Luis Barragán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barragan.

Luis Barragán
Image illustrative de l’article Luis Barragán
Présentation
Nom de naissance Luis Ramiro Barragán Morfín
Naissance
Guadalajara (Mexique)
Décès (à 86 ans)
Mexico (Mexique)
Nationalité Drapeau du Mexique Mexique
Formation Escuela Libre de Ingenieros (Guadalajara)
Œuvre
Réalisations Maison Barragán (Mexico)
Distinctions Prix Pritzker 1980

Luis Ramiro Barragán Morfín, né le à Guadalajara (Mexique), décédé le à Mexico, est un architecte mexicain. Il est l'un des plus célèbres architectes mexicains connu pour son style, synthèse entre l’architecture vernaculaire et Moderniste. Il a été distingué par le prix Pritzker en 1980 et sa Maison-atelier est classée en 2004 au patrimoine mondial de l'humanité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferdinand Bac

Jeunesse, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Luis Barragán Morfín est né le à Guadalajara au Mexique. Il passe une partie de son enfance dans la hacienda familiale, près de Mazamitla[1] où il vit les soubresauts de la révolution mexicaine et de la révolte des Cristeros. Après son diplôme d'ingénieur obtenu en 1923, il voyage à travers l'Europe et découvre à Paris les écrits de Ferdinand Bac, dessinateur français et créateur de jardins qui décrit ses aménagements paysagers dans deux ouvrages marquant et dont Barragan visitera le jardin des Colombières, près de Menton, en 1931. Bac conçoit les jardins pour créer un "enchantement" chez le visiteur et l'inciter à la découverte de l'espace et à la contemplation de la beauté de la nature. L'influence de Bac sur le travail de Barragán sera majeure[2]. A l'occasion de ce voyage, il visite aussi l'Exposition internationale des Arts Décoratifs et industriels modernes à Paris, puis, en Espagne, les jardins de l'Alhambra à Grenade, influence également déterminante dans sa conception du rapport entre nature et architecture.

De retour au Mexique en 1927, il s'installe à Guadalajara où il réalise ses premières œuvres architecturales, principalement des maisons pour des clients particuliers. Leur style est influencé par le style des architectures méditerranéennes, l'architecte y mettant en pratique les concepts de Bac[3]. Toujours en quête de savoir architectural, en 1931 il se rend en Europe où il assiste à une conférence de Le Corbusier, rencontre l'architecte et visite notamment la villa Savoie à Poissy et la villa Stein-de Monzie à Garches. Il rapporte aussi à Mexico de nombreux ouvrages sur l'avant-garde architecturale européenne (Gropius, Loos, Mallet-Stevens et les ouvrages de Le Corbusier). La même année, avant d'arriver un Europe, il avait fait étape à New York où il fréquente le muraliste José Clemente Orozco et l'architecte autrichien Frederick Kiesler, médiateur des idées d'Adolf Loos. En 1935, Barragan s'installe à Mexico.

Vers le Modernisme[modifier | modifier le code]

Maison-atelier de Luis Barragán

À Mexico, l'époque est à l'effervescence culturelle, le milieu intellectuel et artistique est dynamisé par l'arrivée de nombreux européens qui se rencontrent dans la 'casa azul' de Frida Kahlo. L'architecture est en pleine expansion grâce aux nombreux programmes de construction mis en place par le gouvernement de Lázaro Cárdenas.

Dix ans plus tard, le fonctionnalisme, est à son apogée, porté par son chef de file José Villagrán García[4], et par Juan O'Gorman.

Luis Barragán se mue alors en architecte-promoteur, achètent des terrains pour y construire maisons de ville et immeubles locatifs dans les nouveaux quartiers à l'ouest de la capitale[5].

En 1943 il achète au Sud de Mexico des terrains où il crée le parc du Pedregal. La même année, il construit son atelier accolé à sa maison à Tacubaya, un quartier populaire de la ville. Manifestation emblématique de son langage architectural, cet ensemble sera classé en 2004 au patrimoine mondial de l'humanité.

Les travaux des jardins du Pedregal débutent en 1945. Énorme chantier de 5,1 km2,c'est un projet majeur dans la carrière de Barragán. Ces terrains près de San Angel sont constitués d'affleurements de roches volcaniques. Le projet du Pedregal tient autant de l'architecture que de l'urbanisme et de l'aménagement paysager. Barragán y conçoit une partie des habitations, les circulations, les fontaines, les places, les plans d'eau.. .

Barragan a reçu le prestigieux prix Pritzker en 1980.

Il recompose et ordonne en une géométrie à la fois rigoureuse et savante les données naturelles des sites, avec des volumes dépouillés où interagissent lumière et couleur.

En 1996, la Barragan Foundation a été créée à Birsfelden en Suisse, avec l'achat, par un industriel suisse, des archives de l'atelier Luis Barragán, le Mexique n'ayant pu éviter leur vente (entreprise Vitra). En 1997, une partie du fonds Armando Salas Portugal, le photographe attitré de Luis Barragán, a été également acquis en Suisse. L'ensemble de ces documents est géré par la Barragan Foundation. A Mexico DF, la Fundación de Arquitectura Tapatía Luis Barragán gère la maison-atelier de l'architecte, lieu d'élection des amateurs du monde entier.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • 1927 : Casa Robles León (sa première réalisation, un projet de restructuration)
  • 1929 : Casa González Luna (aujourd'hui Casa ITESO Clavigero) à Guadalajara.
  • 1948 : Maison Barragán à Tacubaya (Mexico) qui a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2004 ;
  • 1955 : Plan urbain de la Colonia Jardines del Bosque à Guadalajara.
  • 1954 : Maison d'Antonio Galvez à San Ángel ;
  • 1957 : Torres de Satélite à Mexico, en collaboration avec le sculpteur Mathias Goeritz;
  • 1975-1977 : Casa Gilardi

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pauly 2002, p. 15
  2. Tim Street-Porter, « Architecture of Mexico: the houses of Luis Barragan », Mexconnect, (consulté le 1er novembre 2011)
  3. Eggener 2001, p. 7
  4. Pauly 2002, p. 104
  5. Pauly 2002, p. 116

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie principale[modifier | modifier le code]

Bibliographie annexe[modifier | modifier le code]