Wayne Shorter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wayne Shorter
Description de l'image Wayne Shorter.jpg.
Informations générales
Naissance (82 ans)
Newark (New Jersey)
Activité principale Saxophoniste, compositeur
Genre musical Jazz, jazz-rock
Instruments Saxophone ténor, saxophone soprano
Années actives 1958 -
Labels Blue Note, Columbia, Verve
Site officiel www.wayneshorter.com

Wayne Shorter (né le à Newark, New Jersey, aux États-Unis) est un saxophoniste (ténor et soprano) et compositeur de jazz américain. Actif depuis les années cinquante, Shorter fait aujourd’hui figure de légende vivante dans le domaine du jazz, non seulement en tant que musicien mais aussi en tant que compositeur. En parallèle à sa carrière solo il a été un membre essentiel des Jazz Messengers, du second quintet de Miles Davis et de Weather Report [1][2][3][4].

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Wayne Shorter est né le 25 Août 1933 à Newark dans le New Jersey. Encouragé par sa mère à la créativité, le jeu, les histoires et le fantastique prennent vite de l’importance dans la vie du jeune garçon et de son frère, Alan Shorter, un an plus âgé. Les deux frères partagent aussi une fascination pour le cinéma et notamment ses bandes son qui persuadent le jeune Wayne du potentiel émotionnel de la musique. Cette passion naissante pour le cinéma et sa musique mais aussi pour les effets sonores suivra Shorter tout au long de sa carrière, illustrant parfois ses propos par une scène ou une réplique d’un film[4][5][6]. Outre le cinéma, le jeune Wayne est exposé à la musique de différentes manières. Le dimanche à l’église baptiste il entend la chorale qui l’impressionne mais réprouve quelque peu le caractère forcé de la musique. Par les émissions radio qu’écoutent ses parents il découvre les big band de Count Basie à Duke Ellington en passant par Jimmie Lunceford[4][6]. Mais pour le moment Wayne est bien plus intéressé par les arts visuels que la musique. Il se met à peindre et dessiner et réalise même un comic book entier inspiré de ses lectures de science-fiction. Dans cette dynamique il se rend au collège artistique de Newark où il obtient un diplôme en beaux-arts[2][5][7][6].

La découverte du bebop à la radio et en concert change la trajectoire du jeune homme. Il découvre la musique de Charlie Parker, Monk, Dizzy Gillespie, Max Roach et manque des cours pour assister à leurs concerts. Cette scène musicale l’impressionne tellement qu’il se met à la clarinette et son frère Allan au saxophone alto. Les deux frères passent alors leur temps à jouer et à cultiver une image d’excentriques, se faisant appeler Mr Weird et Doc Strange et dirigeant une formation qui joue principalement de la musique de danse. Wayne commence à composer, écrivant des mambos alors à la mode. Bientôt il passe au saxophone ténor et se fait rapidement une réputation à Newark recevant le surnom de « Newark Flash». Lors de jam sessions le jeune saxophoniste impressionne déjà, comme en 1951 où il joue aux côtés de Sonny Stitt[3][8][4][5][9][6].

A l’université son attention se tourne également vers la musique et il y suit les cours d’harmonie et d’orchestration et obtient en 1956 un diplôme en éducation musicale. La même année il participe à sa première séance d’enregistrement où son jeu est alors comparé à Lester Young et Stan Getz[1][5][6]. Alors même qu’il commence à se faire une réputation et à rencontrer des musiciens de la scène New-yorkaise il doit faire un service militaire de 2 ans. A l’armée il prend goût à l’alcool et rencontre un futur collaborateur en la personne de Cedar Walton. Lors de différentes permissions il rencontre Lester Young au Canada quelques semaines avant le décès de celui-ci ou joue avec Sonny Rollins et Max Roach, ne disparaissant donc pas totalement de la scène musicale[2][3][8][6]. A sa sortie de l’armée en 1958, Wayne joue brièvement dans le groupe du pianiste Horace Silver qui lui apprend le fonctionnement de l’édition musicale et des droits d’auteurs. Il s’exerce également sur son instrument pendant de longues heures aux côtés des nombreuses nouvelles rencontres qu’il fait à New York, parmi eux Freddie Hubbard et John Coltrane avec qui il discute également de métaphysique. Il rencontre également un autrichien qui vient d’arriver aux États-Unis et parle encore mal l’anglais. Joe Zawinul et Wayne Shorter se lient alors d’amitié, partageant le même goût de la boisson et une vision de la musique similaire. Grâce à Zawinul, Shorter est un temps engagé dans le big band de Maynard Ferguson[10][2][3][11][6].

Jazz Messenger (1959-1964)[modifier | modifier le code]

En 1959, Wayne Shorter rejoint le groupe du batteur Art Blakey, les Jazz Messengers. Le groupe incarne le Hard bop, le nouveau style qui dominera le jazz au début des années 60[10][3]. De son propre aveu, Shorter apprends énormément au contact d’Art Blakey qui lui conseille notamment de mieux structurer ses solos en les faisant atteindre des points culminant dont le public se souviendrait. Au début timide, la personnalité de Shorter est mise dans l’ombre par celles, dominantes, de Lee Morgan et Bobby Timmons. Au fil des ans et sous l’insistance des membres du groupe Wayne s’affirme plus, tant personnellement que musicalement[11][6]. Au saxophone ténor, Shorter est alors beaucoup comparé à John Coltrane pour la véhémence de son jeu et l’intensité dans la ponctuation mais certains lui trouve également déjà un style plus personnel[12][4][6]. En tant que compositeur il se révèle de plus en plus. Encouragé par Blakey et les autres membres du groupe, ses compositions sont régulièrement sur les albums et certaines deviennent des passages obligés de concert. Parmi elles « Children of The Night », « El Toro », « Tell It Like It Is », « Free For All » ou encore « Sakeena’s Vision » et « Sincerely Diana » en hommage à la femme et à la fille de Blakey[3][11]. Les tournées mondiales des Messenger permettent à Shorter de jouer un soir avec son idole Bud Powell sur les Champs-Elysées ou de faire l’expérience de l’accueil unique des japonais pour les stars américaines du jazz. Fans passionnés qui portent des t-shirt à son effigie, hôtels de luxe, limousines et un public qui chante les thèmes pendant les concerts. En juillet 1961, Shorter épouse d’ailleurs Irene Nakagami, une japonaise née aux États-Unis[8][6].


Pendant ses années avec les Jazz Messengers, Shorter développe également sa carrière solo et enregistre l’album Introducing Wayne Shorter pour le label Vee-Jay où n’apparaissent quasiment que ses propres compositions. Il participe également à des sessions d’autres musiciens comme sur l’album Free Form du trompettiste Donald Byrd où il rencontre un jeune pianiste nommé Herbie Hancock, c’est le début d’une longue amitié entre les deux musiciens. En 1964 après 3 albums pour Vee-Jay, Shorter signe avec le label Blue Note[10][2][13][6].

Second Quintet de Miles (1964-1969)[modifier | modifier le code]

En 1959, alors que Coltrane s’apprête à quitter le quintet de Miles Davis, celui-ci désigne Shorter comme un potentiel successeur. Davis développe un intérêt pour Shorter en observant sa croissance au sein des Messengers et commence à courtiser le saxophoniste pour qu’il rejoigne son groupe. En effet, celui-ci peine à trouver un saxophoniste fixe, Hank Mobley, George Coleman et Sam Rivers se succèdent pendant de courtes périodes. Après plusieurs appels du trompettiste et poussé par un désir de changement, Shorter rejoins finalement le groupe de Davis en 1964. Munis d’un ticket de première classe envoyé par le trompettiste, Shorter rallie la formation au Hollywood Bowl pour un premier concert[4][11][2]. Le quintet est alors composé de Herbie Hancock, Ron Carter, Tony Williams et Miles Davis et arrive vite à une cohésion unique. Il devient rapidement clair à Shorter que Davis l’a autant engagé en tant que saxophoniste que en tant que compositeur. Dès le premier album de la formation, ESP, des compositions de Shorter sont utilisées. Le quintet expérimente de plus en plus au fil des ans et développe un nouveau son dans le jazz ainsi qu’une nouvelle approche de l’improvisation. Un accent plus fort est mis sur l’utilisation de l’espace dans la musique ainsi que l’interaction entre les membres. En conséquence, Wayne développe alors un style plus personnel au saxophone. Il devient elliptique et développe un sens dramatique des dynamiques[12][4][14][6]. Selon l’aveu même de Davis, Shorter devient l’homme à idées, celui qui amène de nouveaux concepts. Il devient également le compositeur principal du groupe, amenant des compositions terminées avec les parties de chaque musicien écrites. Les plus célèbres morceaux de Shorter sont écrits pendant les années avec le quintet : « Footprints », « Orbits », « Nefertiti », « Sanctuary » deviennent les pièces maîtresses de la formation[10][4][14][13].

Dans le quintet Shorter se démarque par une attitude plus solitaire en tournée, préférant rester regarder des films dans sa chambre d’hôtel au lieu de participer aux virées fêtardes de ses collègues. En 1966 il se sépare de sa femme Irene Iruko et perd son père dans un accident de la route ce qui accentue son alcoolisme. Il boit avant et après les concerts et cela irrite notamment le batteur Tony Williams qui s’arrête de jouer pendant les solos de Wayne en protestation[14][13][6]. A la fin des années 60, Davis veut changer son groupe et réactualiser sa musique et passant à un jazz électrique. En conséquence, les membres du quintet sont remplacés petit à petit mais Wayne reste plus longtemps, participant aux classiques In A Silent Way et Bitches Brew qui ouvrent l’ère jazz-fusion. A cette époque il adopte aussi le saxophone soprano, peut-être pour être mieux entendu au milieu des instruments amplifiés. Le soprano viendra avec le temps définir la personnalité musicale de Shorter au moins autant que le ténor[10][4][6]. En 1967 Wayne épouse Ana Maria Patricio, une portugaise avec qui il a une fille nommé Iska. Lors d’une vaccination quelques mois plus tard, l’enfant est victime de crises probablement dû au vaccin qui laissent le cerveau sans oxygène, causant des dommages irréversibles au qui laissent la victime handicapée mentalement[6].


Tout comme à l’époque des Messengers, Shorter continue de faire évoluer sa carrière solo pendant ses années avec Miles Davis. Il sort chez Blue Note une série d’albums très appréciés qui naviguent entre hardbop, modal Coltranien, free jazz et fusion. Wayne est également un sideman très demandé pour les enregistrements et il participe à de nombreux albums pour des musiciens comme Grachan Moncur III, Lee Morgan, Lou Donaldson, McCoy Tyner ou Freddie Hubbard[10][4][9][6].

Weather Report (1970-1985)[modifier | modifier le code]

En 1970, Shorter décide avec son ami Joe Zawinul et le bassiste Miroslav Vitous de créer un groupe qui aurait une énergie proche du rock avec l’utilisation d’instruments électriques et de synthétiseurs pour Zawinul, tout en restant dans le jazz par une approche d’improvisation. Le groupe sera nommé Weather Report et durera 15 années, rencontrant un grand succès international tant critique que publique. Le son du groupe changera constamment au fil des ans, d’abord très expérimentale et libre, la musique sera de plus en plus arrangée et aura plus d’insistance sur le groove. La musique de Weather Report s’enrichira également des musiques folkloriques des quatre coins du globe, c’est le début de la world music. C’est Zawinul qui prend petit à petit les rênes du groupe reléguant Shorter au second plan aux yeux de certains critiques et fans qui estiment que le saxophoniste est sous exploité[3][12][4][7][6]. Shorter est pourtant satisfait de sa situation et de la musique du groupe, surtout pendant ses premières années où selon lui le groupe obtient un succès international sans compromettre sa vision artistique. Au sein de Weather Report le rôle de Shorter est différent, le soprano étant maintenant devenu le premier choix. Shorter ponctue la musique et lui ajoute de la texture, se soustrayant à la notion de soliste il n’oublie pourtant pas cette facette en concert notamment lors de l’habituelle duo claviers-saxophone avec Zawinul. Composant de moins en moins et quelque peu désillusionné par la situation du groupe, Shorter quitte finalement la formation en 1985[10][4][6].


Pendant ses années avec Weather Report, Shorter multiplie les projets en parallèle. Il n’enregistre cependant qu’un seul nouvel album sous son nom. Native Dancer rencontre un bon succès pour son style unique de fusion fortement teinté de musique brésilienne avec notamment la présence du chanteur Milton Nascimento[10][15][6]. Sous l’impulsion de Herbie Hancock, le second quintet de Miles se reforme sans le trompettiste qui est remplacé par Freddie Hubbard. Le groupe est appelé V.S.O.P pour Very Special Onetime Performance mais également car c’est le nom d’un cognac apprécié par Shorter et Hancock. Au départ le groupe ne devait jouer qu’un seul concert au festival de Newport mais au vu du succès de celui-ci une tournée européenne est organisée. L’aventure continuera encore quelques années au vu du plaisir que prennent les anciens musiciens de Miles à jouer ensemble[10][13]. Toujours avec son ami Hancock, Shorter participe également à plusieurs projets de Joni Mitchell avec également un collègue de Weather Report en la personne de Jaco Pastorius. Il part également en tournée avec le guitariste Carlos Santana et fait des apparitions remarquées sur des albums d’artistes très divers comme Steely Dan ou Airto Moreira[4][13][15][6]. Sous l’impulsion de Hancock, le saxophoniste et sa femme étudient également activement le bouddhisme. Selon lui cette pratique l’aidera à surmonter le décès de sa fille Iska en 1983 suite à une ultime crise[4][13][6].

Collaborations et formations éphémères (1985-2000)[modifier | modifier le code]

Après son départ Weather Report, Shorter entame une période difficile de sa carrière. Il enregistre plusieurs albums comme Phantom Navigator ou Joy Life qui rencontrent moins de succès et sont parfois critiqués pour leur orchestrations trop denses et complexes ou tout simplement un manque d’inspiration au niveau des compositions. Il peine également à assembler un groupe stable, les musiciens vont et viennent et la qualité de la musique en fait parfois les frais[10][7][6]. Il continue les collaborations mais se fait généralement plus discret en tête d’affiche, n’enregistrant rien sous son nom durant 7 ans. Son fidèle ami Herbie Hancock le sollicite pour plusieurs albums, il participe une nouvelle fois à une tournée de Santana et continue son travail de musicien de session pour les Rolling Stones, Don Henley ou Salif Keita[10][9][6]. En 1991 il est parmi les musiciens qui participent au concert de Miles Davis à Paris réunissant de nombreux anciens collaborateurs du trompettiste qui décède quelques semaines plus tard. S’en suivent des tournées hommages à Davis avec Wallace Roney et V.S.O.P[10][8][13][6]. Il sort ensuite l’album High Life où il collabore avec Marcus Miller et Rachel Z pour une musique très dense et orchestrale qui remporte un grammy mais engendre une tournée difficile[10][9][6]. Durant l’été 1996 Shorter est en tournée en Europe et se trouve à Rome où sa femme Ana Maria ainsi que sa nièce doivent le rejoindre. Malheureusement l’avion du vol 800 TWA s’écrase dans l’océan atlantique peut après son décollage de New York, ne laissant aucun survivant. Herbie Hancock soutient alors son ami durant l’épreuve qu’il traverse ce qui les amène à enregistrer un album en duo. L’album, intitulé 1+1, sera enregistré dans le salon de Hancock dans l’espace d’une semaine à raison de 6 heures par jour[3][4][9][13].

Le Wayne Shorter Quartet (2000-aujourd’hui)[modifier | modifier le code]

Au tournant du millénaire des changements interviennent. Shorter se remarie avec Carolina de Santos, une amie de longue date, et déménage à Miami en Floride. Il assemble alors un quartet de jeunes musiciens composé de Brian Blade à la batterie, John Patitucci à la basse et Danilo Perez au piano[12][4][6]. L’entente musicale du quartet est immédiate et celui-ci commence une série de tournées internationales marqué par plusieurs albums studio et live. Footprints Live! sort en 2002 et documente l’interaction et l’osmose exceptionnelle des quatre musiciens en concert. En 2003 ce sera Alegria, un album studio avec le quartet mais aussi orchestre de cordes et de nombreux autres musiciens où Shorter écrit les arrangements et des relectures de Villa-Lobos et Leroy Anderson en plus de ses propres compositions. En 2005 sort Beyond The Sound Barrier, un album studio uniquement avec le quartet[10][3][4][5]. En 2013, à 80 ans et après 43 ans d’absence le saxophoniste resigne chez Blue Note et sort l’album Without a Net qui présente des performances en concert de l’année 2011[1][10][8].

Standards[modifier | modifier le code]

On doit à Wayne Shorter une vingtaine de standards :

  • Ana Maria
  • Armageddon
  • Beauty and the Beast
  • Black Nile
  • Delores
  • De Pois Do Amor O Vazio
  • Deluge
  • El Gaucho
  • E.S.P.
  • Fall
  • Fee-Fi-Fo-Fum
  • 502 Blues
  • Footprints
  • House of Jade
  • Iris
  • Ju-Ju
  • Mahjong
  • Miyako
  • Mr Jin
  • Mysterious Traveler
  • Night Dreamer
  • Orbits
  • Pinocchio
  • Prince of Darkness
  • Speak no Evil
  • Virgo
  • Wild Flower
  • Witch Hunt
  • Yes or No

Discographie[modifier | modifier le code]

Comme leader[modifier | modifier le code]

  • 1959 Blues à la Carte
  • 1959 Introducing Wayne Shorter
  • 1960 Second Genesis
  • 1961 Free Form
  • 1962 Wayning Moments
  • 1962 Wayning Moments Plus
  • 1964 Night Dreamer (1964 - Blue Note), en quintet avec Lee Morgan (trompette), McCoy Tyner (piano), Reggie Workman (basse) et Elvin Jones (batterie)
  • 1964 Juju (1964 - Blue Note), en quartet avec McCoy Tyner (piano), Reggie Workman (basse) et Elvin Jones (batterie)
  • 1965 Speak No Evil (1965 - Blue Note), en quintet avec Freddie Hubbard (trompette), Herbie Hancock (piano), Ron Carter (basse) et Elvin Jones (batterie)
  • 1965 The Soothsayer
  • 1965 The Collector
  • 1965 Et Cetera
  • 1965 The All Seeing Eye
  • 1966 Adam's Apple (1966 - Blue Note), en quartet avec Herbie Hancock (piano), Reggie Workman (basse) et Joe Chambers (batterie)
  • 1967 Schizophrenia
  • 1969 Super Nova
  • 1970 Moto Grosso Feio
  • 1970 Odyssey of Iska
  • 1974 Native Dancer
  • 1985 Atlantis
  • 1986 Phantom Navigator
  • 1988 Joy Ryder
  • 1994 High Life
  • 2002 Footprints Live! (2002 - Verve Records), en quartet avec Danilo Perez (piano), John Patitucci (basse) et Brian Blade (batterie)
  • 2003 Alegria
  • 2005 Beyond the Sound Barrier
  • 2013 Without a Net (Blue Note)

Avec Art Blakey & the Jazz Messengers[modifier | modifier le code]

  • 1959 Africaine
  • 1960 A Night in Tunisia
  • 1960 Like Someone in Love
  • 1960 Meet You at the Jazz Corner of the World
  • 1960 Roots & Herbs
  • 1960 The Big Beat
  • 1961 A Day With Art Blakey
  • 1961 Impulse!!! Art Blakey!!! Jazz Messengers!!!
  • 1961 Buhaina's Delight
  • 1961 Mosaic
  • 1961 The Freedom Rider
  • 1961 The Witch Doctor
  • 1961 Tokyo 1961
  • 1962 Caravan
  • 1962 Three Blind Mice, Volume 1
  • 1962 Three Blind Mice, Volume 2
  • 1963 Ugetsu
  • 1964 Free for All
  • 1964 Indestructible

Avec d'autres artistes Blue Note[modifier | modifier le code]

Wayne Shorter en concert au Paris Jazz Festival en 2003.

Avec Miles Davis[modifier | modifier le code]

Avec Weather Report[modifier | modifier le code]

Avec Herbie Hancock[modifier | modifier le code]

Avec d'autres[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c [ http://culturevisuelle.org/allthatjazz/archives/1775 Article sur Culture Visuelle par Christian Delage]
  2. a, b, c, d, e et f [ http://www.melmartin.com/html_pages/Interviews/shorter.html Interview par Mel Martin en 1992]
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Biographie sur le site de Verve Music Group
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q [ http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=2860 Portrait par Gérald Arnaud]
  5. a, b, c, d et e [ http://www.jazz.com/features-and-interviews/2008/3/21/in-conversation-with-wayne-shorter Interview par Bob Blumenthal en 2002]
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z Footprints The Life and Work of Wayne Shorter. Michelle Mercer. Editions Tarcher Penguin.
  7. a, b et c Biographie sur Encyclopedia.com
  8. a, b, c, d et e [ http://www.allaboutjazz.com/wayne-shorter-portrait-of-a-visionary-wayne-shorter-by-rj-deluke.php#.UsVxZRajSoM Wayne Shorter: Portrait Of A Visionary ]
  9. a, b, c, d et e [ http://www.wayneshorter.com/ Biographie sur le site officiel de Wayne Shorter ]
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Biographie sur le site de Blue Note
  11. a, b, c et d Hard Bop Academy. Alan Goldsher. Editions Hal Leonard.
  12. a, b, c et d [ http://mediatheque.cite-musique.fr/masc/?INSTANCE=CITEMUSIQUE&URL=/mediacomposite/CMDO/CMDO000020000/CMDO000021000/CMDO000021000_0819/ Jazzmen de notre temps par Vincent Bessières]
  13. a, b, c, d, e, f, g et h Possibilities. Herbie Hancock et Lisa Dickey. Editions Viking.
  14. a, b et c Miles The Autobiography. Miles Davis et Quincy Troupe. Editions Picador.
  15. a et b 12 Essential Wayne Shorter Tracks
  16. (en) « 56th Annual GRAMMY Awards Winners & Nominees », sur grammy.com (consulté le 27 janvier 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :