Saint-Jean-de-Verges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jean-de-Verges
Saint-Jean-de-Verges
Église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Intercommunalité Communauté d'agglomération Pays Foix-Varilhes
Maire
Mandat
Monique Laye
2020-2026
Code postal 09000
Code commune 09264
Démographie
Gentilé Saint-Jeantains
Population
municipale
1 265 hab. (2018 en augmentation de 7,11 % par rapport à 2013)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 00′ 52″ nord, 1° 36′ 41″ est
Altitude 380 m
Min. 335 m
Max. 709 m
Superficie 12,73 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Foix
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Val d'Ariège
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Verges
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Verges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Verges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Verges
Liens
Site web saintjeandeverges.fr

Saint-Jean-de-Verges est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie. Le Centre hospitalier intercommunal des vallées de l'Ariège s'y trouve.

Ses habitants sont appelés les Saint-Jeantains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans l'aire urbaine de Foix sur l'Ariège, dans le massif du Plantaurel.

Hameaux[modifier | modifier le code]

La bastide de Villeneuve-du-Bosc est intégrée à la commune avec les hameaux de Bedel, la Borde, Bordenave, Marseillas, Siret... le sous le régime de la fusion simple.

Les hameaux de Saint-Jean-de-Verges sont Baylé, Bergé, Castille, Caussade, Farinous, Gabadou, Garrigou, Loubencat, Patau, Perramond, la Terrasse…

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Verges est limitrophe de huit autres communes.

Carte de la commune de Saint-Jean-de-Verges et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Jean-de-Verges[1]
Crampagna Varilhes Dalou
Vernajoul Saint-Jean-de-Verges Gudas
Foix Arabaux L'Herm

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est longée par l'Ariège dans sa partie nord-ouest.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 273 hectares ; son altitude varie de 335 à 709 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la route nationale 20 et la route départementale D 919 (ex-route nationale 628), ainsi qu'avec le train en gare de Saint-Jean-de-Verges sur la ligne de Portet-Saint-Simon à Puigcerda (frontière) qui permet de relier Toulouse et Latour-de-Carol en liaison directe.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 12,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 879 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,1 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat de montagne » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[4]. À l'est du département, l’influence méditerranéenne accentue les contrastes saisonniers, le climat y est plus sec[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[6]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[3].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8],[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Cadarcet », sur la commune de Cadarcet, mise en service en 2000[10]et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[11],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 12,3 °C et la hauteur de précipitations de 1 109,8 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Saint-Girons », sur la commune de Lorp-Sentaraille, mise en service en 1949 et à 40 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[14], à 12,3 °C pour 1981-2010[15], puis à 12,7 °C pour 1991-2020[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Verges est une commune rurale[Note 3],[17]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pamiers, une agglomération intra-départementale regroupant 10 communes[20] et 29 337 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Foix, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 38 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (47,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (47,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40,8 %), prairies (27,6 %), zones agricoles hétérogènes (15,1 %), zones urbanisées (7,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,4 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de l'agglomération (dans la vallée) n'a pas varié notablement depuis l'époque médiévale.

Quelques mentions sur des actes anciens :

- 1195 : sent johan de vergis, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, côte E392 ;

- 1272 : Sanctum Johannem de Virginibus (Devic et Vaissette, Histoire générale de Languedoc, X col. 91) ;

- XIVe siècle : loco dicitur Virgines, actuellement 'les Verges' à l'est du village (codex Arch. Cap. S. Pietro, côte D175 folio 309 verso).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pape Grégoire IX a demandé à Simon IV de Montfort de se rendre à Saint-Jean-de-Verges en l'église Saint-Jean-Baptiste pour répondre des plaintes contre lui formulées par le comte de Foix. Roger-Bernard II de Foix. En 1229, ce dernier rend hommage dans cette église au roi de France Louis IX, et a obtenu du légat du pape l'absolution de l'excommunication qui avait été prononcée contre lui pour avoir soutenu l'hérésie cathare. L'église est alors restituée au comte de Foix.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[26],[27].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant l'arrondissement de Foix, de la communauté d'agglomération Pays Foix-Varilhes et du canton du Val d'Ariège (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Jean-de-Verges faisait partie de l'ex-canton de Foix-Rural) et avant le elle faisait partie de la communauté de communes du Pays de Foix.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 1983 Marcelle Margheritora PS  
1983 2008 Albert Fradet PS  
mars 2008 juillet 2020 Charles Alozy DVG Cadre
Décédé en cours de mandat
octobre 2020   Monique Laye    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2018, la commune comptait 1 265 habitants[Note 5], en augmentation de 7,11 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466146503497541515534609585
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
589542554556596510514520555
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
495505503403409383371369358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4114605716357878411 0041 1451 220
2018 - - - - - - - -
1 265--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[32] 1975[32] 1982[32] 1990[32] 1999[32] 2006[33] 2009[34] 2013[35]
Rang de la commune dans le département 47 48 38 27 26 25 24 22
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

L'hôpital intercommunal des vallées de l'Ariège[36] s'y trouve. Inauguré en 2001, c'est le principal hôpital du département qui se substitua aux hôpitaux de Foix et Pamiers. Son importance lui donne un rôle économique réel sur la vie locale.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Verges fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal, avec les communes de Crampagna et de Loubières[37].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes, marché le jeudi matin.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pétanque.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste[38] (XIIe siècle), classée aux Monuments historiques en 1907. Il s'agit d'une des plus belles églises romanes de l'Ariège.

L'église a dépendu de l'abbaye Saint-Volusien de Foix à partir de 1104 comme l'a été l'église de Vals.
L'église a une nef de trois travées à vaisseau unique avec chœur et abside. Elle a deux petites dépendances formant un transept bas munis d'absidioles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 juin 2021)
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 17 juin 2021)
  5. [PDF]« Plan Local d’Urbanisme d’Allières – Rapport de présentation », sur wxs-gpu.mongeoportail.ign.fr, (consulté le 17 juin 2021), p. 125
  6. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le 17 juin 2021)
  9. [PDF]« Le changement climatique dans les Pyrénées : impacts, vulnérabilités et adaptation. », sur opcc-ctp.org (consulté le 17 juin 2021).
  10. « Station météofrance Cadarcet - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 17 juin 2021)
  11. « Orthodromie entre Saint-Jean-de-Verges et Cadarcet », sur fr.distance.to (consulté le 17 juin 2021).
  12. « Station météofrance Cadarcet - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté en cadarcet).
  13. « Orthodromie entre Saint-Jean-de-Verges et Lorp-Sentaraille », sur fr.distance.to (consulté le 17 juin 2021).
  14. « Station météorologique de Saint-Girons - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 juin 2021)
  15. « Station météorologique de Saint-Girons - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 juin 2021)
  16. « Station météorologique de Saint-Girons - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 juin 2021)
  17. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  18. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  20. « Unité urbaine 2020 de Pamiers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  21. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  22. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  23. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  26. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  27. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 7 septembre 2020).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  33. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  34. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  35. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  36. http://www.chiva-chpo.fr/accueil-chiva/2-offre-de-soins/urgences.html
  37. http://www.saintjeandevergesariege.com/ecole.php?sousmenu=14
  38. Marcel Durliat, « L'église de Saint-Jean-de-Verges », dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude. 1973, Société Française d'Archéologie, Paris, 1973, p. 400-403