Pont Simone-Veil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont Simone-Veil
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Commune Bordeaux, Bègles et Floirac (membres de Bordeaux Métropole)
Coordonnées géographiques 44° 49′ 20″ N, 0° 32′ 13″ O
Fonction
Franchit Garonne
Fonction Voirie routière urbaine
Caractéristiques techniques
Type Pont à poutres
Longueur 545 m
Largeur 44 m
Matériau(x) Béton et acier
Construction
Construction 2017-2020 (prévu)
Architecte(s) Clément Blanchet[1]
Ingénieur(s) WSP et Egis
Maître(s) d'œuvre Office for Metropolitan Architecture (agence d'architecture)
Michel Desvigne (paysagiste)
Lumières Studio (agence d'éclairage).
Maître d'ouvrage Bordeaux Métropole

Géolocalisation sur la carte : Gironde

(Voir situation sur carte : Gironde)
Pont Simone-Veil

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Pont Simone-Veil

Géolocalisation sur la carte : Bordeaux

(Voir situation sur carte : Bordeaux)
Pont Simone-Veil

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont Simone-Veil

Le pont Simone-Veil est un projet de pont à poutres franchissant la Garonne entre les villes de Bordeaux et de Bègles sur la rive gauche, et Floirac sur la rive droite (membres de Bordeaux Métropole maître d'ouvrage de l'équipement).

Présentation[modifier | modifier le code]

La dénomination provisoire Jean-Jacques-Bosc[2], est donnée d'après le boulevard du même nom qu'il rejoint sur la rive gauche de la Garonne. Le , Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, annonce que le pont portera le nom de Simone Veil (décédée le 30 juin 2017) en accord avec sa famille[3].

Le maître d'ouvrage du pont est Bordeaux Métropole.

Architecture[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, le lauréat du concours architectural[N 1] est l'agence néerlandaise, OMA (Office for Metropolitan Architecture soit « bureau pour une architecture métropolitaine ») de Rem Koolhaas[4] (prix Pritzker en 2000). Le projet a été conçu par l’architecte Clément Blanchet[N 2], le directeur d’OMA France à l'époque. L'équipe de conception intègre aussi les bureaux d'études WSP FINLAND et Egis, le paysagiste Michel Desvigne et l’agence d'éclairage Lumières Studio[5].

Le pont est conçu comme un espace public permettant d'accueillir diverses manifestations, outre la liaison entre les deux rives de la Garonne[6].

Description[modifier | modifier le code]

Le pont Simone-Veil présentera une longueur de 545 mètres pour une largeur de 44 mètres. Il permettra de boucler les Boulevards de Bordeaux. Le pont sera constitué de sept rangées de piles et d’un tablier en béton porté par une structure de caissons en acier.

Financement[modifier | modifier le code]

Le budget global de l'opération, raccordements inclus, est de 121 millions d'euros avec 110 millions d'euros pour les travaux et 11 millions de rémunération pour l'équipe de la maîtrise d'œuvre (architecte, bureaux d'études, paysagiste...) [7]. L'offre retenue pour la construction de l'ouvrage annoncée début juillet 2017 s'élève à 83 millions d'euros[8].

Construction[modifier | modifier le code]

La construction est prévue initialement entre 2017 et 2020. Le marché, d'un montant de 70 M€ HT est attribué en juillet 2017 à un groupement d'entreprises pilotée par Razel-Bec, filiale du Groupe Fayat. Le groupement est composé de filiales de Fayat (Fayat TP, , Barbot CM, SEFI-Intrafor) et de 2 autres entreprises (ETPO et Baudin Châteauneuf)[8].

Les travaux démarrent en septembre 2017. En juin 2018, le constructeur arrête le chantier, pour des raisons de divergences techniques et juridiques. La livraison prévue en 2020 est annoncée avec 1 à 3 ans de retard (soit une mise en service entre 2021 et 2023). Le désaccord porte sur un supplément de la protection des piles évalué à 18 M€ supplémentaires[9]. Une situation similaire s'est produite sur le chantier du Musée des Confluences à Lyon, où la même filiale du Groupe Fayat s'est retirée du chantier à l'amiable, occasionnant retard et indemnisation[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les cinq candidats du concours d'architecture étaient : Dietmar Feichtinger Architectes, OMA Architecte, Marc Mimram Architecte, RFR Architecture, SETEC TPI / Marc Barani
  2. Clément Blanchet a annoncé son départ de l’agence OMA en 2014, tout en conservant certaines associations avec celle-ci.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pont Jean-Jacques Bosc : le choix du projet », Bordeaux Métropole (consulté le 25 février 2015)
  2. Elsa Provenzano, L’architecte du pont Jean-Jacques Bosc désigné 20minutes.fr, 13 décembre 2013
  3. « Bordeaux : le pont Jean-Jacques-Bosc s’appellera Simone Veil », sur SudOuest.fr (consulté le 10 juillet 2017)
  4. Yassine Khelfa M'Sabah, Premiers tests pour le futur Pont Jean-Jacques Bosc à Bordeaux France Bleu, 9 avril 2015
  5. Marie-Douce Albert, OMA réalisera le futur pont Jean-Jacques Bosc de Bordeaux Le Moniteur, 13 décembre 2013
  6. Bordeaux : le pont Jean-Jacques Bosc par OMA, éloge de la simplicité Cyberarchi, 2014
  7. Céline Lanusse, « Bordeaux : le futur pont Jean-Jacques Bosc présenté », La Tribune, (consulté le 25 février 2015)
  8. a et b Pascal Rabiller, « Bordeaux : et les constructeurs du pont Jean-Jacques Bosc sont… », sur SudOuest.fr, (consulté le 11 juillet 2017)
  9. Denis Lherm, « Bordeaux : le futur pont Simone Veil sera livré avec un à trois ans de retard », sur sudouest.fr, (consulté le 20 août 2018)
  10. Denis Lherm, « Pont Simone Veil : le constructeur Fayat mis sur la sellette par des élus de Bordeaux Métropole », sur sudouest.fr, (consulté le 20 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]