Age of Empires III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Age of Empires III
image

Éditeur Microsoft Game Studios (PC)
MacSoft Games (Mac)
Glu (N-Gage et mobile)
Développeur Ensemble Studios
Glu (N-Gage et mobile)
Concepteur Greg Street
Jerome K. Jones
Musique Stephen Rippy
Kevin McMullan

Date de sortie PC
AN : 18 octobre 2005
EU : 4 novembre 2005
JP : 27 janvier 2006

Macintosh
27 novembre 2006

N-Gage
28 avril 2009

Windows Mobile
30 avril 2009
Genre Stratégie temps réel
Mode de jeu Un joueur, multijoueurs
Plate-forme Microsoft Windows
Mac OS X
N-Gage
Windows Mobile
Média 1 DVD ou 3 CD-ROM
Contrôle Clavier, souris

Age of Empires III est un jeu vidéo de stratégie en temps réel développé par Ensemble Studios et publié par Microsoft Game Studios le 18 octobre 2005 en Amérique du Nord et le 4 novembre 2005 en Europe. Il est le troisième volet de la série Age of Empires qui fait suite à Age of Empires II: The Age of Kings publié en 1999. Le jeu se déroule pendant l'époque coloniale, entre 1492 et 1850, dans le nouveau monde. Le joueur y incarne le leader d'une des huit civilisations disponibles dans le jeu - les Français, les Espagnols, les Portugais, les Hollandais, les Allemands, les Russes, les Ottomans et les Britanniques - qu'il doit faire évoluer à travers cinq âge pour débloquer de nouvelles technologies et unités. Le jeu reprend les principaux éléments de gameplay de ses prédecesseurs qu'il transpose dans un univers en trois dimensions basé sur le moteur graphique d'Age of Mythology.

Le jeu bénéficie de deux extensions officielles développées par Big Huge Games : The War Chiefs et The Asian Dynasties qui sont respectivement publiées en octobre 2006 et en octobre 2007.

Le jeu a également été porté sur Macintosh par MacSoft Games en 2006 puis sur N-Gage et Windows Mobile par Glu Mobile en 2009.

Trame[modifier | modifier le code]

Age of Empires III se déroule durant l’époque coloniale de 1492 à 1850 dans le nouveau monde.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Age of Empires III fonctionne sur le même principe de jeu que ses deux prédécesseurs ; le changement résidant dans le fait que dans Age of Empires et Age of Empires II : The Age of Kings le joueur dirige une civilisation, alors que dans Age of Empires III c'est une colonie. Durant la partie, le joueur peut donc faire appel à sa métropole pour l'aider ; celle-ci fait parvenir à la colonie des vivres ou des troupes.

De plus le joueur a à sa disposition un Explorateur, unité unique qui s'avère très utile car elle ne meurt pas : elle tombe à terre et peut être réanimée par une unité alliée. L'Explorateur représente un grand atout en début de partie pour découvrir la carte.

En début de partie la colonie est petite (seulement un centre-ville) et peuplée de quelques colons. Le but du jeu consiste à développer cette colonie pour la rendre puissante, afin de dominer le Nouveau Monde.

Pour cela le joueur doit construire des habitations pour loger ses troupes ; des casemates (ou des casernes) pour former une infanterie ; des fonderies d'artillerie pour forger des canons...

Le joueur peut choisir de suivre une campagne, et doit alors effectuer des missions précises pour gagner et passer à la suite. Le joueur peut aussi effectuer des parties contre l'intelligence artificielle : l'objectif est alors de détruire la colonie ennemie.

Sélection d'une civilisation[modifier | modifier le code]

Le jeu permet de diriger huit civilisations[1] : les Français, les Espagnols, les Portugais, les Hollandais, les Allemands, les Russes, les Ottomans ou les Britanniques. Chaque civilisation a son point fort. Par exemple, les Britanniques ont une unité militaire spéciale, la Roquette, que les autres civilisations ne possèdent pas.

  • Drapeau de l'EspagneEspagnols-(Espagne, Reine Isabelle Ière de Castille)Les Espagnols reçoivent plus rapidement les chargements provenant de métropole, leurs gains d'expérience étant supérieurs en début de partie aux autres civilisations. Leur explorateur a, en outre, la capacité d'entraîner des chiens de guerre dés le premier âge, avant même que les casernes, nécessaires à la création d'une armée, ne soient disponibles (à l'âge colonial). Leurs unités spécifiques (communes à aucune autre civilisation) sont le rodelero, type de fantassin au corps-à-corps rapides, le missionnaire et le lancier, unité de cavalerie armée d'une lance. Leurs meilleures unités sont le Espada Rodelero, le lancier garrochista et le piquier tercio. L'Espagne est d'ailleurs la seule civilisation à pouvoir améliorer ses piquiers (infanterie anti-cavalerie) en dépassant le statut de vétéran pour ces derniers.
  • Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne-(Grande-Bretagne, Reine Elizabeth Ière d'Angleterre)La principale particularité des Britanniques est leur capacité à bâtir des manoirs, maisons plus coûteuses qui, lorsqu'elles sont finies, "créent" automatiquement un colon supplémentaire. Leurs unités uniques sont l'archer anglais, fantassin léger de tir à distance, et la roquette, unité d'artillerie qui se substitue dans les usines britanniques aux habituels canons lourds des autres civilisations. Leurs meilleures unités sont le mousquetaire redcoat et le hussard de la garde impériale. Les Britanniques se focalisent habituellement plus sur l'économie de leur colonie que sur le militaire, mais, une fois leur production de ressources assurée et efficace, ils peuvent se montrer redoutables sur ce dernier point, avec un entraînement continuel d'unités de guerre.
  • Royaume de France Royaume de France-(France, Napoléon Ier)Les Français entraînent, comme colons, des coureurs des bois, villageois plus résistants, plus puissants au combat et plus efficaces économiquement, avec une vitesse de ramassage des ressources plus élevée que celle des travailleurs des autres civilisations. Pouvant même éventuellement servir comme unités d'infanterie, la contrepartie à leur avantage est un plus fort coût en nourriture. La France possède, en outre, un plus grand nombre de cartes d'améliorations ou d'unités concernant leurs alliés amérindiens, étant ainsi la civilisation la mieux à même de nouer de solides relations économiques et militaires avec les tribus indigènes. De plus, elle a accès à la meilleure cavalerie du jeu, pouvant entraîner des cuirassiers, unités lourdes avec une forte résistance et une puissante attaque de mêlée au corps-à-corps. Ce sont ainsi leurs uniques unités avec le coureur des bois, et leurs meilleures avec le voltigeur.
  • Drapeau du PortugalPortugais-(Portugal, Henri le Navigateur)Les Portugais reçoivent un chariot bâché gratuit à chaque passage d'âge, ce qui leur permet d'avoir un nombre de centre-villes plus élevé que les autres ainsi qu'une production de colons très rapide en début de partie. Ayant accès à plusieurs améliorations facilitant grandement l'exploration de la carte, ils peuvent avoir plusieurs explorateurs ainsi que l'option "longue-vue", qui permet de dévoiler des zones entières de brouillard de guerre et qui offre ainsi l'attrayante possibilité d'espionner brièvement tout ou partie de la colonie de l'adversaire. En plus d'une infanterie équilibrée, ils peuvent posséder (quand bien sûr la carte s'y prête) une puissante marine de guerre. Leurs uniques unités sont le caçador, fantassin léger de tir à distance qui se substitue dans les casernes portugaises aux bellicistes, et la rampe multicanon (ou ribaudequin), unité d'artillerie aux effets semblables aux mitrailleuses Gatling des extensions d'Age of Empires III. Leurs meilleures unités sont le mousquetaire guerreiro et le dragon (cavalerie de tir à distance) jinete (en outre meilleur dragon du jeu).
  • Provinces-Unies Provinces-Unies-(Provinces-Unies, Maurice de Nassau)Les Hollandais ont comme principal avantage la capacité de construire des banques en nombre limité, bâtiments uniques à leur civilisation, qui produisent des pièces automatiquement et en continu. Autre particularité allant de pair avec ce bonus: les colons hollandais coûtent, non de la nourriture comme d'usage, mais des pièces. Le joueur hollandais aura donc, le plus souvent, une production de pièces beaucoup plus avancée, élevée et efficace que les autres, ce qui a toutes les chances, en milieu de partie, de le rendre redoutable économiquement et militairement (les meilleures unités militaires et les améliorations de celles-ci nécessitant beaucoup d'argent). Leurs unités uniques sont l'émissaire, secondant l'explorateur, le ruyter, unité de cavalerie efficace contre la cavalerie de mêlée, et le fluyt, navire de guerre qui offre un plus à la marine. Leurs meilleures unités sont le ruyter carabinier et l'hallebardier de Nassau.
  • Drapeau de l'Empire russeRusses-(Russie, Ivan le Terrible)Les Russes entraînent les colons et l'infanterie par groupe pouvant aller de trois à dix unités (trois pour les colons, quatre pour les hallebardiers vétérans, cinq pour les mousquetaires, dix pour les strelets). En outre, ils entraînent leur infanterie dans des bâtiments uniques, les casemates, combinant caserne et avant-poste. Pouvant très rapidement disposer d'une armée massive, obtenue ainsi du fait du bas prix de leurs unités et de leur création en nombre sur un temps d'entraînement rapide, ils privilégient la quantité à la qualité, même si, dans les âges plus avancés, les améliorations rendent celle-ci plus visible. A l'âge industriel, leurs mousquetaires peuvent également construire un fort supplémentaire. Très portés sur le militaire, les Russes ont néanmoins l'indéniable avantage économique d'avoir rapidement un nombre très élevé de colons au coût unitaire moins élevé que pour les autres civilisations: 3 colons pour 270 de nourriture, soit seulement 90 de nourriture pour chaque colon au lieu des 100 habituels. Leurs uniques unités sont le strelet, infanterie légère surtout efficace comme première défense en début de partie mais de peu de qualité une fois celle-ci bien avancée, le cosaque, cavalerie légère utile contre la cavalerie lourde, et l'oprichnik, autre unité de cavalerie redoutable contre l'infanterie et les colons ennemis. Leurs meilleures unités sont le grenadier pavlov et l'archer de cavalerie tatar.
  • Drapeau de la PrusseAllemands-(Prusse, Frédéric II "le Grand")Les Allemands, qui représentent dans le jeu essentiellement la Prusse du XVIIIe siècle, débutent la partie avec trois chariots de colon, unités de ramasseurs uniques et plus productives que les colons normaux. Autre particularité, à partir de l'âge colonial, chaque chargement de métropole est accompagné de uhlans supplémentaires, unités de cavalerie légère redoutables contre l'infanterie et les colons adverses. L'Allemagne peut également disposer de mercenaires, essentiellement des lansquenets, dés le second âge, ainsi que d'une infanterie lourde particulièrement efficace contre les bâtiments et les fantassins (doppelsöldners). Cependant, c'est la seule civilisation européenne à ne pas pouvoir entraîner de l'infanterie de tir à distance dotée d'armes à feu (mousquetaires, bellicistes ou janissaires) avant le troisième âge. Ses uniques unités sont le chariot de colons, le uhlan, le chariot de guerre (cavalerie à distance) et le doppelsöldner. Ses meilleurs unités sont le fusilier à aiguille et le uhlan czapka.
  • Drapeau de l'Empire ottomanOttomans-(Empire ottoman, Soliman le Magnifique)Les colons ottomans sont produits en continu, automatiquement et gratuitement (mais lentement) par le centre-ville, offrant au joueur ottoman un bonus économique non négligeable. Lorsque débloquées, les améliorations de la mosquée permettent de repousser en permanence les plafonds régulièrement fixé à cette production. L'infanterie ottomane, peu diversifiée, se limite aux janissaires, comparables à des mousquetaires améliorés. Ce manque de fantassins est compensé par la capacité d'entrainer de l'artillerie légère (par ailleurs plus développée) dés le second âge (grenadiers et canons abus), et par une cavalerie performante traduite au niveau de la présence de spahis, d'archers de cavalerie et de hussards puissants. Enfin, les grandes bombardes, unités d'artillerie les plus puissantes du jeu, se substituent en métropole et dans les usines ottomanes aux canons lourds. Leurs uniques unités sont le canon abus, le janissaire, la grande bombarde, le spahi, la galère ("caravelle" ottomane) et l'imam. Leurs meilleurs unités sont le hussard timariote et le grenadier.

Le territoire[modifier | modifier le code]

Le joueur peut être amené à combattre sur plusieurs types de territoires, que sont :

  • les montagnes Rocheuses
  • le désert du Texas
  • les Grandes Plaines
  • les Grands Lacs (gelés ou non)
  • la Nouvelle Angleterre
  • les îles Caraïbes
  • les marais de la Louisiane
  • la forêt des Andes
  • et d'autres encore.

Chaque carte possède des quantités de ressources et des paysages propres, que le joueur devra faire tourner à son avantage.

Le joueur a le choix de s'allier aux Indigènes locaux qui viendront l'assister au combat, et lui offrir des améliorations technologiques uniques.

Les cartes sont parsemées de trésors défendus par des gardiens (animaux sauvages, pirates, bandits, indigènes) qu’il faut tuer pour pouvoir récupérer le butin. Les trésors apportent des ressources, de l’expérience, des unités, ou améliorent l’explorateur. On peut aussi trouver des trésors en mer dans les expansions.

Les différents âges[modifier | modifier le code]

Le jeu, comme ses prédécesseurs, est découpé en plusieurs âges, donnant accès principalement à un arbre technologique différent. Chaque âge vous permettra de choisir entre différents politiciens qui vous fourniront des unités et/ou des cageots de ressources. Passer à un âge suivant a un prix plus ou moins élevé en ressources :

  • Âge des découvertes
  • Âge colonial
  • Âge des forteresses
  • Âge industriel
  • Âge impérial
  • Âge de la Révolution (extension du jeu)

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

La campagne se compose de 3 actes.

Age of Empires III dispose d’un serveur online (Ensemble Studios Online 2) qui permet au joueur d’en affronter d’autres en temps réel, et de discuter avec eux. Le joueur a la possibilité de choisir son pseudonyme et son avatar, et possède une fiche de statistiques qui permet de voir le nombre de points, en fonction du nombre de parties jouées et gagnées ou non. Des mises à jour gratuites sont souvent disponibles. La mise à jour a tendance à améliorer l’interface de ESO et à corriger certains bugs. Il est à noter que la version PC n'est pas compatible avec la version MAC[2].

Développement[modifier | modifier le code]

Le jeu reprend le concept des précédents tout en apportant de nettes améliorations au niveau graphique[3]. Le rendu de l’eau a par exemple été mis en place au bout d’un an d’études. Le jeu incorpore un moteur physique de la société Havok. L’intelligence artificielle est réactive, le changement le plus remarqué est surtout le passage en trois dimensions[4].

Versions et extensions[modifier | modifier le code]

Version de démonstration[modifier | modifier le code]

Une version de demonstration du jeu est publié par Microsoft Game Studios le 18 octobre 2005. Celle-ci permet au joueur d'incarner les Britanniques ou les Espagnols sur deux cartes - la Nouvelle-Angleterre et le Texas - et de jouer deux des scénarios de la campagne du jeu[5],[6].

Versions PC[modifier | modifier le code]

Age of Empires III est publié par Microsoft Game Studios le 18 octobre 2005 en Amérique du Nord et le 4 novembre 2005 en Europe[7],[8]. En même temps que la version standard, Microsoft publie également une version collector du jeu baptisée Age of Empires Collector's Edition. Celle-ci inclue notamment un livre d'artwork de 210 pages intitulé The Art of Empires, une DVD du making of du jeu, la bande originale du jeu, un poster, un guide de jeu et une édition spéciale du manuel de jeu[9].

Le 23 octobre 2007, Microsoft publie Age of Empires III Gold Edition qui regroupe le jeu original et sa première extension The War Chiefs [10].

Version Macintosh[modifier | modifier le code]

Le 24 novembre 2006, MacSoft Games publie une version Macintosh du jeu[11].

Version mobile[modifier | modifier le code]

Age of Empires III a également été publié par Glu Mobile sur la N-Gage de Nokia le 28 avril 2009 et sur Windows Mobile le 30 avril 2009[12].

Extensions[modifier | modifier le code]

Age of Empires III bénéficie de deux extensions officielles développées par Big Huge Games et publié par Microsoft. La première intitulée The War Chiefs est publié le 17 octobre 2006 aux États-Unis. Celle-ci introduit de nouvelles cartes, une nouvelle campagne ainsi que trois nouvelles civilisations - la Confédération Iroquoise, les Aztèques et les Sioux - pouvant choisirs entre différents bonus lors de leur passage à un âge supérieur. Le jeu introduit également un nouvel âge pour les civilisations européennes, l'âge de la Révolution, dans lequel l’économie est abandonnée mais qui donne accès à des unités puissantes depuis une nouvelle métropole (indépendance en quelque sorte)[13],[14].

La seconde extension, baptisée The Asian Dynasties, est publiée le 23 octobre 2007 aux Etats-Unis. Celle-ci introduit également de nouvelles cartes, une nouvelle campagne et trois nouvelles civilisation - la Chine, le Japon et l’Inde - devant construire une merveille pour passer à un âge supérieur, ces merveilles leurs faisant bénéficier d'un bonus qui leur est propre[15],[16].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Age of Empires III
Média Pays Notes
1UP US B-[17]
Canard PC FR 60 %[18]
Computer Gaming World US 3/5[19]
Gamekult FR 70 %[20]
GameSpot US 82 %[21]
IGN US 88 %[22]
Jeuxvideo.com FR 80 %[23]
Compilations de notes
Metacritic US 81 %[24]
Game Rankings US 82.4 %[25]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Site officiel, extraits de musique du jeu, blog des créateurs (seule page en anglais), captures d’écran…

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Liste des Civilisations disponibles », Ensemble Studios.
  2. (en)« Présentation des fonctions multijoueur du jeu », Ensemble Studios.
  3. (en)« Interview des développeurs sur les technologies présentes dans ce nouvel opus », Ensemble Studios,‎ 3 septembre 2005.
  4. (en)« Nouveautés Graphiques du jeu », Ensemble Studios.
  5. (en) « Age of Empires III Trial Version », sur Microsoft.com.
  6. (en) « Download Age of Empires III Demo v1.1 », sur EnsembleStudios.com.
  7. (en) « Annonce de la sortie de Age of Empires III », Ensemble Studios,‎ 1er avril 2005.
  8. (en) Andrew Burnes, « Age of Empires III Ships: Straight from the home city », sur IGN.com,‎ 18 octobre 2005.
  9. (en) « Age of Empires III Collector's Editions », sur IGN.com.
  10. (en) « Age of Empires III Gold Editions », sur IGN.com.
  11. (en) « Age of Empires III Release Info », sur MobyGames.com.
  12. (en) « Glu Mobile Announces the Launch of Age of Empires III on N-Gage », sur IGN.com,‎ 28 avril 2009.
  13. (en)« The War Chiefs », Ensemble Studios.
  14. (en) Jason Ocampo, « Age of Empires III: The WarChiefs Review », sur GameSpot.com.
  15. (en)« The Asian Dynasties », Ensemble Studios.
  16. (en) Jason Ocampo, « Age of Empires III: The Asian Dynasties Review », sur GameSpot.com.
  17. (en) Lee Garnett, « Age of Empires III », sur 1UPcom,‎ 14 octobre 2005.
  18. (fr) Ackboo, « Age of Empires III : On a passé l'âge », Canard PC, no 91,‎ novembre 2005, p. 13-15.
  19. (en) Tom Chick, « Age of Empires III: Just like the olden days », Computer Gaming World, no 257,‎ décembre 2005, p. 76-77 (lire en ligne).
  20. (fr) Prodigy, « Test : Age of Empires III », sur Gamekult.com,‎ 2 novembre 2005.
  21. (en) Greg Kasavin, « Age of Empires III Review », sur GameSpot.com,‎ 14 octobre 2005.
  22. (en) Steve Butts, « Age of Empires III: A New World beckons », sur IGN.com,‎ 18 octobre 2005.
  23. (fr) Superpanda, « Test de Age of Empires III », sur Jeuxvideo.com,‎ 28 octobre 2005.
  24. (en) « Age of Empires III », sur Metacritic.com.
  25. (en) « Age of Empires III », sur GameRankings.com.

Bibliographie[modifier | modifier le code]