Orff-Schulwerk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
l’Instrumentarium pédagogique du Orff-Schulwerk

Le Orff-Schulwerk, (aussi appelé Méthode Orff en France) est une pédagogie musicale active créée et développée par un groupe pédagogique composé du compositeur Carl Orff, de la chorégraphe Dorothée Gunther, de la musicienne Gunild Keetman et de la danseuse Maja Lex. Elle est actuellement diffusée en France par l’Association Carl-Orff France. Il s'agit d’un mouvement pédagogique international présent dans 35 pays sur tous les continents. L’Institut Orff de Salzbourg coordonne les actions du Orff Schulwerk à travers le monde.

Citations[modifier | modifier le code]

« Chaque être humain a en lui une part innée de créativité...Mon objectif pédagogique a toujours consisté à dépister et à révéler ce créateur qui sommeille en chacun de nous [1] » Carl Orff

Historique et principes du Orff-Schulwerk[modifier | modifier le code]

C’est au début du XX siècle dans la mouvance des recherches philosophiques tournées vers l’enfant de nombreux chercheurs et pédagogues, que naissent les idées pédagogiques de Carl Orff. Celui-ci a toujours considéré son travail pédagogique comme faisant partie intégrante de son œuvre. Orff met l’enfant au cœur de sa réflexion en le considérant comme un être à part entière, qu’il souhaite acteur de son apprentissage.

Pour Carl Orff, le maître doit amener l’élève vers l’improvisation et la création. Il considère (comme Freud et Henri Wallon (1879-1962) notamment) que l’enfant a intrinsèquement un développement psychique que les époques et le contexte social peuvent faire évoluer mais pas changer fondamentalement. L’éducateur devient alors un guide qui insuffle des modèles que le jeune avec son aide, fera évoluer.

L’enfant et sa personnalité sont donc au cœur des recherches pédagogiques du compositeur. Il considère que le contexte culturel est un élément très important dans le développement des individus et qu’il est primordial d’en tenir compte et d’exploiter les ressources authentiques du pays. Le folklore appartient au monde verbal et culturel, c’est aussi pour cela qu’il s’y intéresse.

Carl Orff prône une éducation musicale et corporelle basée sur l’évolution de l’enfant, une musique à vivre. Elle doit lui permettre de « découvrir et d’étendre son potentiel musical, gestuel et langagier. »

La musique élémentaire comme la définissait Carl Orff inclut le rythme, le corps, le langage, la parole, les instruments. Tous ces éléments sont interdépendants et définissent la musique élémentaire illustrée par ce qu’il a nommé : « Schulwerk[2] », vocable que l’on pourrait traduire avec prudence par « Atelier éducatif ». Il ne s’agit donc pas d’une méthode mais le reflet d’un travail élaboré avec les enfants et non pour eux. Nous pouvons davantage parler d’une démarche évolutive possible, qu’une recette à appliquer. Celle-ci, privilégie la notion de groupe. Le participant y est à la fois acteur et spectateur. Comme dans la société, chacun participe à l’évolution collective tout en développant son propre potentiel. C’est entre autres pour cela qu’elle s’adresse à tous sans élitisme.

Dès 1950, l’utilisation de « l’instrumentarium [3] » a été proposée à des enfants handicapés. En effet la musique élémentaire ne découle pas de schémas préétablis, chacun peut donc se l’approprier en fonction de ses possibilités propres. Le but n’étant pas le résultat à atteindre mais plutôt le processus d’apprentissage mis en œuvre pour arriver à une progression graduelle dans laquelle chacun évolue à son rythme.

Pôles d’articulation[modifier | modifier le code]

La prise de contact dans laquelle des exercices dits sensoriels sont privilégiés.

L’imitation qui avec des exercices de répétition favorise la concentration et la perception.

Avec l’exploitation, l’enfant s’approprie les modèles en les manipulant, variant, les adaptant afin de parvenir à : L’improvisation, moment où l’enfant exploite ses nouvelles connaissances, fait des choix, invente mais aussi joue, compose avec le groupe.

Afin de réussir cette progression un matériel très varié est proposé dans la musique élémentaire :

Ressources de l’individu[modifier | modifier le code]

La voix, le langage et toutes ses déclinaisons (cris, onomatopées…), le chant (avec des mélodies élémentaires, des rythmes courts facilement mémorisables.)

Le corps, le schéma corporel, l’expression corporelle, la danse folklorique…la percussion corporelle est le premier instrument de la musique élémentaire.

Le rythme, dénominateur commun du mouvement, du langage et de la musique est un élément primordial de la musique élémentaire La pratique des instruments bien que non essentielle, permet d’élargir le champ des expérimentations.

L’instrumentarium proposé par Carl Orff s’inspire d’autres cultures (africaines, asiatiques, Sud-américaines) mais aussi du Moyen Âge et de la renaissance. Les instruments fabriqués ou détournés sont aussi beaucoup utilisés.

En conclusion, nous dirons que la musique élémentaire est une musique du présent, elle s’adresse donc particulièrement aux enfants qui la manipulent, l’explorent et la font évoluer. Elle s’adresse aussi aux éducateurs soucieux d’utiliser une pédagogie vivante et qui ne se sentent pas seulement des maîtres mais plutôt des guides créatifs, des partenaires.

Formation aux principes du Orff-Schulwerk[modifier | modifier le code]

Il existe bien certains ouvrages qui traitent de cette pédagogie active mais l’essentiel s’enseigne par l’exemple. De nombreux pays proposent des stages et formations longues. En France il est possible de s’adresser à l’Association Carl-Orff France. Tous les 5 ans un symposium est organisé à l’Institut Orff de Salzbourg. Des conférences, ateliers musicaux, concerts, débats sont au programme. Le prochain se déroulera en juillet 2016.

Compositeurs d’œuvres du Orff-Schulwerk[modifier | modifier le code]

Carl Orff; Gunild Keetman; Maja Lex; Jos Wuytack; Hans Zimmer; Wilhelm Keller

Instrumentarium Orff[modifier | modifier le code]

C’est à partir d’instruments ethniques que Carl Orff, assisté de son ami luthier Klaus BECKER, créent un ensemble d'instruments à lames et percussions (xylophones, metallophones, timballes, grosses caisses etc.) À ces instruments viendront s'ajouter tous les instruments qui ne demandent pas de technicité particulière et qui peuvent être utilisés rapidement par les enfants (maracas, tambourins etc..). Pour la fabrication de ces instruments adaptés aux enfants, ils fondent en 1949, la société Studio 49 dans la banlieue de Munich. Carl Orff préconisait aussi l'utilisation sonore d'objets usuels ainsi que les percussions corporelles.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Entrez dans la danse film documentaire de 53 min en français (2007) réalisé par Denys Piningre. Il présente en images cette pédagogie musicale originale. Il est aussi possible de consulter le site de l'association Carl ORFF France[4]
  • Méthode actives en musique 1 Documentaire en français sur les pédagogies musicales actives dont Carl Orff, réalisé par Steenhout Pierre. Durée 60 min. 1986. Il est archivé à l'association Carl Orff France et à la cinémathèque de Belgique (prêt possible référence V0190)
  • ORFF-SCHULWERK - RHYTHMISCH-MELODISCHE ERZIEHUNG (ORFF-SCHULWERK, NOUVELLE EDUCATION MUSICALE), documentaire en allemand sur la pédagogie musicale Carl Orff réalisé par : Hans Rolf Strobel et Heinrich Tichawsky (1959). Ce film a été présenté en compétition au festival de Cannes (courts métrages) en 1960. Il est archivé à la cinémathèque de Belgique (référence F2569)
  • Eldorado des jeunes, documentaire en français sur la pédagogie musicale Carl Orff appliquée par le groupe "Ons Dorado" de Brugges. Réalisé par Colette Philippe. Durée 13 min. 1957. Il est archivé à la cinémathèque de Belgique (référence F2136)
  • Méthode Orff’, Réalisation Bernard Lecomte, éditions Centre Régional de Ressources Audio Visuelles de Tourcoing et Atelier Régional de Musique ; cassette VHS N° 320025 ; 12 min 50

Extraits musicaux du Orff-Schulwerk[modifier | modifier le code]

Les musiques du Orff-Schulwerk sont régulièrement utilisées ou adaptées dans des Bandes Originales de Films ou documentaires télévisés, par exemple :

  • « La Balade sauvage » (Badlands) Film de Terrence Malick, 1973 : On peut y entendre Spielstücke et Gassenhauer extraits de l’œuvre "Schulwerk, musica poetica" de Carl Orff et Gunild Keetman
  • « True Romance » (Tony Scott, 1993) Hans Zimmer a composé You're so cool en s'inspirant fortement de Gassenhauer du Orff-Schulwerk de Carl Orff
  • « À la rencontre de Forrester » Film de Gus Van Sant, 2001 : On peut y entendre Gassenhauer extrait de l’œuvre "Schulwerk, musica poetica" de Carl Orff et Gunild Keetman
  • « Voyage dans les ghettos du gotha » Le documentaire télévisé de Jean Christophe Rozé (2008) utilise Gassenhauer extrait "Orff-Schulwerk"
  • « Enquête d'action: ouvrir un camping ou un parc d'attraction: jakpot ou galère » diffusé le 1/7/2011 sur W9. extrait "You're so cool" de Hans Zimmer fortement inspiré de Gassenhauer du "Orff-Schulwerk" de Carl Orff

Bibliographie et discographie[modifier | modifier le code]

  • Jos Wuytack a fait une version française des recueils du Orff-schulwerk, de même que les enregistrements de ces derniers: "Musique pour enfants, Musica Poetica".
  • Pédagogie musicale selon Carl Orff", Françoise GRENIER, Thèse qui sera publiée en 2012, Québec 1982
  • Analyse comparative de trois approches d'éducation musicale : Dalcroze, Orff et Kodaly, Gilles COMEAU; thèse publiée, 1995, éditeur CFORP
  • Journée d'information éducation musicale. Méthodes actives Carl Orff. 11 décembre 1969 Monographie
  • Pédagogie de l'expression et de la créativité, pages 127 à 136 Jean-Michel Baude, 2004, éditions Vuibert
  • La méthode ORFF, article de Max Méreaux paru dans la revue l’éducation musicale d’octobre 1988 N°351 pages 7 à 10
  • La Méthode Orff, Méthode Active d'Initiation Musicale, article de Max Méreaux publié par le C.R.D.P. de Lille, 2° trimestre 1982
  • L'éveil musical, une pédagogie évolutive, pages 18 à 19 et 22 à 24 Cristina Agisti-Gherban éditions de "L'Harmattan"
  • Sur les traces de Schulwerk de Carl Orff, Méthodologies pour l'usage des instruments d'orchestre scolaire", M. DEVREESE-PAPGNIES, Bruxelles, 1968.
  • La musique sous la république de Weimar, page 366 Pascal Huynh, éditions fayard 1998
  • Danse la vie, page 156 Yvonne Berge, éditions Le Souffle d'or; 1994
  • L’Effet Mozart, Chapitre : l’enseignement de la musique et la pédagogie musicale Orff, pages 216 à 219 Don Campbell, éditions Le jour editeur, 1998
  • Concepts-clé dans la musicothérapie ORFF, Gertrud ORFF , éditions A.Leduc, PARIS, 1990
  • La musicothérapie, pages 40 à 43 Edith Lecourt, éditions puf, Paris, 1988
  • L’expérience musicale, résonances psychanalytiques, pages 11 et 188 à 190 Edith Lecourt, éditions L'Harmattan, Paris, 1994
  • Le rythme, source d’équilibre. La méthode Orff appliquée à la rééducation de la psychomotricité Monographie d’Alain Gassion et le Docteur Suzanne Masson, éditions Zurfluh, Paris 1973
  • Musique et rééducation, le Orff Schulwerk René Laurent 1966, extrait de la "Revue pratique de psychologie de la vie sociale et d'hygiène mentale" N°1
  • La Musicothérapie et le modèle ORFF-Schulwerk, Marie Prévot, Série 2 de la revue "interventions sonores"

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Extrait du film Documentaire: "Carl ORFF" de T.Palmer, Inter Nationes 1997
  2. La racine « Schul » signifie : école, classe. « Werk » fait référence au travail, à l’ouvrage ou l’œuvre
  3. Ensemble de petits instruments de musique à percussion ( xylophones, claves, timbales, bongos etc..)
  4. Site officiel de l’Association Carl-Orff France - Musique Pédagogie Mouvement Musicothérapie