Paul Giesler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Giesler
Image illustrative de l'article Paul Giesler
Fonctions
Ministre de l'Intérieur du Reich
Chancelier Adolf Hitler
Joseph Goebbels
Lutz Schwerin von Krosigk
Gouvernement Cabinet Hitler
Cabinet Goebbels
Cabinet Schwerin von Krosigk
Prédécesseur Heinrich Himmler
Successeur Wilhelm Stuckart
8e Ministre-président de Bavière
Chancelier Adolf Hitler
Prédécesseur Ludwig Siebert (en)
Successeur Fritz Schäffer
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Siegen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) (Empire allemand)
Date de décès (à 49 ans)
Lieu de décès Berchtesgaden (Reich allemand)
Nationalité Allemande
Parti politique NSDAP

Paul Giesler

Paul Giesler, né le et mort le , est un homme politique allemand du Troisième Reich. Membre du NSDAP, il est Gauleiter de la Westphalie du Sud (« Westfalen-Süd ») de 1941 à 1942, puis Gauleiter du Gau « München-Oberbayern » du à . Il est aussi Ministerpräsident de Bavière du au , date à laquelle Hitler le nomme ministre de l'Intérieur du Reich. Il le reste quelques jours, notamment dans l'éphémère gouvernement de Flensbourg dirigé par Karl Dönitz, avant de se suicider avec sa femme le dernier jour du conflit à Berchtesgaden, lieu de villégiature du Führer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Paul Giesler grandit dans un milieu bourgeois et protestant. Son père est architecte. La Première Guerre mondiale éclatant, il se porte volontaire pour aller au front et, en , commande une compagnie d'un bataillon de génie de la Garde. Il est blessé à plusieurs reprises.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La guerre terminée il s'installe comme architecte indépendant à Siegen. Son frère Hermann, architecte de formation est lui un homme très en cour, participant à la construction du château de formation des SS à Sonthofen et au tombeau que voulait se faire bâtir Adolf Hitler. Durant la Nuit des Longs Couteaux, étant en vacances, il n'est pas arrêté.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dans l’armée[modifier | modifier le code]

Il sert dans l'armée pendant les campagnes de Pologne et de France.

Fonctions civiles[modifier | modifier le code]

Il reprend du service dans le NSDAP sous l'instigation de Martin Bormann et devient Gauleiter de la Westphalie du Sud (Westfalen-Süd) de 1941 à 1942. En , il succède à Adolf Wagner en Bavière du Nord.

Après la mort de Ludwig Siebert (en), le , il devient ministre-président de Bavière.

En Bavière il se met en avant par ses prises de position contre l'éducation des femmes, pour la persécution des étudiants et l'arrestation des membres du groupe de La Rose blanche.

Fin de la guerre et suicide[modifier | modifier le code]

En , Paul Giesler, est nommé commissaire de la défense du Sud du Reich, et, aidé d'unités SS il se distingue dans la répression brutale des Freiheitsaktion Bayern, unités de résistance anti-nazie de Rupprecht Gerngroß (en). Le , il est nommé ministre de l'Intérieur du Reich, poste qu'il n'occupe que quelques jours de jure, au sein des cabinets Hitler et Goebbels et du cabinet Schwerin von Krosigk (également appelé gouvernement de Flensbourg).

En , les troupes alliées approchant, il tente de hâter le « nettoyage » du camp de Dachau en faisant pression sur Karl von Eberstein. Néanmoins, celui-ci dit refuser de suivre cet ordre[1] et se réfugie derrière un ordre de Himmler pour rendre les camps. Paul Giesler le démet alors de ses fonctions en tandis que Martin Bormann le qualifie de « défaitiste[2] ».

Le , apprenant la capitulation du Reich, Paul Giesler se suicide avec son épouse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Minutes du procès de Nuremberg.
  2. Mark Yerger, Allgemeine-SS. The commands, units, and leaders of the General SS. Atglen, PA: Schiffer Publishing Ltd, 1997, p. 41.

Article connexe[modifier | modifier le code]