Snus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Du snus en portions.

Le snus (/ˈsnʉːs/[n 1] Écouter) est une poudre de tabac humide consommée principalement en Suède, Finlande, Estonie, Norvège et en Suisse. La méthode de consommation habituelle consiste à placer le produit entre la gencive et la lèvre supérieure et à le garder en place pendant une durée qui peut aller de quelques minutes à plusieurs heures.

Il existe deux principaux types de snus sur le marché :

  • le snus original ou lössnus est une poudre humide qui peut être tassée avec les doigts pour former des cylindres compacts de la taille souhaitée. Il est généralement vendu en boîte de 50 grammes ;
  • le snus en portion ou portionssnus est constitué de petit sachets de poudre (d'une matière proche des sachets de thé). Généralement, la quantité de poudre est inférieure à celle utilisée pour faire un lössnus mais ces sachets sont plus faciles à manipuler. Il est habituellement vendu en boîte de 24 grammes.

Le snus suédois est fait à partir de tabac séché à l'air provenant de divers endroits du monde. Le tabac est mélangé avec de l'eau, du sel, du carbonate de sodium et des arômes et est préparé en chauffant le mélange, généralement à la vapeur. Le snus humide contient plus de 50 % d'eau. La consommation moyenne de snus en Suède est d'environ 800 grammes (soit 16 boîtes de lössnus) par personne et par an.

Le snus est vendu principalement en Suède et en Norvège, mais il peut être trouvé dans diverses régions du monde fréquentées par les touristes scandinaves (à l'exception des pays de l'Union européenne où sa commercialisation est interdite). Il existe aussi des produits apparentés au snus dans d'autres pays, comme l'Algérie (le chemma), la Tunisie (le naffa) et l'Inde (le khaini), le Vénézuela (le chimó), qui sont des formes de tabac à mâcher.

La production de snus en Suède dépasse les 300 millions de boîtes par an[Quand ?]. Lorsque les gouvernements norvégien et suédois ont imposé une règlementation stricte sur la consommation de cigarettes dans les lieux publics (respectivement en et ), les ventes de snus ont très fortement augmenté.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du snus commence avec le deuxième voyage de Christophe Colomb à travers l'Atlantique. Un moine nommé Ramón Pané, qui l'accompagnait aux Amériques (1493-1496), a observé des prêtres indiens qui utilisaient, par voie nasale, une poudre composée notamment de tabac[1].

Le tabac à priser était utilisé comme médicament jusqu'à la Révolution française, mais il était si fortement associé aux classes supérieures qu'il est rapidement devenu impopulaire. Le tabac à chiquer était bien plus répandu dans les classes sociales dites inférieures.

Le tabac à priser, une fine poudre de feuilles de tabac, a d'abord été utilisé en Espagne et en France au milieu du XVIe siècle. Au cours de ce siècle, l'ambassadeur français Jean Nicot vint au Portugal, en contact avec la plante de tabac, qui a ensuite été cultivée uniquement à des fins médicinales. Nicot conseilla même à la reine Catherine de Médicis, encline à de graves migraines, de renifler des feuilles de tabac broyées à priser. Il est dit que les maux de tête de la reine disparurent avec le tabac à priser et grâce à cela, il acquit une énorme popularité. Nicot fut après cet événement si fortement associé à l'usage du tabac en Europe que Linné donna au tabac le nom de Nicotiana.

En 1637, les statistiques suédoises mentionnent pour la première fois le tabac snus.

Boite à snus de Frédéric le Grand.

À la fin du XVIIe siècle, le tabac y était cultivé, dans quelque 70 villes, en grandes quantités. Au début du XVIIIe siècle, une forme de tabac à priser humide, à placer entre la gencive et la lèvre supérieure est introduite en Suède comme alternative au tabac à chiquer qui était relativement coûteux. Les planteurs de tabac à priser produisaient leur propre tabac mais bientôt apparurent des fabricants qui se spécialisèrent dans la fabrication de tabac à priser. En 1998-2000, ils ont cultivé les dernières récoltes principales en Suède de Kungsnus. Environ 3 000 à 4 000 plantes ont été délivrées chaque année.

Des marques comme Göteborgs Prima Fint, Röda Lacket, Generalsnus et Ljunglöfs Ettan qui s'étaient installées, y vivent toujours. D'autres ont disparu, comme Havannasnus, Kaggsnus, Karottsnus, Melangesnus et Prustsnus.

En 1919, au plus fort de la production, 7 000 tonnes de snus étaient vendues en Suède, et on estime que les Suédois consommaient alors environ 1,2 kg par personne. Les statistiques avant 1915 ne sont pas vraiment fiables car il y avait beaucoup de fabricants (parfois non référencés) répartis à travers la Suède. Les ventes de snus ont diminué à partir du moment où les gens ont commencé à remplacer son usage par celui du cigare. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les ventes de cigarettes ont explosé jusqu'à la fin des années 1960, lorsque les dommages causés par le tabagisme ont commencé à être connus. Le tabac à priser retrouva alors sa popularité. Les boîtes étaient devenues rondes avec des couvercles métalliques, les autres étaient encore en carton ciré.

En 1998, les ventes ont rebondi et 5 350 tonnes ont été écoulées, ce qui équivaut à 0,6 kg de snus par habitant. Aujourd'hui, un million de Suédois utilisent le snus et en 2000 la consommation était de 6 200 tonnes, dont 45 % était la portion de snus.

Boîte de snus en vrac

La préparation contemporaine du tabac à priser ordinaire serait fermentée ou fabriquée par « transpiration » à des températures élevées pendant plusieurs mois, parfois jusqu'à six mois. Le tabac à priser est alors vendu en vrac ou emballé dans des boîtes de conserve. Ces dernières ont été pressées en carton ciré et de forme ovale.

Les émigrants suédois en Amérique du Nord ont importé le läppsnus vers leur nouvelle patrie. Aujourd'hui le snus peut s'acheter aux États-Unis, des millions de personnes le consomment.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Göteborgs Rapé White Portion de Swedish Match

Les Suédois sont les plus gros consommateurs avec environ un million de consommateurs dans les années 2010, soit 15 % de la population, nombre en augmentation : un homme sur cinq en serait consommateur régulier[2],[3]. En Suède, le snus a largement remplacé la cigarette, dont la consommation a atteint un pic dans les années 1980 avec 34 % de fumeurs quotidiens, ce qui explique qu'il s'agit du pays comptant la plus faible proportion de fumeurs de cigarettes quotidiens (5 % en 2017 selon une étude de l'Union européenne)[3]. Les ventes de snus ont augmenté dans les années 1990 sans campagne de marketing du gouvernement[3]. La consommation moyenne suédoise est d’environ 800 grammes par personne et par an[3].

Situation juridique et sanitaire[modifier | modifier le code]

Commerce de tabac à Neuchâtel (2020) : la publicité pour le tabac, ici pour le snus Epok de British American Tobacco est autorisée à l'intérieur du magasin.

L'Union européenne interdit la vente de snus sur son territoire depuis 1992, la Suède exceptée[4]. La Suède a soumis son entrée dans l'UE en 1995 à la condition de conserver la possibilité de vendre le snus[3].

Le snus, parce qu'il contient du tabac et donc de la nicotine, reste un produit addictif. N'étant pas inhalé, il n'affecte pas les poumons, mais une grande étude menée en 2007 par le Centre international de recherche sur le cancer et intitulée IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Smokeless Tobacco and Some Tobacco-specific N-Nitrosamines, conclut en ces termes : « Les expérimentations menées autour de l'utilisation du tabac à priser (snuff) n'ont pas conduit à des preuves évidentes de relation avec le cancer... En revanche, il existe une corrélation positive mise en évidence sur des tests animaux, entre le développement de formes cancérigènes et le tabac humide de type snus »[5].

Le risque de majoration des maladies cardio-vasculaires, nettement établi pour le tabac fumé, reste discuté pour le tabac oral selon un rapport scientifique publié en 2012[6]. Toutefois, l'arrêt du snus après un infarctus du myocarde améliorerait substantiellement l'état de santé du sujet affecté, selon une étude publiée en 2014[7].

L'accusation de trafic d'influence entourant une éventuelle levée de l'interdiction du snus dans l'ensemble de l'Union européenne à l'occasion d'une révision de la directive relative aux produits du tabac[4] discutée durant l'automne 2012 conduit à la démission du commissaire européen John Dalli[8].

Personnalités qui consomment du snus[modifier | modifier le code]

De plus en plus de personnalités adoptent le snus suédois. Naturellement, un certain nombre d'entre eux sont originaires de Suède, mais au cours des dernières années, l'usage du snus s'est répandu bien au-delà des pays nordiques.[réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en suédois retranscrite phonémiquement selon la norme API.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Ramón Pané, Relación acerca de las antigüedades de los indios (lire sur Wikisource), « XII: De lo que piensan acerca de andar vagando los muertos; cómo son éstos y lo que hacen. ».
  2. (en) « Market for Smokefreee », sur swedishmatch.com (consulté le 27 mai 2020).
  3. a b c d et e Florence Renard-Gourdon, « Pourquoi la Suède ne compte que 5% de fumeurs quotidiens », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 24 mars 2020).
  4. a et b Directive européenne 2001.
  5. (en) International Agency for Research on Cancer, IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, vol. LXXXIX : Smokeless Tobacco and Some Tobacco-specific N-Nitrosamines, Lyon, , IX-626 p. (ISBN 978-92-832-1289-8 et 978-92-832-1589-9, ISSN 1017-1606, OCLC 979372430, lire en ligne [PDF]), p. 33, 43, 239, 366.
  6. (en) Jenny Hansson, Maria R. Galanti, Maria-Pia Hergens et al., « Use of snus and acute myocardial infarction: pooled analysis of eight prospective observational studies », European Journal of Epidemiology, vol. XXVII,‎ , p. 771–779 (ISSN 0393-2990, e-ISSN 1573-7284, DOI 10.1007/s10654-012-9704-8, résumé).
  7. (en) Gabriel Arefalk, Kristina Hambraeus, Lars Lind, Karl Michaëlsson, Bertil Lindahl et Johan Sundström, « Discontinuation of smokeless tobacco and mortality risk after myocardial infarction », Circulation, vol. CXXX, no 4,‎ , p. 325-332 (DOI 10.1161/CIRCULATIONAHA.113.007252, lire en ligne [EPUB]).
  8. « L’Olaf rattrape le commissaire John Dalli par la peau du Snus », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 27 mai 2020).
  9. https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=eyT97hUKPvg.
  10. https://www.youtube.com/watch?v=WHiK8TrwZ2Q.
  11. [1], sur gqcom.blogspot.se.
  12. [2], sur spin.com.
  13. (en) « Photo d'Eric Prydz », sur instagram.com (consulté le 27 mai 2020).
  14. [3], sur blogol.hu.
  15. « Le comportement de Preud'homme qui choque », sur lalibre.be, La Libre Belgique, (consulté le 27 mai 2020).
  16. (en) « Snus use in football is big - Adam », sur bbc.com, British Broadcasting Corporation, (consulté le 31 mars 2018).

Annexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]