Hans Fritzsche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hans Fritzsche
Hans Fritzsche12.jpg
Hans Fritzsche en 1945 lors du procès de Nuremberg.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
CologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Partis politiques
Conflit
signature de Hans Fritzsche
signature

Hans Georg Fritzsche, né le à Bochum, et mort le à Cologne, est un journaliste allemand qui termina sa carrière comme responsable des nouvelles au ministère de la propagande nazi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans Fritzsche naît le 21 avril 1900, à Bochum, en Allemagne.

À partir de 1917 et jusqu'à 1918, il participe à la Première Guerre mondiale. Puis, après la guerre Fritzsche reprend ses études dans plusieurs universités, puis il suit une formation en journalisme.

À partir de 1923, il travaille pour plusieurs journaux. Il est en particulier directeur du Weltpolitische Rundschau et responsable d'une société de radio[1]. Fritzsche, membre du DNVP depuis 1923, était rédacteur en chef des annuaires prussiens puis entre 1924 et 1932 rédacteur en chef de l'agence de presse du Trust Hugenberg, la Telegraphen Union. En septembre 1932, Fritzsche devient chef du « service sans fil » du groupe d'Alfred Hugenberg, un organisme du gouvernement.

Ensuite en septembre 1932 il est nommé à la tête du Drahtloser Dienst (le service de nouvelles sans fil), autrement appelé le ministère de la propagande. Le , il rejoint le NSDAP (parti Nazi).

En 1938, il est promu chef adjoint du département de la presse allemande. En décembre 1938, il est chargé du département qui traite des nouvelles nationales sous les ordres de Goebbels. En mai 1942, Goebbels prend personnellement en charge les nouvelles nationales et Fritzsche revient à la tête du département de radio avec le titre « Plénipotentiaire pour l'Organisation politique de la Grande Radio allemande ». 16 millions de familles ont accès à ses émissions à la suite de la vente de radios bon marché. De plus, il devient l'un des commentateurs les plus connus de l'Allemagne nazie.

Goebbels et Fritzsche ne s'apprécient pas, bien qu'ils travaillent ensemble. Il est possible que ce soit à cause de la présentation différente de leurs émissions. En effet, les émissions de Fritzsche sont rythmées, bien assemblées et argumentées, ce qui contraste fortement avec le style fort et fanfaron utilisé par Goebbels. Fritzsche reste à ce poste jusqu'à sa capture par l'Armée rouge le .

En avril 1945, il est présent dans le Führerbunker à Berlin. Après le suicide d'Hitler le 30 avril 1945, Goebbels assume le rôle de chancelier à la place d'Hitler. Le 1er mai, Goebbels tente de négocier un cessez-le-feu temporaire avec l'armée soviétique du général Vassili Tchouïkov. Tchouïkov, qui commande les forces soviétiques dans le centre de Berlin, refuse. Goebbels rappelle alors aux généraux qu'Hitler leur a interdit de se rendre. Fritzsche, qui était présent, quitte la salle pour aller dans son bureau, et écrit une lettre de rachat adressée au maréchal Gueorgui Joukov. Le général Wilhelm Burgdorf le suit et lui demande s'il a l'intention de se rendre à Berlin. Fritzsche acquiesce. Énervé, Burgdorf crie qu'Hitler a interdit de se rendre puis sort son pistolet pour tirer sur Fritzche, mais un technicien radio le désarme et plusieurs hommes le poussent hors du bureau. Fritzsche se dirige vers les lignes soviétiques et le , il présente la capitulation aux Soviétiques et leur livre la ville.

Tribunal militaire[modifier | modifier le code]

Fritzsche fut fait prisonnier par les soldats soviétiques de l'Armée rouge et a été envoyé à Moscou pour être interrogé à la prison de Loubianka où, selon son propre compte, trois dents en or ont été arrachés de sa bouche à l'arrivée. Il a été confiné dans un « cercueil debout », une cellule étroite où il était impossible de dormir, et placé au pain et à l'eau. Il a finalement signé une confession. 

Fritzsche fut envoyé à Nuremberg et jugé devant le Tribunal militaire international. Il a été accusé de complot en vue de commettre des crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Grâce à ses positions dans la propagande de l'État nazi, Fritzsche a joué un rôle important dans la conspiration pour la réalisation d'atrocités. Selon le journaliste William L. Shirer fit remarquer que «personne dans la salle d'audience, y compris Fritzsche, semblait savoir pourquoi il était là ». Il est l'un des trois seuls accusés à être acquittés à Nuremberg (avec Hjalmar Schacht et Franz von Papen). Lors du procès, il écrit un récit sur la prison soviétique, publié par la suite en Suisse

Il fut ensuite jugé par un tribunal de dénazification d'Allemagne de l'Ouest et a été condamné à neuf ans de prison. Il sera libéré en septembre 1950 et mourra d'un cancer 3 ans après. Sa femme Hildegard Fritzsche est morte la même année.

Il est le seul des 24 accusés à avoir été acquitté de toutes les charges retenues (crimes de guerres, crimes contre l'humanité, crimes contre la paix).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "The Trial of the Germans: an account of the twenty-two defendants before the International Military Tribunal at Nuremberg", par Eugene Davidson, University of Missouri Press, 1997, page 531 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]