Lucky Strike

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucky.
Un paquet de cigarette de la marque, avec un avertissement de l'UE (ici, en allemand « fumer peut être mortel »).

Lucky Strike, introduite en 1871, est une marque de cigarettes appartenant au groupe British American Tobacco. Elle est représentée par un logotype connu, le bullseye (littéralement « œil-de-taureau », désignant la mouche d'une cible).

La Lucky Strike, la cigarette des GI's (le paquet faisait partie de la ration US Army Field ou C ration, la ration de combat des fantassins américains) est entrée dans la légende à la fin de la Seconde Guerre mondiale en étant associée à l'image des forces alliées qui les distribuaient aux populations libérées[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom « Lucky strike » est une référence à la période de la Ruée vers l'or, contemporaine de la création de la marque. À l'époque, un mineur qui tombait sur un bon filon avait un « lucky strike » (coup de chance). En optant pour ce nom, l'entreprise sous-entendait que ses cigarettes étaient quelque chose de précieux et rare[2].

L'autre explication, selon laquelle des cigarettes de cannabis auraient été dissimulées parmi les cigarettes ordinaires, justifiant le « coup de chance », n'est qu'une légende sans fondement[3].

Évolution de la marque[modifier | modifier le code]

Réclame française de 1924 (L'Illustration)

Cette marque est introduite pour la première fois en 1871 comme un mélange à fumer par R.A. Patterson de Richmond, Virginie[4]. En 1916, la cigarette est introduite dans un paquet vert foncé par l'American Tobacco Company (en).

Avant la Première Guerre mondiale, fumer était encore un tabou pour les femmes, mais cela n'a pas empêché certains publicitaires de s'intéresser à ce segment. Ce fut le cas d'Albert Lasker, l'annonceur qui gérait le compte de Lucky Strike. En 1927, il fait appel aux actrices et femmes célèbres pour positionner la marque Lucky Strike comme des cigarettes pour les femmes. En 1929, les ventes des cigarettes Lucky Strike ont triplé pour dépasser les ventes de la marque Camel en 1930[5].

Le paquet devient blanc en 1942. Dans une campagne publicitaire qui affirme que la Lucky Strike s'en va-t-en guerre, l'entreprise prétend qu'elle participe ainsi à l'effort de guerre car l'encre verte contenait du cuivre, plus utile pour fabriquer des armes. La vraie raison est qu'ils espèrent séduire les femmes, la couleur blanche étant supposée plus attractive et symbole d'espoir[6].

En 1978, Brown & Williamson et Romain Caramalli achètent les droits d'exportation. En 1994, elle achète ceux pour les États-Unis. En 1996, les cigarettes avec filtre sont officiellement lancées à San Francisco, mais c'est seulement en 1999 qu'elles deviennent disponibles sur l'ensemble du territoire américain.

C'est le designer industriel Raymond Loewy qui a conçu son logotype. C'est aussi lui qui aurait eu l'idée de placer le logo Lucky Strike sur les deux faces du paquet qui, vide et jeté à terre restait lisible et continuait à faire son « autopromotion ».

Dans les arts[modifier | modifier le code]

La marque Lucky Strike apparaît souvent comme un symbole de la culture américaine profonde ou, selon le thème, de l'américanisation du monde. La plus notable de ses apparitions figure dans la série Mad Men[7]Don Draper, publicitaire des années 1960, est chargé de trouver un slogan pour la marque de cigarettes. La marque apparaît aussi dans plusieurs films américains traitant de l'armée, comme Good Morning, Vietnam ou Les Chèvres du Pentagone, où l'on remarque des paquets souples de cette marque accrochés aux casques de quelques soldats.

En France, un spot publicitaire pour les allumettes Lucky Strike (législation oblige), intitulé le marigot et projeté dans les salles de cinéma, a été réalisé par Gérard Jugnot en 1987[8],[9].

Dans Elle s'en va, l'héroïne interprétée par Catherine Deneuve possède également un paquet Lucky Strike souple de cette marque au début du film.

Dans le film Les Incorruptibles, le principal protagoniste, Eliot Ness, joué par Kevin Costner, fume des Lucky Strike.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article Les Lucky Strike - Souvenirs d’enfance par Jean-Pierre Bernard Site www.histoire-genealogie.com
  2. http://www.snopes.com/business/secret/luckies.asp
  3. http://www.informationbible.com/article-myths-about-lucky-strike-cigarettes-303958.html
  4. (en) Steven C. Weisenburger, A Gravity's Rainbow Companion: Sources and Contexts for Pynchon's Novel, University of Georgia Press, (ISBN 9780820337647, lire en ligne)
  5. (en) Daniel Delis Hill, Advertising to the American Woman, 1900-1999, Ohio State University Press, (ISBN 9780814208908, lire en ligne), p. 223-224
  6. http://tpelereveamericain.unblog.fr/2013/02/03/i-lhistoire-de-coca-cola-levis-et-lucky-strike-depuis-1850/
  7. Mad Men fait augmenter les ventes de cigarettes Lucky Strike, 24 septembre 2013, sur huffingtonpost.fr
  8. Pub pour les allumettes Lucky Strike, sur www.ina.fr
  9. Commentaires sur le clip Lucky, unlucky, sur notrelienquotidien.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roy Catesby Flannagan, The story of Lucky Strike, Steidinger Press, New York, 1938, 71 p.
  • (fr) Éric Godeau, Le tabac en France de 1940 à nos jours : histoire d'un marché, PUPS, Paris, 2008, 472 p. (ISBN 978-2-84050-561-7) (texte remanié d'une thèse de doctorat d'Histoire soutenue à Paris 1 en 2005)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]