Boris Godounov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boris Godounov (homonymie).
Boris Godounov
Boris Godounov
Boris Godounov
Titre
Tsar de Russie
17 février 159813 avril 1605
&&&&&&&&&&&026127 ans, 1 mois et 26 jours
Couronnement 3 septembre 1598
Prédécesseur Irina Godounova
Successeur Fédor II
Biographie
Dynastie Dynastie Godounov
Nom de naissance Boris Fedorovitch Godounov
Date de naissance 1551
Lieu de naissance Viazma
Date de décès 13 avril 1605 (à 55 ans)
Lieu de décès Moscou
Père Feodor Ivanovich Godounov
Mère Stepanida Ivanovna
Conjoint Maria Malyouta-Skouratov
Enfant(s) Fédor II
Xénia

Boris Godounov
Monarques de Russie

Boris Fedorovitch Godounov, en russe : Бори́с Фёдорович Годуно́в (v.1551Moscou, 13 avril 1605), gouverne la Russie à partir de 1594 à la place de Féodor Ier, le fils d'Ivan le Terrible, et devient tsar de Russie de 1598 à sa mort subite en avril 1605.

Il épouse Maria Malyouta-Skouratov (1551-1605) qui lui donna deux enfants : Fédor II (1589-1605) et Xénia (morte en 1662 à Troïtsa).

On connaît peu de choses sur la famille Godounov : les rares documents conservés indiquent que Boris était de lointaine ascendance tatare. Un de ses lointains ancêtres, le prince tatar Tchet, fit construire au XIVe siècle le monastère orthodoxe Saint-Hypatius (ou Monastère Ipatiev)[1]. Le nom de famille signifierait « irréfléchi » en tatar[2].

Son arrière-grand-père était Zacharie Godounov ; fils de Théodore Godounov[réf. nécessaire], Boris aura une sœur, Irina Godounova (morte le 26 octobre 1603), épouse du tsar Fédor Ier et un frère cadet, Ivan Godounov (mort en 1610), époux d'Irène Romanov[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

Régence[modifier | modifier le code]

Boris Godounov commence par être chambellan d'Ivan le Terrible, commandant de la garde du palais puis, à partir de 1588 exerce la régence pour Fédor Ier, fils de ce dernier, et son beau-frère.

Le 7 janvier 1598, Fédor meurt sans héritier, mettant ainsi fin à la longue dynastie des Riourikides. Dimitri Ivanovitch, son frère, relégué à Ouglitch, y meurt mystérieusement : pendant plusieurs siècles, les historiens accusèrent Boris Godounov ; il semble cependant que ce dernier soit innocent[réf. nécessaire] : Dimitri se serait tué accidentellement avec un couteau, au cours d'une crise d'épilepsie.

Une nouvelle dynastie[modifier | modifier le code]

À la mort du tsar, plusieurs hautes familles (Galitzine, Romanov) peuvent prétendre au trône mais aucune ne fait acte de candidature car l'aristocratie a été affaiblie par le pouvoir tsariste, sous le règne d'Ivan IV puis sous celui de Fédor Ier.

Beau-frère du tsar défunt, Premier ministre, Boris Godounov n'a pas de difficulté à se faire élire tsar par un zemski sobor, assemblée comprenant les boïards, le clergé et les communes. Rencontrant une résistance au sein de la douma des boïards, Boris s'appuie sur la noblesse et sur le peuple ; présidé par le patriarche orthodoxe Job, Boris est élu tsar mais exigea qu'on lui prête serment non pas au palais, comme le voulait l'usage, mais dans la cathédrale de l'Assomption à Moscou.

Il est couronné dans cette même église en septembre 1598.

Manquant de légitimité historique (il n'est qu'un tsar élu), Boris tente d'unir sa famille aux Maisons royales européennes. Il chercha ainsi à marier sa fille Xénia au prince Gustave de Suède, fils exilé d'Erik XIV : la tentative échoua devant le refus du prince de se convertir à l'orthodoxie ; le duc Jean de Danemark accepta, lui, toutes les conditions requises mais mourut subitement, foudroyé par une maladie.

Son règne[modifier | modifier le code]

Selon les historiens, son règne est une période paisible après l'ère d'Ivan le Terrible.

Il mène une politique d'indépendance de la Russie, créant en 1589 le patriarcat de Moscou (la Russie devient alors autocéphale), guerroyant contre la Suède (15901595), organisant la colonisation de la Sibérie.

Il tente de rapprocher le pays de l'Occident et de renforcer le pouvoir du tsar aux dépens des boyards. C'est ainsi qu'il envoie en Occident, à des fins d'instruction, un groupe de jeunes garçons nobles : six en Angleterre, six en France et six en Prusse ; l'expérience fut un échec puisque tous, à l'exception de deux d'entre eux, refusèrent de rentrer en Russie.

Boris ne peut cependant faire face aux troubles qui demeurent latents depuis la mort d'Ivan IV. Ceux-ci trouvèrent un catalyseur dans la grande famine, qui éclate en 1601 et dure trois ans. En 1602, plusieurs milliers de morts sont dénombrés à Moscou et, si le gouvernement tente d'abord de remédier à la situation, il doit bientôt y renoncer à cause de l'immensité du territoire, attitude qui favorisera les désordres et les pillages.

Le 13 octobre 1604, Grégori Otrepiev (Gricha Otrepjov) — moine défroqué ayant réussi à se faire reconnaître par le roi de Pologne comme le tsarévitch Dimitri, qui aurait survécu à son assassinat— entre en Russie à la tête d'une armée de mercenaires polonais et lituaniens. Boris Godounov décrète alors la mobilisation générale mais ses troupes sont défaites par celle d'Otrepiev, le 21 décembre 1604 à Novgorod-Severski ; le 21 janvier 1605, en revanche, le sort des armes est favorable aux troupes du tsar et Otrepiev doit fuir.

Rendus mécontents par la famine, les paysans rallient le camp d'Otrepiev.

Boris Godounov meurt, subitement, le 13 avril 1605 à Moscou : on parla alors d'empoisonnement ou de suicide. Il est inhumé au monastère de Serguiev Possad, près de Moscou. Il laisse pour successeur son fils, Fédor II, et son épouse Maria Grigorievna Skouratova-Belskaya (fille de Maliouta Skouratov, un des chefs de l'Opritchnina d'Ivan le Terrible).

Personnalité[modifier | modifier le code]

Jérôme Gorsey décrit ainsi le tsar Godounov : « Il est d’apparence agréable, beau, affable, porté sur la magie noire (sic), âgé de quarante-cinq ans ; il manque d'instruction mais a l'esprit vif, il a des dons d’éloquence et maîtrise bien sa voix ; il est rusé, très impulsif, rancunier, peu enclin au luxe, modéré dans ses habitudes alimentaires mais il a le goût des cérémonies ; il offre de somptueuses réceptions aux étrangers, adresse de riches présents aux souverains des autres contrées. »

Selon l'historien russe Nicolas Kostomarov : « Toute son action visait à favoriser son intérêt personnel, son propre enrichissement, le renforcement de son pouvoir, l’élévation de sa lignée… Cet homme était prêt à faire le bien, pour peu que cela ne gênât point ses visées mais les servit au contraire ; de la même façon, aucun mal, aucun forfait ne pouvait l’arrêter s’il l’estimait utile à ses intérêts. »

Postérité culturelle[modifier | modifier le code]

La vie de Boris Godounov a inspiré :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les familles Saburov et Godunov sur le site genealogy.euweb.cz »
  2. (ru) Iouri Fedosiouk. Юрий Федосюк. Русские фамилии. (Noms de familles russes), Moscou, 1981

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Hommes du tsar
  2. Les Faux Tsars
  3. Le Grand Tsar blanc