Via Domitia (chemin de Compostelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Via Domitia.
Via Domitia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Désignation
Type
Pont romain de Saint-Thibéry sur la variante Carcassonne

La Via Domitia est un itinéraire secondaire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle suit le tracé de la voie Domitienne, ancienne voie romaine construite à partir de 118 av. J.-C. pour relier l'Italie à la péninsule Ibérique en traversant la Gaule narbonnaise et correspond à l'actuelle GR 653D.

Historique[modifier | modifier le code]

Chemin Romieu, empruntant la Via Domitia, au Pont Julien

La via Francigena qui traverse les principales villes d’Italie pour amener les pèlerins vers Rome utilise également la via Domitia, en sens opposé de la route traditionnelle des jacquets italiens qui allaient, eux, vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle recueille les pèlerins venus de Vénétie mais aussi des Balkans ; ainsi que ceux qui, du Sud de la Germanie, sont descendus en Italie par le col du Brenner.

La via Domitia se dirige vers Turin, puis traverse le Val de Suse, où s'étaient implantées de nombreuses abbayes bénédictines et chartreuses, notamment à Oulx, avant de franchir les Alpes au col de Montgenèvre.

Elle suit donc le même trajet que la Via Cottia ou Domitia pour rejoindre la Via Tolosane à Arles. Elle-même suit la Via Domitia jusqu’à Montpellier.

Quant à la variante qui passe par Carcassonne elle suit la Via Domitia jusqu’à Narbonne.

Les jacquets qui empruntaient le Chemin du piémont pyrénéen, suivaient la via Domitia jusqu'à Perpignan.

Le chemin principal[modifier | modifier le code]

Hautes-Alpes[modifier | modifier le code]

Abbaye de Boscodon à Crots

Alpes-de-Haute-Provence[modifier | modifier le code]

Le rocher de Sisteron
  • Sisteron, ou Sisteroun en provençal, la citadelle, la Cathédrale Notre-Dame des Pommiers
  • Peipin, ou Puypin, l'église saint Pierre-ès-Liens la chapelle dite du château de Peipin,
  • Château-Arnoux, Casteù Arnous, l'église Notre-Dame de Consolation, la chapelle saint Jean-Baptiste, et le château
  • Val Saint Donat et son prieuré
  • Peyruis, Peiruis, l'église Saint-Nicolas, la chapelle saint Roch,
  • Ganagobie et l'abbaye de Ganagobie
  • Lurs, la chapelle Notre-Dame des Anges, et le relais d'Alaunium
  • Forcalquier, « Font Calquier », la cathédrale Notre-Dame du Marché ou du Bourguet, le Couvent des Récollets, le Couvent des Visitandines, et le couvent des Cordeliers, sans oublier sa citadelle.
  • Mane, Manua, le prieuré de Salagon et le Château de Sauvan
  • Céreste, le prieuré de Carluc et le relais routier de Catuiacia.

Vaucluse[modifier | modifier le code]

Panneau sur l'ancienne gare de Maubec-Coustellet
Le pont d'Avignon

Bouches-du-Rhône[modifier | modifier le code]

Cloître de l'abbaye de Montmajour

Les jacquets rejoignaient Arles et rendaient visite au corps du bienheureux Trophime, comme Aimery Picaud le recommandait.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le tracé de la Via Domitia

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]