Johan van Oldenbarnevelt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oldenbarnevelt.
Jean d'Oldenbarnevelt
Johan van Oldenbarnevelt
Johan van Oldenbarnevelt
Fonctions
grand pensionnaire des Provinces-Unies
16 mars 1586 – 29 août 1618
Biographie
Date de naissance 14 septembre 1547
Lieu de naissance Amersfoort
Date de décès 13 mai 1619
Lieu de décès La Haye
Nationalité Provinces-Unies Provinces-Unies
Parti politique Remonstrants
Entourage Hugo Grotius
Diplômé de Université de Padoue
Profession avocat
Religion calviniste

Johan van Oldenbarnevelt (Jean d'Oldenbarnevelt), né le 14 septembre 1547 à Amersfoort et mort le 13 mai 1619 à La Haye, grand pensionnaire de 1586 à 1619 des États de Hollande, délégué de Rotterdam auprès de ces mêmes États, a joué un rôle important dans la révolte des Pays-Bas contre l'Espagne. Collaborateur de Guillaume le Taciturne et de son fils Maurice de Nassau, qui l'a fait exécuter en 1619.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Johan van Oldenbarnevelt est né le 14 septembre 1547 à Amersfoort, dans la province d'Utrecht. Son père, Gerrit van Oudenbarnevelt est marchand. En 1564, il quitte Amersfoort et part travailler chez un avocat de La Haye. Il étudie ensuite le droit à Louvain, Bourges, Cologne, Heidelberg et Padoue. À Louvain, il change son nom en Oldenbarnevelt et se convertit au calvinisme à Heidelberg.

Conseiller des princes d'Orange et grand-pensionnaire[modifier | modifier le code]

En 1570, Van Oldenbarnevelt devient avocat à la cour de Hollande. Lorsque la révolte contre l'Espagne débute en 1572, il rentre en correspondance avec Guillaume Ier d'Orange-Nassau et devient son conseiller juridique. Il épouse en 1576 la fille adultérine d'un régent de Delft, Maria d'Utrecht. L'année suivante, il devient le pensionnaire de Rotterdam. Il devient ainsi membre des États de Hollande. Son intelligence, son ardeur au travail et son pouvoir de persuasion lui permettent d'acquérir de l'influence. Il est un fervent défenseur de l'Union d'Utrecht, proclamant l'indépendance des Provinces-Unies en 1579.

L'assassinat de Guillaume le Taciturne en 1584 laisse la place à une certaine vacance du pouvoir. Le stathouder est choisi par Philippe II d'Espagne et n'est pas reconnu par les États-généraux des Provinces-Unies. Le fils aîné de Guillaume, Philippe-Guillaume d'Orange est retenu en otage en Espagne, Van Oldenbarnevelt milite pour le transfert des fonctions de stathouder au second fils de Guillaume, Maurice de Nassau, alors âgé de 16 ans. Le 16 mars 1586, Johan van Oldenbarnevelt devient avocat et grand-pensionnaire des États de Hollande, et ce jusqu'à sa mort en 1619. Censé n'être que le porte-parole des États de Hollande, il mène toutes les réunions et prend toutes les décisions. La province de Hollande étant la plus puissante des Provinces-Unies, il dirige de facto l'union en contrôlant l'assemblée des États généraux des Provinces-Unies.

Dans la guerre contre l'Espagne, Van Oldenbarnevelt dirige l'action politique et Maurice les opérations militaires. L'entente avec Maurice de Nassau est bonne et les Néerlandais repoussent les Espagnols après avoir conclu une alliance avec la France et l'Angleterre en octobre 1596. En 1602, le grand-pensionnaire créé la compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC), permettant l'essor rapide de la puissance néerlandaise au cours du XVIIe siècle.

Les premières tensions entre le grand-pensionnaire et le stathouder apparaissent en 1600 à l'occasion de la bataille de Nieuport. Sur le conseil de Johan van Oldenbarnevelt, les États généraux ordonnent à Maurice de prendre Dunkerque où sévissent des pirates qui nuisent au commerce néerlandais. Maurice considère que le risque est trop grand et son armée est battue une première fois par les Espagnols avant de les vaincre in extremis. Maurice rentre aux Pays-Bas furieux, considérant que les États généraux ont mis en jeu l'existence même de la jeune république dans cette affaire. Dès lors, il ne considère plus Van Oldenbarnevelt comme son tuteur.

Divergences politiques et religieuses[modifier | modifier le code]

Statue de Johan van Oldenbarnevelt à La Haye.

Les négociations avec Albert de Habsbourg et Isabelle d'Espagne, gouverneurs des pays-Bas espagnols débutent en 1606. Maurice de Nassau y est opposé, estimant que ce serait donner le temps nécessaire aux Espagnols pour renforcer leur armée et attaquer les Provinces-Unies à nouveau. Le 9 avril 1609, la Trêve de Douze Ans est signée entre les Provinces-Unies et l'Espagne.

La conséquence immédiate de la paix est le renforcement de l'influence de Johan van Oldenbarnevelt sur le gouvernement des Provinces-Unies, maintenant reconnues comme un État libre et indépendant. Cependant, la paix extérieure est immédiatement suivie par un conflit religieux.

Un désaccord théologique éclate entre les professeurs de l'université de Leyde Jacobus Arminius et Franciscus Gomarus au sujet de la prédestination et conduit à une rupture au sein de l'Église réformée des Pays-Bas. En 1610, les arminiens adressent une pétition connue sous le nom de Remonstrance en cinq articles exprimant leurs points de divergence avec le calvinisme plus strict de la Confessio Belgica, devant être présentée à un synode pour demander plus de tolérance à leur égard. Leur démarche est soutenue par Johan van Oldenbarnevelt. Les partisans de Gomarus ont publié une Contre-Remonstrance pour appeler à l'unité de l'Église. Le conflit se répand dans tout le pays quand Maurice prend publiquement position pour les contre-remonstrants. En 1613, les États de Hollande se prononcent en faveur des remonstrants. Lorsque des émeutes éclatent dans plusieurs villes, Maurice de Nassau refuse de rétablir le calme.

En 1617, Johan van Oldenbarnevelt propose aux États de Hollande de lever 4 000 mercenaires (waardgelders) pour prévenir les troubles. Cette décision minait l'autorité de Maurice de Nassau comme chef de l'armée, ce qu'il ne pouvait accepter. Les États généraux, par une majorité de quatre provinces contre trois, ont autorisé la convocation d'un synode à Dordrecht pour trancher la question de la querelle. Les États de Hollande ont fait savoir qu'ils n'y participeraient pas et adoptent le 4 août une « résolution tranchée » (Scherpe Resolutie). Tous les magistrats, officiers et soldats percevant un traitement de la part de la Hollande doivent faire allégeance aux États et ne relèvent plus des tribunaux ordinaires mais directement des États.

Procès et exécution[modifier | modifier le code]

Exécution de Johan van Oldenbarnevelt dans le Binnenhof à La Haye, 13 mai 1619.

Cette déclaration de souveraineté de la part de la Hollande détermine les États généraux à une action décisive. Une commission conduite par Maurice de Nassau est établie pour obtenir le licenciement des waardgelders. Le 31 juillet 1618, le stathouder rentre dans Utrecht à la tête d'un corps de troupes et obtient la soumission des mercenaires. Sa progression vers la Hollande se fait sans opposition.

Le 29 août 1618, Maurice de Nassau arrête Johan van Oldenbarnevelt et ses partisans, parmi lesquels Hugo Grotius, pour haute trahison. Comme il n'existait aucune cour de justice fédérale, un tribunal ad hoc de 24 juges a été créé. Parmi eux, seulement la moitié étaient Hollandais et presque tous étaient des opposants politiques à Oldenbarnevelt. Le procès s'ouvre le 20 février 1619. Van Oldenbarnevelt déclare pour sa défense qu'il n'a agi que dans l'intérêt de la Hollande et, étant un serviteur de la Hollande, il n'était responsable que devant les juridictions de la Hollande. Ses juges considèrent qu'il s'est rendu coupable de haute trahison envers l'union des Provinces-Unies. Il est condamné à mort le 12 mai 1619. Le lendemain, il est décapité dans le Binnenhof à La Haye.

Il laissa deux fils René et Guillaume, impliqués dans un complot contre Maurice de Nassau en 1623.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jan den Tex, Oldenbarnevelt, 2 vol. 1973
  • Israel, Jonathan. The Dutch Republic: It's Rise, Greatness, and Fall 1477-1806. Oxford University Press, New York, 2006 (1995), 1 280 pages. (ISBN 978-0198730729)