Aleksinac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alexinac)
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Aleksinac
Алексинац
Blason de Aleksinac
Héraldique
Image illustrative de l'article Aleksinac
Administration
Pays Serbie Serbie
Province Serbie centrale
Région Ponišavlje
District Nišava
Municipalité Aleksinac
Code postal 18 220
Démographie
Population 16 420 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 30″ N 21° 42′ 28″ E / 43.5417, 21.7078 ()43° 32′ 30″ Nord 21° 42′ 28″ Est / 43.5417, 21.7078 ()  
Altitude 257 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte administrative de Serbie
City locator 14.svg
Aleksinac

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte topographique de Serbie
City locator 14.svg
Aleksinac
Municipalité de Aleksinac
Administration
Maire
Mandat
Grujica Veljković (URS)
2012-2016
Démographie
Population 51 462 hab. (2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Superficie 70 700 ha = 707 km2
Liens
Site web Site officiel de la municipalité d'Aleksinac

Aleksinac (en serbe cyrillique : Алексинац) est une ville et une municipalité de Serbie situées dans le district de Nišava. Au recensement de 2011, la ville comptait 16 420 habitants et la municipalité dont elle est le centre 51 462[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La municipalité d'Aleksinac est située dans la vallée du même nom. Elle est entourée par le massif montagneux de Jastrebac, en français, « la montagne du faucon », qui atteint une altitude de 1 492 m au mont Velika Đulica, et par le massif d'Ozren, qui s'élève à 1 178 m au mont Leskovik). Depuis les hauteurs de ces massifs, le relief s'adoucit progressivement pour former des collines qui descendent jusque dans la vallée. Au total, les montagnes couvrent 36 % du territoire de la municipalité, la plaine occupant les 64 % du territoire municipal restant[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Deux rivières importantes parcourent la municipalité : la Južna Morava, ou « Morava du sud », et la Sokobanjska Moravica, la « Moravica de Sokobanja ».

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Climat[modifier | modifier le code]

La climat d'Aleksinac est examiné par la station météorologique de Niš, située à 202 m d'altitude, qui enregistre des données depuis 1889 (coordonnées 43° 20′ N 21° 54′ E / 43.33, 21.9 ())[3]. Le climat d'Aleksinac est de type continental tempéré, avec une température moyenne annuelle de 11,4 °C ; juillet est le mois le plus chaud de l'année, avec une moyenne de 21,3 °C. Le mois le plus froid est janvier avec une moyenne de -0,2 °C[4]. La moyenne des précipitations annuelles est de 589,6 mm/m²[4].

La température maximale enregistrée à la station a été de 44,2 °C le 24 juillet 2007 et la température la plus basse a été de -23,7 °C le 25 janvier 1963[3]. Le record de précipitations enregistré en une journée a été de 76,6 mm le 5 novembre 1954. La couverture neigeuse la plus importante a été de 62 cm du 23 au 25 février 1954[3].

Pour la période de 1961 à 1990, les moyennes de température et de précipitations s'établissaient de la manière suivante[4] :

Nuvola apps kweather.png  Relevés à la station météorologique de Niš (202 m)
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 3,8 7,1 12,3 18,0 22,9 25,9 28,0 28,5 24,8 18,9 11,7 5,4
17,3
Températures moyennes (°C) -0,2 2,5 6,7 11,9 16,6 19,5 21,3 21,1 17,2 11,9 6,4 1,7
11,4
Températures minimales moyennes (°C) -3,5 -1,3 1,8 6,1 10,4 13,4 14,5 14,4 11,1 6,5 2,4 -1,4
6,2
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 41,3 40,3 45,3 51,3 66,7 69,7 43,6 43,3 43,6 34,1 56,8 53,6
589,6

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Hache de pierre trouvée à Aleksinac

Le territoire de la municipalité d'Aleksinac est habité depuis le néolithique. La plupart des villages mis au jour par les archéologues sont caractéristiques de la culture de Vinča et sont situés sur la rive occidentale de la Južna Morava, la « Morava du sud ».

Conquis par les Romains, le territoire fut inclus dans la province de Mésie supérieure puis, après 293, dans celle de Dacie. Une route militaire romaine, la Via Militaris, construite au Ier siècle traversait l'actuelle municipalité ; on y trouvait deux relais, pour la détente (mansio) et le changement de monture (mutatio) ; ces deux relais portaient les noms de Praesidium Pompei et Rappiana. Leur emplacement exact est encore inconnu. Il existait aussi un petit nombre de forts, dont celui de Milareca sur le mont Gradište (228 m).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

À partir de 476, la région d'Aleksinac passa sous le contrôle de l'Empire romain d'Orient qui devint l'Empire byzantin. Sous le règne des empereurs Phocas (602-610) et Héraclius (610-641), des peuples slaves s’installèrent dans les Balkans. En 614, ils rasèrent la ville de Niš (Naissus). Pendant le Moyen Âge, l’ancienne route militaire romaine fut empruntée par les Croisés.

Sous le règne des Nemanjić, la région d’Aleksinac se trouva sous le contrôle direct de l’État serbe. Après la mort d’Uroš V en 1371, sous le prince Lazar et ses successeurs, la région fit partie de la Moravska Srbija, la « Serbie moravienne ». De cette période datent les deux cités médiévales de Bovan et de Lipovac.

Période ottomane[modifier | modifier le code]

L'actuelle ville d'Aleksinac, quant à elle, est mentionnée pour la première fois en 1516, dans le Kruševački tefter, un recensement ottoman réalisé pour le contrôle des taxes. Le village appartenait alors à la province de Bovan et à la nahija de Kruševac. À la fin du XVIe siècle, Aleksinac était devenue une petite ville.

Au milieu du XVIIe siècle, Aleksinac comptait une centaine de boutiques et de magasins et, en raison de sa position stratégique sur la route de Constantinople, la ville devint un relais important pour les voyageurs et les marchands. En 1616, les Turcs y construisirent une forteresse pour la protéger contre les haïdouks, ces rebelles et bandits de grand chemin typiques des régions balkaniques occupées par les Ottomans. Le développement d'Aleksinac fut interrompu pendant la Deuxième guerre austro-turque (1683-1699). La ville fut libérée par l'armée du général autrichien Louis-Guillaume Ier de Bade, surnommé Louis le Turc, mais elle fut reprise par les soldats de Jegen-Osman pacha, qui la brûlèrent. Les habitants serbes d'Aleksinac se joignirent à la Grande migration de 1690 qui, sous la direction du patriarche Arsenije III Čarnojević, les conduisit jusque dans les terres des Habsbourg ; certain d'entre eux s'installèrent alors à Budim.

Aleksinac fut incendiée une nouvelle fois au cours de la guerre austro-turque de 1716-1718. le grand vizir Hallil Pacha, vaincu à Belgrade, battit alors en retraite en brûlant sur sa route toutes les localités serbes jusqu'à Niš.

Après la guerre autro-turque de 1736-1739, Aleksinac connut une période de développement et la ville devint un centre important pour le commerce et l'artisanat. De nombreuses caravanes y passaient, favorisant les échanges entre l'Empire ottoman et l'Europe centrale. Aleksinac devint également un centre administratif, qui, en 1784, englobait 17 villages. À cette époque, la ville comptait 160 foyers, dont 120 étaient habités par des Serbes et 40 par des Turcs.

En revanche, lors de la guerre autro-turque de 1787-1792, Aleksinac fut une nouvelle fois incendiée par les troupes du rebelle turc Osman Pazvantoğlu.

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

La ville d'Aleksinac au XIXe siècle

Aleksinac et ses environs furent touchés par le Premier soulèvement serbe contre les Ottomans en janvier 1806. La ville et les villages de la rive droite de la Južna Morava furent libérés par Petar Dobrnjac, les villages de la rive gauche par Mladen Milovanović et Stanoje Glavaš. Aussitôt après la libération de la ville, le capitaine Vuča Žikić fit creuser les tranchées de Deligrad, rendue célèbres par des batailles contre les Turcs, notamment en 1806.

Après l'échec du Premier soulèvement, Aleksinac resta sous le contrôle des Ottoman jusqu'en décembre 1832, date à laquelle la région fut intégrée à la principauté de Serbie, province autonome au sein de l'Empire ottoman et gouvernée par Miloš Obrenović. Pendant le premier règne de ce prince, Aleksinac devint le centre économique du sud-est de la Serbie, comptant de nombreux commerces et ateliers ; elle devint également un important centre administratif. La troisième poste de Serbie, après celles de Belgrade et de Kragujevac, y ouvrit ses portes ; on y établit aussi un bureau des douanes et un centre de quarantaine.

Aleksinac fut le théâtre d’importantes batailles lors de la guerre serbo-turque de 1876.

La ville a été gravement endommagée par les bombardements de l’OTAN en 1999.

Localités de la municipalité d'Aleksinac[modifier | modifier le code]

Localisation de la municipalité d'Aleksinac en Serbie

La municipalité d'Aleksinac compte 72 localités :

Aleksinac et Aleksinački Rudnik sont officiellement classés parmi les« localités urbaines » (en serbe : градско насеље et gradsko naselje) ; toutes les autres localités sont considérées comme des « villages » (село/selo).

Démographie[modifier | modifier le code]

Ville[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2002 2011
5 797 6 788 8 828 12 007 15 734 17 030 17 171[5] 16 420[1]


Évolution de la population

Pyramide des âges (2002)[modifier | modifier le code]

Répartition de la population par nationalités dans la ville (2002)[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)[modifier | modifier le code]

Répartition de la population par nationalités (2002)[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Sur le plan religieux, la municipalité d'Aleksinac est essentiellement peuplée de Serbes orthodoxes. La ville et sa région relèvent de l'éparchie de Niš (en serbe cyrillique : Епархија нишка), qui a son siège à dans la ville de Niš intra muros.

Le monastère de Lipovac, près d'Aleksinac
Religion Nombre %
Orthodoxes 54 970 95,19
Musulmans 196 0,34
Catholiques 131 0,23
Athées 33 0,06
Protestants 26 0,05
Juifs 1 0,02
Autres[9]

Politique[modifier | modifier le code]

La mairie d'Aleksinac

À la suite des élections locales serbes de 2008, les sièges à l'assemblée municipale d'Aleksinac se répartissaient de la manière suivante[10] :

Parti Sièges
Parti radical serbe 15
Parti démocratique de Serbie 8
Parti démocratique 7
Parti socialiste de Serbie 7
Mouvement pour Aleksinac 6
Mouvement Force de la Serbie 4
G17 Plus 3
Mouvement serbe du renouveau 3
Parti social-démocrate 2

Suite à ces élections, Nenad Stanković, membre du Parti radical serbe (SRS) a été élu président de la municipalité d'Aleksinac[11]. Ivan Dimić, un ingénieur en électronique, né en 1969, a été élu président de l'assemblée municipale[12]. Le président de la communauté locale (en serbe : Месна заједница et Mesna zajednica), l'équivalent d'un maire ou d'un bourgmestre dans les pays francophones, est Zoran Marinković, membre du Parti radical serbe[13].

Culture[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La région d'Aleksinac comprend de nombreuses terres arables à proximité de la Morava ; on y cultive principalement les céréales, le maïs et les piments.

La municipalité est également riche en ressources naturelles, particulièrement le charbon, les schistes bitumineux, le gravier, le sable et le calcaire. La principale industrie d'Aleksinac est la métallurgie.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le lac Bovan, situé à 15 km d'Aleksinac, constitue un lieu de promenade et de villégiature apprécié des habitants et des touriste. Le monastère orthodoxe serbe de Lipovac, consacré à Sveti Stefan (Saint Stefan), a été fondé au XVe siècle par le despote Stefan Lazarević ; il se trouve à 25 km d'Aleksinac, au pied du mont Ozren (1 175 m).

Médias[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

La Route européenne E75 près d'Aleksinac

Personnalités[modifier | modifier le code]

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

Aleksinac a signé des accords de partenariat avec les villes suivantes[15] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sr)(en)[PDF] « Recensement de la population, des ménages et des logements dans la République de Serbie 2011 », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 10 novembre 2011 (consulté le 6 avril 2013)
  2. (sr) « Opšti podaci », sur http://www.aleksinac.org, Site officiel de la municipalité d'Aleksinac (consulté le 3 juillet 2008)
  3. a, b et c (en) « Observatory : Niš (founded in 1889) », sur http://www.hidmet.gov.rs, Site de l'Office hyrdrométéorologique de la République de Serbie (consulté le 16 janvier 2012)
  4. a, b et c (sr) « Monthly and annual means, maximum and minimum values of meteorological elements for the period 1961 - 1990 », sur http://www.hidmet.gov.rs, Site de l'Office hydrométéorologique de la République de Serbie (consulté le 16 janvier 2012)
  5. (sr) Livre 9, Population, analyse comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991 et 2002, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, mai 2004 (ISBN 86-84433-14-9)
  6. (sr) Livre 2, Population, sexe et âge, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-01-7)
  7. (sr) Livre 1, Population, origine nationale ou ethnique, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-00-9)
  8. a et b (en)[PDF] « Population par nationalités ou groupes ethniques, par sexe et par âge dans les municipalités de la République de Serbie », Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade,‎ 24 décembre 2002 (consulté le 11 février 2010)
  9. (en)[PDF] « Langues et religions », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Office national de statistique de la République de Serbie (consulté le 18 janvier 2012)
  10. (sr) « Skupština opštine », sur http://www.aleksinac.org, Site officiel de la municipalité d'Aleksinac (consulté le 2 juillet 2008)
  11. (sr) « Predsednik opštine i opštinsko veće », sur http://www.aleksinac.org, Site officiel de la municipalité d'Aleksinac (consulté le 2 juillet 2008)
  12. (sr) « Skupština opštine », sur http://www.aleksinac.org, Site officiel de la municipalité d'Aleksinac (consulté le 2 juillet 2008)
  13. (sr) « Naselja », sur http://www.aleksinac.org, Site officiel de la municipalité d'Aleksinac (consulté le 2 juillet 2008)
  14. http://www.politika.rs/rubrike/Sport/rukomet/Nishlija-rukometni-kralj-sveta.sr.html
  15. (sr) « Lista medjunarodnih odnosa », sur http://www.skgo.org (consulté le 20 septembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Informations[modifier | modifier le code]

Données géographiques[modifier | modifier le code]