Patricio Albacete

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patricio Albacete
Description de l'image Patricio Albacete - 2012-06-10.jpg.
Fiche d'identité
Nom complet Patricio Esteban Albacete
Naissance (36 ans)[1]
à Buenos Aires[1] (Argentine)
Taille 2,00 m (6 7)[1]
Surnom Pato
Position deuxième ligne
Carrière en junior
Période Équipe  
Manuel Belgrano
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2003-2004
2004-2006
2006-2017
2017-
Colomiers
Pau
Toulouse
Racing 92
9 (10)[2]
21 (5)[2]
232 (38)[2]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2003-2013 Drapeau : Argentine Argentine 57 (5)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 9 mai 2017.

Patricio Albacete, né le 9 février 1981 à Buenos Aires, est un joueur de rugby argentin. Il évolue au poste de deuxième ligne en équipe d'Argentine, avec laquelle il a fini troisième lors de la coupe du monde 2007 ainsi qu'au sein de l'effectif du Stade toulousain, avec qui il a été champion de France en 2008, 2011 et 2012, et champion d'Europe en 2010.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il dispute son premier match avec l'équipe d'Argentine le 27 avril 2003 contre l'équipe du Paraguay, alors qu'il évolue au sein de l'équipe argentine Club Manuel Belgrano (en). Il est sélectionné chez les Pumas pour participer à la coupe du monde 2003 mais l'équipe ne passe pas la phase de poule. Cette élimination reste l'un de ses pires souvenirs[3].

En 2003, Patricio Albacete est repéré par des clubs français à la coupe du monde des moins de 21 ans[4] et rejoint l'US Colomiers où il découvre le professionnalisme. Malgré un effectif de qualité, composé de joueurs tels que Jean-Philippe Grandclaude, Thierry Dusautoir, Julien Arias, Benjamin Thiéry ou encore Farid Sid, l'US Colomiers est frappée d'une double relégation financière et sportive et Patricio Albacete quitte le club après une année. Il signe en 2004 à la Section paloise, avec laquelle il arrive en finale du Challenge Européen[5]. Alors qu'il reste un an, sans jouer de match officiel en raisons d'opérations au genou, il rejoint tout de même, en 2006, le Stade toulousain[6].

Patricio Albacete, à gauche avec son casque, et Shaun Sowerby soulèvent Grégory Lamboley en touche contre le LOU en 2012.
Un homme de face, habillé d'un polo.
Guy Novès, ici en 2011, est le manager de Patricio Albacete au Stade toulousain de 2006 à 2015.

Il fait partie de l'équipe argentine qui bat pour la première fois l'équipe d'Angleterre chez elle, le 11 novembre 2006. Il participe à tous les matchs des Pumas lors de la coupe du monde 2007 et considère que la victoire pour la troisième place, remportée face à la France, comme l'un de ses meilleurs souvenirs[7].

Lors de la saison 2007-2008, il est le seul toulousain, avec Yannick Jauzion, à avoir participé à tous les matchs de coupe d'Europe[4]. En avril 2008, il prolonge pour la première fois son contrat avec Toulouse jusqu'en juin 2011[8]. Il est élu « joueur du mois » par les supporters du Stade le même mois[9].

Il est l'un des joueurs du Stade toulousain à avoir joué le plus de matchs lors de la saison 2009-2010, coupe d'Europe et top 14 confondus[10]. Il marque d'ailleurs un essai lors du match de quart de final de H Cup contre le Stade français et remporte la coupe d'Europe cette saison[10]. Lors de la série de tests matchs de 2010 des Pumas, il ne participe pas au match contre l'Italie en raison d'un orteil cassé mais est sur le terrain lors du match contre le XV de France, remplaçant ainsi Manuel Carizza, blessé au bras[11].

Patricio Albacete joue douze saisons au côté de Thierry Dusautoir.

Début 2011, des rumeurs parlent de son éventuel de départ de Toulouse pour le Racing Métro ou l'Aviron bayonnais[12] mais il prolonge finalement son contrat pour quatre années supplémentaires[13]. En février 2011, il est capitaine du Stade toulousain lors du match contre l'Atlantique stade rochelais[14]. Il remporte le titre de Champion de France en 2011 et 2012 en étant titulaire lors des deux finales, associé en deuxième ligne à Romain Millo-Chluski en 2011 et à Yoann Maestri en 2012.

En 2015, il prolonge de nouveau son contrat de deux ans[15]. En mars 2016, il est victime d'une rupture des ligaments croisés du genou[16]. Sa saison est terminée et il ne revient sur les terrains qu'en 2017[17]. En décembre 2016, le directeur sportif du Stade toulousain, Fabien Pelous, lui annonce que son contrat ne sera pas renouvelé en 2017[17].

En avril 2017, il est sélectionné par Vern Cotter pour jouer les derniers matchs de sa carrière avec les Barbarians qui affrontent l'Angleterre le 28 mai à Twickenham puis l'Ulster à Belfast le 1er juin[18]. Titulaire lors du premier match, les Baa-Baas Britanniques s'inclinent finalement 28 à 14 face aux Anglais[19]. De nouveau titulaire en Irlande, les Baa-Baas parviennent à s'imposer 43 à 28[20]. Il termine ainsi sa carrière internationale avec son ami Thierry Dusautoir, recordman de capitanat en équipe de France, avec qui il a joué en 2003-2004 à l'US Colomiers et de 2006 à 2017 au Stade toulousain.

Le , le Racing 92 annonce qu'il rejoint le club à partir de la saison 2017-2018[21].

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il a honoré sa première cape internationale en équipe d'Argentine le contre l'équipe du Paraguay.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

  • 3e de la coupe du monde en 2007.
  • Patricio Albacete compte 57 sélections avec l'équipe d'Argentine, entre 2003 et 2013, dont 56 en tant que titulaire[22]. Il inscrit un essai. Il remporte 24 de ces rencontres, compte 32 défaites et un nul[22].

Il participe à trois éditions de la coupe du monde, en 2003 où il dispute deux rencontres, face à l'Australie et la Roumanie, en 2007, sept matchs, deux face à la France, la Géorgie, la Namibie, l'Irlande, l'Écosse et la Afrique du Sud et en 2011 où il compte cinq sélections, face à l'Angleterre, la Roumanie, l'Écosse, la Géorgie et la Nouvelle-Zélande[23]. Son bilan dans cette compétition est de quatorze rencontres, pour dix victoires et quatre défaites[23].

Style, récompenses et activités en-dehors du rugby[modifier | modifier le code]

Arrivé en France depuis 2003 alors qu'il ne connaissait pas la langue[5], Patricio Albacete prend des cours de français pendant un an et demi et s'adapte très vite car « le style de vie est aussi latin que chez [lui] »[5] et considère désormais ce pays comme sa « deuxième maison »[7]. Thierry Dusautoir dit d'ailleurs de lui qu'il « est l'un des rares Argentins à ne pas chambrer »[7]. Pour Michel Mézières, journaliste à la section Midi-Pyrénées de France 3, il est devenu, après la retraite de Fabien Pelous, « le boss du cinq de devant haut-garonnais. Le modèle, le guide »[24].

Depuis 2009, il est chroniqueur pour le site ESPNscrum en langue espagnole[25].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Site officiel du Stade toulousain »
  2. a, b et c « Patricio Albacete », sur www.itsrugby.fr (consulté le 12 octobre 2011)
  3. Jean-Paul Prontazo, « Les Toulousains Poux et Albacete : Ils ont une vie après le rugby », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,
  4. a et b B. R., « Indéboulonnable Albacete », sur rugbyrama.fr, Rugbyrama,
  5. a, b et c « Mon parcours »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur pato-albacete.rugbyunit.fr, Site officiel de Pato Albacete
  6. « Dusautoir et Albacete prolongent à leur tour », sur stadetoulousain.fr, site officiel du Stade toulousain,
  7. a, b et c « France-Argentine. Le Toulousain Patricio Albacete : "2007, mon meilleur souvenir" », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi
  8. « Albacete prolonge en Rouge et Noir », sur stadetoulousain.fr, Stade toulousain,
  9. « Patricio Albacete récompensé », sur stadetoulousain.fr, Stade toulousain,
  10. a et b Philippe Lauga, « H Cup. Toulouse-Leinster : Patricio Albacete, gladiateur rouge et noir », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,
  11. Clément Mazella, « Pumas : Albacete de retour », sur rugbyrama.fr, Rugbymara,
  12. WT, « Dusautoir et Albacete pistés par le Racing », sur rmcsport.fr, RMC,
  13. AFP, « =Dusautoir, Albacete, Johnston et Nyanga prolongent à Toulouse », sur leparisien.fr, Le Parisien,
  14. AFP, « Albacete : «Pas bons» », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  15. Fabien Pomiès, « Toulouse: Patricio Albacete prolonge jusqu'en 2017 », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 25 décembre 2016)
  16. Clément Mazella, « Patricio Albacete (Toulouse) victime d'une rupture des ligaments croisés », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 25 décembre 2016)
  17. a et b Clément Mazella, « Patricio Albacete (Stade toulousain): "Je veux continuer à jouer" », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 25 décembre 2016)
  18. « Thierry Dusautoir fera ses adieux au rugby avec les Barbarians », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 28 avril 2017)
  19. (en) « England - Barbarians », sur www.skysports.com, Sky Sports, (consulté le 28 mai 2017).
  20. (en) « Ulster - Barbarians », sur www.bbc.com, BBC, (consulté le 1er juin 2017).
  21. « CP - fin de saison du Racing 92 », sur racing92.fr, Racing 92, (consulté le 16 juin 2017).
  22. a, b et c (en) « Patricio Albacete », sur espn.co.uk (consulté le 6 juin 2015).
  23. a et b (en) « Patricio Albacete - IRB Rugby World Cup », sur espn.co.uk (consulté le 6 juin 2015).
  24. Michel Mézières, « Albacete : Suivez le guide », sur midi-pyrenees.france3.fr, France 3
  25. (es) « Patricio Albacete - Archivo de Columnas », sur espndeportes.espn.go.com, ESPN

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]