Studies, vol. 7, Hemkunt Press,‎ (ISBN 9788170102458, présentation en ligne)
  4. Pierre Bühler, Prédestination et providence, Labor et Fides,‎ (ISBN 9782830909302, présentation en ligne)
  5. Marc Ferro, La colonización : una historia global, Siglo XXI Editores,‎ (ISBN 9789682322228, présentation en ligne)
  6. Hans Rudolf Guggisberg, La liberté de conscience (XVIe-XVIIe siècle), Genève, Librairie Droz,‎ (ISBN 9782600039178, présentation en ligne)
  7. Ikuo Higashibaba, Christianity in early modern Japan : Kirishitan belief and practice, BRILL,‎ (ISBN 9789004122901, présentation en ligne)
  8. Béatrice Leroy, L'aventure séfarade, A. Michel,‎ (ISBN 2226025103, lire en ligne)