Gerrit Rietveld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gerrit Rietveld
Gerrit Thomas Rietveld.jpg

Gerrit Thomas Rietveld.

Naissance
Décès
(à 76 ans)
Utrecht
Nom de naissance
Gerrit Thomas Rietveld
Nationalité
Activités
Autres activités
marchand et fabricant de mobilier
Représenté par
Pictoright (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Nouvelle Objectivité, mouvement De Stijl
Enfant
Wim Rietveld (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Sikkens Prize (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
Rietveld Schröderhuis ou maison Schröder (1924)
Rood-blauwe ou chaise rouge et bleue (1917)
La lampe suspendue (1922/1923)
La chaise Zig Zag (1934)
Vakantiehuis Verrjin Stuart ou résidence d'été de Verrijn Stuart à Breukelen (1941)

Gerrit Thomas Rietveld (Utrecht, id. ) est un designer, architecte et ébéniste néerlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gerrit Rietveld est d'abord apprenti menuisier ébéniste, il travaille chez son père fabricant de meuble. Le menuisier est ensuite employé par son père. Mais en 1906, il suit déjà des cours du soir et apprend le dessin technique auprès de l'architecte utrechtois P.J.C. Klaarhamer.

En 1911, à 23 ans, Gerrit Rietveld se lance dans la vie active. Il fonde sa propre petite entreprise couplé à une petite boutique d’ameublement. Il se lance aussi dans de longues études d'architecture à temps partiel. Il participe à la vie de l'association d'artistes Kunstliefde dès cette année.

Rood-blauwe

Ignorant à peu près tout de l'avant-garde néerlandaise, il dessine la chaise Rouge et bleue ou rood-blauwe en 1917, pour son nouveau magasin d'ameublement. Deux années plus tard, après l'essor des figurations colorées en quadrillage réalisé à Paris par Piet Mondrian, cette chaise fait sensation, elle est considérée comme un ready-made visionnaire et précurseur du mouvement De Stijl. Le menuisier, toujours apprenti architecte, est sollicité par les artistes et intègre le mouvement d'avant-garde en 1919. C'est là où il fait la connaissance, entre autres, de Theo van Doesburg, de Piet Mondrian et de nombreux artistes associés à ce mouvement. L'emblématique Rood-blauwe, devenue die Rot-Blau trône en place d'honneur lors de l'exposition du Bauhaus consacré au mouvement néerlandais De Stijl en 1923.

L'étudiant en architecture décroche enfin son diplôme d'architecte fin 1919. Il travaille dès 1920 pour la famille Schräder-Schröder et les nombreux amis et parents de cette famille à Utrecht. Le mari est un avocat renommé qui soutient activement les jeunes créateurs, leur fournissant par ses relations des commandes, et son épouse Truus qui prend soin des enfants du couple apprécie particulièrement la compagnie des artistes et intellectuels. Mais le mari décède brutalement, et sa veuve décide de faire construire une résidence plus modeste, pour elle et ses enfants, sur un petit terrain alors proche de la campagne, facilement acquis, au bout de la ville d'Utrecht. Gerrit décide de collaborer à ce projet exigeant en mémoire de son ami-mécène.

Gerrit Rietveld en 1927
Chaise métal jaune et noir

En 1924, Gerrit termine de faire construire la modeste maison souhaitée par sa cliente Truus Schröder-Schräder. La maison, bien qu’obéissant à des formes radicalement géométriques, se singularise par une forte asymétrie. Bravant la législation locale imposant l'habitat en rez-de-chaussée, Truus souhaite habiter l'étage supérieure nommée officiellement le "grenier", pour vivre dans un vaste espace clairement défini et bien éclairé, jamais fermé ou hermétique, défini le plus simplement au besoin par des cloisons amovibles, et ainsi en hauteur, profiter de la vie magnifique sur le paysage campagnard. Son "grenier" est la première habitation moderne occidentale, un vaste espace continu, desservi par un vaste escalier hélicoïdale, et éclairé en son centre par un puits de lumière de forme cubique, dégagée dans une toiture plate. Les détails et les motifs décoratifs des fenêtres, ouvrant à 90°, et la quasi-totalité des éléments d'ameublement, la plupart encastrés ou auto-rangeant, sont dessinés et conçus par le menuisier-architecte Gerrit Rietveld.

Dans les années 1920, Rietveld s'impose alors comme un designer fécond, il crée plusieurs meubles selon le principe de l’entrelacement des surfaces : la chaise haute, la chaise militaire, la chaise de Berlin, la table basse, le buffet…

Chaise Zig Zag
Une chaise de Gerrit Rietveld

Déçu par l'évolution abstraite et stérile, l'affichage publicitaire d'un progrès qu'il ne retrouve que dans l'arrogance de ses membres, il délaisse le mouvement De Stijl en 1928 et s'intéresse au courant néerlandais de la Nieuwe Zakelijkheid (Neue Sachlichkeit, Nouvelle Objectivité). La même année, l'architecte rejoint les CIAM.

Avant-gardiste affiché, Rietveld est l’un des premiers à s’intéresser à la production industrielle du meuble et à réaliser des produits en tubes d’acier. En 1932, il conçoit sa fameuse chaise Zig Zag qu’il décline dans des formes différentes et des matériaux différents après 1934 jusqu'à la fin des 1940.

En 1932 il commence la conception du musée Van Gogh à Amsterdam. À partir des années 1950, il conçoit plusieurs projets d’architecture : la Stoop House (1951), le pavillon d’architecture de Sonsbeek (1954) et l’usine textile Ploeg (1956).

À sa mort, il laisse les plans inachevés du musée Van Gogh d'Amsterdam.

Courte présentation de Gerrit Rietveld à 76 ans, nommé docteur honoris causa de l'Université de technologie de Delft en janvier 1964

Citation[modifier | modifier le code]

« La réalité que peut créer l'architecture, c'est l'espace ».

Postérité[modifier | modifier le code]

De nombreuses institutions portent son nom aux Pays-Bas, dont un lycée-collège à Utrecht et une académie, en réalité une école d'art et de design, à Amsterdam.

Au XXIe siècle, deux logiciels de revue de code sont baptisés en son nom : Rietveld (en) et Gerrit.

Œuvres d'architecte et de designer[modifier | modifier le code]

Design[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Architecture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Projets architecturaux réalisés selon ses plans (parfois partiels) et après sa mort[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Richard Weston, Visionnaires, les plus grands architectes, édition de la Martinière, 2015, 312 pages, traduction par Lucie Blanchard de l'ouvrage britannique "Architecture visionaries", Laurence King Publishing, London, 2015. En particulier pp 68-71

Gerrit Rietveld avec sa vieille amie Truus Schröder-Schräder

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]