Sentier de grande randonnée 300

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
GR 300
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Localisation
Adresse
Désignation
Autre nom
GR 300
Type
Randonnée
Tracé
Extrémité
Utilisation
Saison
Toute l'année
Le chevet de la basilique Notre-Dame-du-Port

Le sentier de grande randonnée 300 relie Sancoins (Cher) au Puy-en-Velay (Haute-Loire) en passant par Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et en traversant, du nord au sud, dans l'ordre, les départements de l'Allier, du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire et ce sur environ 300 km. Il a été homologué par la Fédération Française de randonnée pédestre en 2007 ; son balisage a été réalisé en 2008 (Comités départementaux de la FFRP) ; il a été inauguré à Souvigny le 19 octobre 2008. Il s'inscrit ainsi dans la tradition des Chemins de Compostelle. Autrefois, les pèlerins venant de la partie nord de la France ralliaient Le Puy-en-Velay afin de partir pour Saint-Jacques de Compostelle par la via Podiensis[1]. Une partie de son tracé emprunte donc des sentiers historiques (chemins jacquaires). Il peut constituer, pour le randonneur au long cours, une alternative intéressante au GR 654 par sa proposition de grande traversée d'une partie des hauts plateaux d'Auvergne et du Massif Central par sa jonction au Puy-en-Velay avec le GR 65.

Histoire de l'itinéraire[modifier | modifier le code]

Le GR 300 se détache à Sancoins (Cher) du sentier de grande randonnée 654 (dont le tracé s'inspire de l'ancienne voie jacquaire de Vézelay à Limoges ou via Lemovicensis) et entre immédiatement dans le département de l'Allier. À partir du Veurdre (Allier), où il quittait la variante sud de la voie de Vézelay, cet itinéraire permettait aux jacquets de rejoindre Notre-Dame-du-Port, à Clermont-Ferrand. Le GR 300 entre dans le département du Puy-de Dôme non loin du village d'Ébreuil (Allier). Après la capitale auvergnate, le GR 300 poursuit sa route plein sud et traverse des sites caractéristiques susceptibles à l'époque d'assurer l'accueil et l'hébergement des pèlerins en commençant par le bourg d'Aubière. Il contourne, ensuite, par l'est, l'oppidum de Gergovie, haut-lieu de la résistance gauloise, et se dirige vers La Sauvetat et Montpeyroux (villages fortifiés). A partir de là, il suit la rivière Allier jusqu'à Brioude (Haute-Loire). Dans l'intervalle, en arrivant à Issoire (abbatiale Saint-Austremoine), le GR 300 se trouve proche des confins sud du département du Puy-de-Dôme qu'il quitte à Jumeaux. Le parcours continue alors dans la Haute-Loire vers Le Puy-en Velay, d'où les pèlerins se mettaient en marche pour Saint-Jacques de Compostelle par la via Podiensis connue aussi par les randonneurs actuels sous le nom de GR 65.

Sur cet itinéraire, un certain nombre de monuments rappellent la dévotion à saint Jacques : église Saint-Julien de Saulcet (peinture murale représentant la légende du pendu dépendu, dans le bas-côté sud), chapiteau de l'église Notre-Dame de Fleuriel, portail polylobé de Saint-Hilaire-la-Croix, croix de saint Jacques à Saint-Hilaire-la-Croix.

Notre-Dame-du-Port a été inscrite en 1998 dans la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, au titre des chemins de Compostelle en France, parmi 71 monuments. L'abbatiale Saint-Austremoine à Issoire, datée de la fin du XIe siècle et début du XIIe siècle, est l'une des grandes églises romanes caractéristiques de Basse Auvergne.

Tracé[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]