Rem Koolhaas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koolhaas.
Rem Koolhaas
Image illustrative de l'article Rem Koolhaas
Présentation
Naissance (71 ans)
Rotterdam (Pays-Bas)
Nationalité Néerlandaise
Activité(s) Architecte
Urbaniste
Formation Architectural Association School of Architecture
Œuvre
Agence Office for Metropolitan Architecture
Réalisations Euralille, Lille
Ambassade des Pays-Bas en Allemagne, Berlin
Bibliothèque centrale, Seattle
Casa da Música, Porto
CCTV Headquarters, Pékin
Distinctions Prix de l'Équerre d'argent (1998)
Prix Pritzker (2000)
Praemium Imperiale (2003)
Prix Mies van der Rohe (2005)
Lion d'or (2010)
Publications Delirious New York (1978)
S,M,L,XL (1995)
Junkspace (2001)

Remment « Rem » Lucas Koolhaas, né le à Rotterdam (Pays-Bas) est un architecte, théoricien de l’architecture et urbaniste néerlandais.

Il occupe actuellement le poste de professeur en architecture et design urbain à la Harvard Graduate School of Design, aux États-Unis. Koolhaas a étudié à la Netherlands Film and Television Academy basée à Amsterdam, à l'Architectural Association School of Architecture de Londres, ainsi qu'à l'université Cornell d'Ithaca, à New York[1].

Il fonde en 1975 à Londres, l'Office for Metropolitan Architecture (OMA pour « Bureau pour une Architecture Métropolitaine »), avec Elia et Zoe Zenghelis, et Madelon Vriesendorp. L’objet de ce bureau d’architectes est « de définir de nouveaux types de relations théoriques et pratiques entre l’architecture et la situation culturelle contemporaine »[2]. L’agence gagne en renommée grâce à plusieurs projets architecturaux et concepts urbains : l’extension du Binnenhof, le siège du Parlement néerlandais à La Haye (1978), la prison de Koepel de style panoptique à Arnhem (1980), et deux bibliothèques pour le campus universitaire de Jussieu à Paris (1993). Un deuxième bureau est ouvert en 1978 à Rotterdam.

En 1990, alors que l'OMA travaillait sur le siège social d’Universal, il est confronté pour la première fois au bouleversement des médias et du monde virtuel. Le cabinet se scinde en deux et une partie se tourne vers le design et la recherche, et se baptise AMO. « L'OMA reste voué à la réalisation des bâtiments et des schémas directeurs » et l'« AMO opère dans des zones au-delà des frontières traditionnelles de l'architecture » selon Koolhaas[3]. Il interagit également avec les médias, la politique, la sociologie, les énergies renouvelables, la technologie, la mode, la conservation, l'édition et le graphisme[4].

En 2000, Rem Koolhaas reçoit le prix Pritzker. Huit ans plus tard, il intègre la liste du magazine Time des 100 personnalités les plus influentes dans le monde[5]. Lors de la 12e Biennale de Venise, le lion d’or lui a par ailleurs été remis par Kazuyo Sejima pour l’ensemble de son œuvre.

Koolhaas est connu de ses pairs pour son ouvrage S,M,L,XL[6], écrit avec le graphiste Bruce Mau[7] et qui établit plusieurs normes de l'architecture contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son grand-père était architecte, proche de Jacobus Johannes Pieter Oud et de Gerrit Rietveld. Son cousin Teun Koolhaas est aussi architecte. Il participèrent ensemble au projet de Jo Coenen pour l'étude de destination du Groene Hart.

Avant de construire, Rem Koolhaas s'est distingué par une œuvre théorique originale, devenue culte depuis : New York Délire (Delirious New York), publié en 1978 reconstitue la construction de Manhattan comme une opération cohérente dont il fixe a posteriori le programme. « Journaliste mais aussi scénariste pour le cinéma avant d'être architecte et théoricien de l'architecture », Koolhaas a donné très tôt les preuves de ses dispositions particulières pour l'écriture [8]". À propos de cet ouvrage, il déclare « J'entendais construire en tant qu'écrivain un territoire où je puisse finalement travailler comme architecte[9]. » Au début des années 1980, les propositions architecturales de OMA sont remarquées à l'occasion de nombreux concours. En parallèle, l'agence réalise plusieurs projets atypiques et ambitieux, répondant notamment aux commandes privées : Villa dall'Ava à Saint-Cloud (1991), la maison à Bordeaux (1998, équerre d'argent), ou à plus large échelle, avec les deux îlots d'habitation à Fukuoka au Japon appelés Nexus Housing (1991), ainsi que le Kunsthal de Rotterdam (1992)[10]

En 1994, OMA contribue au projet d'urbanisme Euralille (70 ha) rassemblant, autour de la gare Lille Europe (construite par Jean-Marie Duthilleul), un ensemble de bureaux et de centres sociaux, auxquels Jean Nouvel, Christian de Portzamparc ou Shinohara participent à travers la réalisation de bâtiments individuels.

Le Kunsthal (Rotterdam, Pays-Bas), inauguré en 1992.

À la suite de la réalisation de nombreux projets en France et aux Pays-Bas durant les années 1990, OMA s'investit dans les problématiques propres à l'urbanisme et aux infrastructures caractéristiques de l'Asie, procédant notamment à d'importantes études urbaines étalées sur une période de dix ans - Hyperbuilding in Bangkok Thailand, Hanoi New Town, Vietnam and Song Do New Town et New Seoul International City en Corée.

L'activité de l'OMA s'est distingué par la construction du New City Center à Almere (Pays-Bas), le Concert Hall de 1850 places à Porto (Portugal, concours de 2004), le Cordoba Convention Center (Espagne), ou encore le Centre pour le Zeche Zollverein à Essen (Allemagne).

La Casa da Música, vue intérieure de la salle de concert.

Aux États-Unis, l'Office s'inscrit dans le paysage urbain avec notamment la réalisation de la bibliothèque centrale de Seattle ; le Prada Epicenter Store de Los Angeles, et récemment, celui de New York (2001) ; mais aussi, le IIT Campus Center (2003) à Chicago. OMA s'investit également dans de nombreuses réalisations muséales : The Whitney Museum de New York, The Los Angeles County Museum of Art, ou encore deux Guggenheim Museum à Las Vegas (2001).

En Asie, l'immeuble le SNU (Seoul Nation University museum of art), le musée de l'université nationale de Séoul, a été achevé en 2005. La forme du bâtiment a été conçue comme une boîte de base rectangulaire, tranchés en diagonale par la pente de la colline. Ce rectangle tient sur un noyau central - le seul point de contact avec le sol - de sorte que le bâtiment suit la topographie de celui-ci et apparaît à planer au-dessus. En France en 2004, Rem Koolhaas participe sans le remporter à un grand concours d'urbanisme : le réaménagement des Halles de Paris. Ces concours servent la notoriété de l'agence.

Récemment l'Office for Metropolitan Architecture s'est investi dans l'un de ses projets les plus notoires : la réalisation du siège de la Télévision centrale de Chine, la centrale de télévision de Pékin, répartie sur une superficie de 575 000 m2, achevée en 2009 pour la célébration des Jeux olympiques, un incendie a atteint la tour annexe faisant partie du complexe et a ralenti les travaux. Le bâtiment principal a une forme de spirale formée par des sections horizontales.

Aujourd'hui l'OMA a été choisi par la communauté urbaine de Bordeaux[11] pour la création de 50 000 nouveaux logements dans 27 communes. La stratégie cherchera des moyens pour atteindre la densité, la mixité et l'accessibilité des nouveaux logements sur un territoire de 550 km2, afin de permettre à la ville de Bordeaux de prévenir une croissance de la population de manière durable.

En 2012, il présente son projet pour la nouvelle École centrale Paris, qui s'installe à Gif-sur-Yvette dans le cadre de l'aménagement du pôle scientifique et technologique Paris-Saclay[12]. L'achèvement des travaux est prévu pour 2016[12].

En 2014, il fut directeur de la Biennale d’architecture de Venise[13]

Liste des principaux projets[modifier | modifier le code]

OMA[modifier | modifier le code]

La bibliothèque centrale de Seattle, États-Unis.
Siège de CCTV, Pékin.

AMO[modifier | modifier le code]

  • Exposition au Palais Iéna, Auguste Perret, Huit Chefs-d'œuvre !/? Architecture du béton armé, France, Paris, 27 novembre 2013-19 février 2014.
  • Prada Lookbook Automne/Hiver 2010, Worldwilde[17], achevé.
  • Biennale de Venise 2010, Exposition Cronocaos[18], Italie, Venise 2010. Achevé.
  • Institut Srelka, Russie, Moscou, 2010, projet de recherche et d'échange sur les questions de l'architecture[19].
  • Feuille de route 2050, Europe, 2010 : l'AMO a élaboré une vision pour un réseau électrique sans carbone à l'échelle continentale[20].
  • Miu Miu, Podium défilé Femme, Automne/Hiver 2010, Paris, 2010[21].
  • Prada, Podium défilé Femme Automne/Hiver 2010, Milan, 2010.
  • Prada, TRANSFORMER SOUTH KOREA, Séoul, 2008.
  • Prada, Podium défilé Homme et Femme, Printemps/Été 2009, Milan 2009. 2007, 2008.
  • Fondation Prada, Milan, 2008.

Projets en cours[modifier | modifier le code]

Liste des principaux collaborateurs[modifier | modifier le code]

Collaborateurs actuels[modifier | modifier le code]

Anciens collaborateurs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

De Rem Koolhaas et de l'OMA[modifier | modifier le code]

Sur Rem Koolhaas[modifier | modifier le code]

  • Obrist (H-U.), Rem Koolhaas, Köln: Walter König, 2006.
  • Patteeuw (V.), Qu'est-ce que l'OMA à propos de Rem Koolhaas et de l'Office for Metropolitan Architecture [Exposition "Content", Berlin, National Galerie, 15 novembre 2003-18 janvier 2004], Paris : Moniteur, 2004.
  • Koolhaas (R.), Foster (N.), Mendini (A.), Mack (G.), Colours, Office for metropolitan architecture, Koolhaas (R.), OMA, Basel, Birkhäuser, 2001.
  • Sinning (H.), More is more Theorie und Architektur OMA/Rem Koolhaas, Tübingen : Wasmuth , 2000.
  • Lootsma (B.), 1957, SuperDutch, new architecture in the Netherlands, Londres : Thames & Hudson, 2000.
  • Provoost (M.), Dutchtown : a city centre design by OMA/Rem Koolhaas, Rotterdam : Nai Publishers , 1999.
  • Lucan (J.), OMA - Rem Koolhaas pour une culture de la congestion, Paris Milan : Électa Moniteur, 1990.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Obrist (H-U.), Rem Koolhaas, Cologne : Walter König, 2006.
  2. Patteeuw, Véronique, Qu'est-ce que l'OMA à propos de Rem Koolhaas et de l'Office for Metropolitan Architecture , [exposition Content, Berlin, National Galerie, 15 novembre 2003-18 janvier 2004], Paris : Moniteur, 2004. p. 178.
  3. Koolhaas (R.), Junkspace - Repenser radicalement l'espace urbain, Payot, janvier 2011.
  4. [1] OMA, site officiel.
  5. Lacayo (R.), « Rem Koolhaas », Time, 30 avril 2009, Article en ligne
  6. Koolhaas (R.), Small, medium, large, extra-large, Office for Metropolitan Architecture, Rem Koolhaas and Bruce Mau, Cologne, Allemagne : Benedikt Taschen Verlag, 1997.
  7. Koollaas (R.) Junkspace - Repenser radicalement l'espace urbain, Payot, janvier 2011. p. 14.
  8. Koolhaas (R.), Junkspace - Repenser radicalement l'espace urbain, Payot, janvier 2011.
  9. Koolhaas (R.), Why I wrote Delirious New York and other textual strategie', entretien avec Cynthia Davidson, ANY, no 0, mai 1993, p. 42.
  10. Pour la biographie: Patteeuw, Véronique, Qu'est-ce que l'OMA à propos de Rem Koolhaas et de l'Office for Metropolitan Architecture, [exposition Content, Berlin, National Galerie, 15 novembre 2003-18 janvier 2004], Paris : Moniteur, 2004.
  11. OMA to strategize new housing in Bordeaux
  12. a et b Shauna Grew, « Rem Koolhaas présente Labcity au Pavillon de l’Arsenal », sur media-paris-saclay.fr,‎ (consulté le 19 août 2014)
  13. Diane Elguer, « Rem Koolhaas, directeur de la Biennale d’architecture de Venise en 2014 », sur ConnaissanceDesArts.com,‎ (consulté le 9 janvier 2013)
  14. Checkpoint Charlie, Berlin 1990
  15. Educatorium, Utrecht, 1993-1997
  16. Retail design for Prada stores
  17. Book Prada.
  18. Biennale de Venise 2010
  19. 'institut Srelka, Russie
  20. Feuille de route 2050, Europe, 2010
  21. Podium Miu Miu
  22. (en) « OMA selected to build the factory arts complex in manchester », sur http://www.designboom.com,‎ (consulté le 1er décembre 15)
  23. Rem Koolhaas : la ville malade de l'architecture ?, France Culture,  3 janvier 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]