Cordillère des Andes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Andes)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Andes » redirige ici. Pour les autres significations, voir Andes (homonymie).
Cordillère des Andes
Carte topographique de l'Amérique du Sud avec la cordillère des Andes (en brun) le long de la côte occidentale du continent.
Carte topographique de l'Amérique du Sud avec la cordillère des Andes (en brun) le long de la côte occidentale du continent.
Géographie
Altitude 6 962 m, Aconcagua[1]
Longueur 7 100 km
Largeur 200 à 1 800 km
Superficie 3 370 000 km2
Administration
Pays Venezuela Venezuela
Drapeau de la Colombie Colombie
Équateur (pays) Équateur
Drapeau du Pérou Pérou
Drapeau de la Bolivie Bolivie
Drapeau du Chili Chili
Drapeau de l’Argentine Argentine
Géologie
Âge Mésozoïque
Roches Roches sédimentaires, métamorphiques, et magmatiques

La cordillère des Andes, en espagnol Cordillera de los Andes, est la plus grande chaîne de montagnes du monde[2], orientée nord-sud tout le long de la côte occidentale de l'Amérique du Sud. Longue d'environ 7 100 kilomètres, large de 200 à 1 800 kilomètres [1] (entre le 18 et le 20° de latitude Sud), la cordillère a une altitude moyenne de 4 000 mètres et culmine à 6 962 mètres. Elle débute au Venezuela au nord puis traverse la Colombie, l'Équateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili et l'Argentine, jusqu'à la pointe sud du continent.

Les Andes sont la plus haute chaîne de montagnes au monde en dehors de l'Asie. Leur sommet le plus élevé est l'Aconcagua, avec ses 6 962 mètres d'altitude[1], situé en Argentine. Le sommet du volcan Chimborazo dans les Andes équatoriennes, est le point le plus éloigné du centre de la Terre, en raison du renflement du globe au niveau de l'équateur. De nombreux sommets sont des volcans, qui sont parmi les plus hautes montagnes sur Terre après celles de l'Himalaya, dépassant 6 000 mètres d'altitude. D'autres sommets sont également issus de la subduction de la plaque pacifique sous la plaque sud-américaine, notamment l'Aconcagua en Argentine et le Huascaran au Pérou.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Cono de Arita dans le Salar d'Arizaro, Salta (Argentine).

L'origine du mot « Andes » vient du quechua anti qui désigne les habitants d'une zone montagneuse mais couverte de végétation tropicale au nord-est de Cuzco, au Pérou. Les Andes ont longtemps désigné en espagnol cette région spécifique avant de recevoir son sens actuel. Le terme cordillère vient de l'espagnol cordillera, signifiant « corde ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cette chaîne de montagnes s'étend du Venezuela au Chili en passant par la Colombie, l'Équateur, le Pérou, la Bolivie et l'Argentine[1]. Elle divise le continent sud-américain en deux bassins-versants très inégaux. Le versant occidental débouche directement sur l'océan Pacifique alors que le versant oriental donne naissance à des cours d'eau dont les confluences successives aboutissent à de grands fleuves comme le Rio de la Plata en Argentine, l'Orénoque au Venezuela et surtout l'Amazone qui prend sa source dans les Andes péruviennes sous le nom de Rio Apurimac.

Elle constitue la frontière naturelle entre le Chili et l'Argentine. C'est d'ailleurs en Argentine que se situe l'Aconcagua, point culminant de cette chaîne montagneuse et du continent américain.

Topographie[modifier | modifier le code]

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La cordillère des Andes est divisées en plusieurs massifs souvent nommés eux-mêmes « cordillère »[1]. Au nord, dans le nord-ouest du Venezuela, la cordillère de Mérida se raccorde au sud-ouest à la cordillère Orientale[3],[4]. Celle-ci traverse la Colombie et l'Équateur du nord au sud[4],[5]. Elle est accompagnée par la cordillère Centrale jusqu'au nœud de los Pastos ainsi que la cordillère Occidentale[4],[5]. Ces cordillère Occidentales et Orientales donnent naissance à trois nouvelles cordillères depuis le nord du Pérou jusqu'à l'extrême nord du Chili et de l'Argentine en passant par la Bolivie[6],[7]. Il s'agit de la cordillère Occidentale séparée des cordillères Centrale du Pérou, Centrale de Bolivie et Orientale par l'Altiplano, prolongé au sud par la Puna de Atacama[6],[7],[8]. Plus au sud, la cordillère des Andes qui s'étend dans le centre du Chili et le centre ouest de l'Argentine ne porte pas de nom spécifique si ce n'est le cas de quelques chaînes locales[9]. Le sud du massif est quant à lui formé par la cordillère de Patagonie[10] qui se prolonge à son extrémité méridionale par les montagnes de la Terre de Feu[11]. D'autres chaînes et cordillères de taille restreintes et internes à ces grands ensembles sont aussi identifiées. Certains massifs sont parfois rattachés à la cordillère des Andes. Ça peut être le cas de la Sierra Nevada de Santa Marta[12] en Colombie, de la cordillère de la Costa au Venezuela[13] ou encore de la chaîne Côtière du Chili[14].

Les Andes font environ 200 kilomètres de largeur en moyenne, excepté au niveau de la « flexion bolivienne » où la cordillère atteint environ 1 800 kilomètres de largeur[1].

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des montagnes des Andes.
Venezuela[modifier | modifier le code]
Pico Bolívar, Venezuela
Catégorie complète : montagnes du Venezuela
Colombie[modifier | modifier le code]
Catégorie complète : montagnes de Colombie
Équateur[modifier | modifier le code]
Chimborazo, Équateur
Pérou[modifier | modifier le code]
Alpamayo, Pérou
El Misti, Pérou
Catégorie complète : montagnes du Pérou
Bolivie[modifier | modifier le code]
Catégorie complète : montagnes de Bolivie
Frontière Bolivie/Chili[modifier | modifier le code]
Licancabur, Bolivie/Chili
Chili[modifier | modifier le code]
Catégorie complète : montagnes du Chili
Frontière Argentine/Chili[modifier | modifier le code]
Llullaillaco, Chili/Argentine
Argentine[modifier | modifier le code]
Catégorie complète : montagnes d'Argentine

Principales villes[modifier | modifier le code]

Si les Andes n'ont pas les plus hauts sommets de la planète, elles ont assurément les villes les plus haut perchées. Les villes de la Cordillère sont nichées à une altitude où commence en Europe un désert minéral inhabité. Des villes qui, comme Potosi (4 070 mètres), Cerro de Pasco (4 380 mètres), l'agglomération de La Paz-El Alto (3 250 à 4 200 mètres), tutoient parfois les nuages. Les cités andines s'inscrivent dans les décors les plus variés : si certaines sont directement posées sur le haut plateau de l'Altiplano, d'autres se blottissent au creux de vallées.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les Andes sont issues d'une orogenèse Mésozoïque-Tertiaire et font partie de la ceinture de feu du Pacifique, une zone d'intense activité volcanique et orogénétique, qui inclut la bordure pacifique des Amériques ainsi que la région Asie-Pacifique. Les Andes sont le résultat d'un processus de tectonique des plaques causée par la subduction de la croûte océanique sous la plaque sud-américaine. La cause principale de l'élévation de la cordillère est la compression de la bordure occidentale de la plaque sud-américaine causée par la subduction des plaques de Nazca et antarctique. En vingt millions d'années, les forces tectoniques ont élevé certaines régions des Andes de plus de 1 500 mètres. Vers l'est, la chaîne se termine par quelques bassins sédimentaires, tels que ceux de l'Orénoque, de l'Amazone, du Madre de Dios ainsi que du Gran Chaco qui séparent les Andes des anciens cratons dans l'est de l'Amérique du Sud. Au sud, les Andes partagent une longue frontière avec l'ancienne terre de Patagonie. À l'ouest, les Andes se terminent dans l'océan Pacifique, bien que l'on considère la fosse du Pérou-Chili, comme la véritable limite de l'extension occidentale de la chaîne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat des Andes varie grandement selon l'emplacement, l'altitude et la proximité de la mer. La partie méridionale est pluvieuse et fraîche, tandis que les Andes centrales sont arides. Le nord des Andes est généralement pluvieux et chaud, avec une température moyenne de 18 °C en Colombie. Le climat peut parfois changer radicalement sur des distances relativement faibles.

Les montagnes jouent un effet important sur les températures des zones adjacentes. L’isotherme zéro est compris entre 4 500 mètres et 4 800 mètres dans les Andes tropicales équatorienne, colombienne, vénézuélienne et le nord du Pérou. Il s'élève de 4 800 mètres à 5 200 mètres dans les montagnes arides du sud et au nord du sud du Pérou, puis descend progressivement en progressant vers le sud. Il n’est ainsi qu’à 300 mètres en Terre de Feu.

Les Andes du Chili et l'Argentine peuvent être divisées en deux zones climatiques et glaciologiques, les Andes arides et les Andes humides. Les Andes arides s'étendent du désert d'Atacama jusqu’à la région du Maule, les précipitations sont plus sporadiques et l’amplitude thermique élevée. Les Andes humides jouissent d’un climat plus tempéré aux précipitations plus régulières.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Selon l'étagement dans la cordillère et la latitude, une flore et une faune originales se sont acclimatées sur les versants et les hauts plateaux andins.

Entre 1 200 et 2 400 mètres, sur les pentes des sierras très arrosées, la jungle se transforme en une luxuriante forêt des brouillards. Parmi les arbres : palmiers, bambous géants ou arborescents, podocarpus, cecropias. Parmi les fleurs : orchidées, broméliacées, bégonias, terrariums, impatientes, calcéolaires, fuchsia et passiflores. Tout autour évoluent des papillons multicolores et de minuscules colibris. À cette altitude, les animaux sont encore ceux de la jungle avec des pumas, des singes hurleurs, des pécaris, margays, fourmiliers et de nombreux oiseaux (perruches, perroquets, gaucharos).

Entre 2 400 et 3 800 mètres, sous l'action du froid et du vent, les arbres se ratatinent, se tordent et se couvrent de lichens. C'est la forêt naine, le domaine des buissons épineux de tola et des polylepsis, arbustes appartenant à la famille des pommiers et des fraisiers.

Entre 3 800 et 4 700 mètres, dans les Andes du Nord, la végétation se raréfie. On pénètre dans le paramo, toundra d'altitude, morne et froide, caractérisée par les grandes espeletias de la famille des astéracées dont les feuilles sont disposées en rosette autour de la tige et qui peuvent atteindre jusqu'à six mètres de haut. Beaucoup plus petites, les rouges vaccinium et les eryngium arrivent encore à pousser. Au-delà, le paramo cède la place aux neiges éternelles des sommets mais la démarcation décline jusqu'à 700 mètres tout au sud de la cordillère, là où les glaciers plongent vers l'Antarctique.

Dans les Andes du Centre et du Sud (Pérou, Bolivie, nord du Chili et nord-ouest de l'Argentine), l'équivalent du paramo est la puna. Pas d'espeletias, mais quelques puyas apparentées à l'ananas dont les très hautes hampes florales atteignent neuf mètres et, partout, des touffes d'ichu, une herbe jaune qui pousse également sur l'Altiplano. Vaste plateau d'altitude, l'Altiplano s'étire à 4 000 mètres entre la Cordillère orientale et la Cordillère occidentale. Les Indiens y cultivent la pomme de terre, le blé et l'orge. Le maïs, lui, ne pousse plus à 3 500 mètres. Au bord du lac Titicaca, les Aymaras récoltent les totoras, sortes de roseaux avec lesquels ils construisent leurs villages flottants et leurs embarcations. Pour leur consommation de viande, les Indiens élèvent des cochons d'Inde, des moutons, des lamas et des alpagas.

Parmi les animaux sauvages, on rencontre des troupeaux de vigognes et de guanacos (deux cousins du lama, désormais protégés), des rongeurs (chinchillas, viscaches), des lézards et de nombreux oiseaux : le condor, dont l'envergure dépasse trois mètres ; plusieurs variétés de flamants ; le nandou, qui ressemble à une petite autruche ; le coq de roche du Pérou ; la bernache des Andes ; le tinamou orné ; le pic coucou.

En Bolivie et au Chili, dans la puna d'Atacama, l'Altiplano se couvre de déserts salés (comme la laguna Colorada) où fleurissent parfois, au raz du sol, des hoffmanseggias, jolies fleurs rouges aux profondes racines. Parmi les autres paysages caractéristiques des Andes, remarquables sont les yungas (vallées chaudes de Bolivie et du Pérou), la pampa sèche du sud de l'Argentine (dominée par les polylepis, les cactus et les chardons) et la savane de Bogota (grand plateau verdoyant à 2 600 mètres couvert de prairies et de champs de fleurs). De la Colombie au Chili, quelques espèces se moquent de l'altitude et de la latitude : depuis le niveau de la mer jusqu'au paramo et à la puna, on rencontre ainsi de nombreux cactus et eucalyptus et aussi le cocotier du Chili, palmier monumental en voie de raréfaction. Importés d'Australie pour servir de poteaux dans les mines, ces arbres ont bien réussi leur acclimatation andine.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1735, les botanistes et explorateurs français Charles Marie de La Condamine et Pierre Bouguer, accompagnés des Espagnols Antonio de Ulloa et son ami Jorge Juan sont les premiers à entamer une expédition pour explorer les montagnes de l'Équateur[15].

Quelques exploits :

Activités[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La pratique du ski est possible dans la cordillère des Andes. Il existe 16 stations de ski en Argentine[16] et 18 au Chili[17]. Créée en 1961, la station de ski chilienne Portillo est la plus vieille station de ski d'Amérique du Sud. Par la présence de la lagune de l'Inca (Laguna del Inca en espagnol) au cœur des montagnes, Portillo fait partie des plus belles stations de ski du monde[18].

Au pied de la cordillère des Andes, la province de Mendoza accueille la principale région viticole d'Argentine avec la présence de 1 221 propriétés viticoles, appelées bodegas, pour une production de près de dix millions d'hectolitres de vin par an. Les responsables du tourisme argentin ont mis en place des routes des vins dans le but à la fois d'améliorer les conditions d'accueil des touristes dans les caves à vin et de faire connaître la région par de nouveaux itinéraires routiers[19].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) « Andes », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  2. La plus grande chaîne de montagnes tous types confondus est sous-marine ; il s'agît du système de dorsale océanique, qui forme une chaîne continue de plus de 60 000 kilomètres de longueur
  3. (en) « Cordillera de Merida », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  4. a, b et c (en) « Colombian Andes », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  5. a et b (en) « Ecuador Andes », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  6. a et b (en) « Peruvian Andes », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  7. a et b (en) « Bolivian Andes », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  8. (en) « Puna de Atacama », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  9. (en) « Central Argentina-Chile Andes », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  10. (en) « Patagonian Andes », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  11. (en) « Tierra del Fuego », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  12. (en) « Sierra Nevada de Santa Marta », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  13. (en) « Coastal Venezuela », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  14. (en) « Chilean Coastal Range », peakbagger.com (consulté le 6 mai 2011)
  15. La cordillère des Andes Larousse, consultée le 26 avril 2010.
  16. (es) « Esquiar en Argentina », www.nevasport.com,‎ 2010 (consulté le 16 mai 2010)
  17. (es) « Esquiar en Chile », www.nevasport.com,‎ 2010 (consulté le 16 mai 2010)
  18. Chili, île de Pâques, Patagonie par Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, p 171, 2006
  19. (es) « Las Rutas del Vino », www.argentina.gov.ar (consulté le 16 mai 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]