Tabac à priser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le tabac à priser est un tabac broyé en fine poudre qui est consommé par insufflation, c'est-à-dire par voie nasale. Il doit être distingué du tabac en poudre humidifié de type snus.

En Occident et sur le plan de l'histoire des mœurs, l'usage remonte au XVIe siècle, et passe par le développement de tabatières et d'ustensiles, se répandant parmi toutes les classes sociales, hommes et femmes confondus. Au XIXe siècle, ce mode de consommation est peu à peu concurrencé par le cigare, la cigarette et le tabac à rouler.

Historique[modifier | modifier le code]

Peinture anonyme du XIXe siècle d'un homme prenant du tabac à priser d'une boîte.
Un assortiment de boîtes de tabac à priser moderne (types snuff et snus).
Récipient en grès d'origine bavaroise.

Le tabac fut prisé par les marins dès son introduction en Europe au tournant du XVe siècle. Il se présente alors sous la forme d'une fine poudre, souvent aromatisée. Il en existe de nombreuses variantes de par le monde.

Il est introduit en France à la Cour pour soigner différents maux, dont les migraines, de Catherine de Médicis (1519-1589). Il est considéré jusqu'au milieu du XXe siècle comme un médicament d'appoint.

L'usage du tabac à priser est tombé en désuétude dans les pays occidentaux, hormis dans certaines armées. Ainsi, il existe dans l'armée suisse une tradition de priser du tabac en groupe. Cela donne lieu à une forme de rituel dans lequel les participants, disposés en cercle, joignent leurs mains sur lesquelles sont déposés deux petits tas de tabac, et récitent une phrase (Spruch) patriotique, guerrière ou humoristique avant d'inhaler le tabac.

En espagnol et en portugais, le tabac à priser est nommé rapé, tiré de l'expression française "tabac râpé"[1],[2].

Lobbies et dangerosité[modifier | modifier le code]

L'Union européenne a déclassé la dangerosité de ce produit le . Les boîtes de tabac à priser ne comportent plus d'avertissements sur l'aspect cancérigène et se limitent à une information sur les maladies cardio-vasculaires et l'addictivité du produit.

La Commission européenne est, depuis 2002, régulièrement, le siège de conflits et de rapports de force entre les fabricants de tabac à priser (britannique, néerlandais et scandinaves) et des délégués à la santé publique ou rattachés à la politique des consommateurs (ou se revendiquant comme tels)[3].

La grande étude menée par le Centre international de recherche sur le cancer publiée à Lyon en 2007 et intitulée IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Smokeless Tobacco and Some Tobacco-specific N-Nitrosamines, et qui inclut également les tabacs en poudre humide de type snus, conclue en ces termes : « Les expérimentations menées autour de l'utilisation du tabac à priser (snuff) n'ont pas conduit à des preuves évidentes de relation avec le cancer... En revanche, il existe une corrélation positive mise en évidence sur des tests animaux, entre le développement de formes cancérigènes et le tabac humide de type snus »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Real Academia Española: rapé
  2. Aulete Digital: rapé
  3. Lire par exemple l'article d'Anne Bauer relatif au snus, « Quand un tabac à priser nordique fait tomber un Commissaire européen », Les Échos, 17 octobre 2012.
  4. (en) World Health Organization (WHO) International Agency for Research on Cancer (IARC), IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Volume 89, Smokeless Tobacco and Some Tobacco-specific N-Nitrosamines, Lyon, France, 2007, pp. 33, 43, 239, 366[PDF] Document en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Krebs durch Schnupftabak? = Cancer from snuff?; D. Pfaue, M. Tisch, H. Maier, Hals-, Nasen-, Ohrenärzte HNO 2003 51:193-196 2003. Un article médical avec de nombreuses références scientifiques et ainsi que les règlementations de l'UE (accès internet par abonnement).