Recologne (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Recologne
Recologne (Doubs)
Château de Recologne.
Blason de Recologne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes du Val Marnaysien
Maire
Mandat
Roland Moralès
2020-2026
Code postal 25170
Code commune 25482
Démographie
Population
municipale
667 hab. (2018 en augmentation de 6,04 % par rapport à 2013)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 25″ nord, 5° 49′ 51″ est
Altitude Min. 201 m
Max. 268 m
Superficie 6,78 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Vit
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Recologne
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Recologne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Recologne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Recologne

Recologne (Recouligne en patois) est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Recolignois et Recolignoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Recologne se situe dans le département du Doubs, à 17 km de Besançon, et 5 km de Marnay (Haute-Saône). La commune est traversée d'est en ouest par le ruisseau de Noironte qui change de nom et devient le ruisseau de Recologne en aval du village après avoir reçu les eaux du ruisseau du Breuil (aussi appelé ruisseau de Recologne).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Recologne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (42,1 %), forêts (20,4 %), terres arables (19,1 %), zones urbanisées (8,6 %), prairies (7,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

De Recolonis, de Recolenis en 1139 ; Recoloignes en 1287 ; Recolennes en 1298 ; Recoloynes en 1325 ; Recologne-les-Marnay en 1475 ; Recoulongnes en 1545 ; Renconlongnes-les-Marnay en 1667[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Besançon du département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription du Doubs.

La commune faisait partie depuis 1801 du canton d'Audeux[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Saint-Vit.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes des Rives de l'Ognon créée le . Celle-ci a fusionné avec une autre pour former, le la communauté de communes du Val marnaysien, située principalement en Haute-Saône et en partie dans le département du Doubs, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Bernard Perrier UMP  
mars 2008[11] En cours
(au 28 août 2016)
Roland Moralès [12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[13]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 667 habitants[Note 3], en augmentation de 6,04 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552552585623596596655653654
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
584558545516485465466438402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
376407415336300306287261261
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
261256337392482508546551616
2017 2018 - - - - - - -
653667-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune se dote en 2018 d'une nouvelle mairie, située à la place de l'ancienne et du presbytère[17].

Une école intercommunale scolarise dans le village les enfants de Burgille, Franey, Placey, Recologne et Ruffey-le-Château[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Deux monuments font l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques :

  • Église Saint-Barthélémy[19] (1743 - 1756) dont l'extérieur vient d'être rénové. A l'intérieur, une belle collection de décors en stuc réalisées en 1748-1749 par le stucateur Jacques-François Marca[20] : trois retables dont celui du maître-autel , la chaire et des bas-reliefs relatant les scènes de la vie du Christ, tous classés. Aussi, un chemin de croix en terre de Recologne réalisé par l'artiste-peintre Louis Chifflet.
  • Château de Recologne : façades et toitures du bâtiment principal, salon au rez-de-chaussée ainsi que la chapelle au premier étage avec leur décor[21].

En outre, le village possède trois belles fontaines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Recologne Blason
Coupé: au 1er de gueules au sautoir d'argent, au 2e d'or à la roue de moulin de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, Besançon, Cêtre, .
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Les maires de Recologne », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 26 novembre 2016).
  11. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  13. « Maire et adjoints sont réélus », L'Est républicain,‎ (c.estrepublicain.fr/politique/2014/04/05/maire-a-adjoints-sont-reelus) « La nouvelle équipe municipale a renouvelé sa confiance à Roland Morales et à ses adjoints, tous élus au premier tour avec 14 voix et un bulletin blanc. Conseiller municipal depuis 1989 puis adjoint, Roland Morales est élu maire pour un 2e mandat ».
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Une mairie provisoire », L'Est républicain, édition de Besançon,‎ (lire en ligne) « A la place de l’ancienne mairie et du presbytère, un ensemble moderne, respectant le style des bâtiments précédents, prévoit les salles de mairie au rez-de-chaussée et 3 logements en duplex dans les étages. La mise en service est prévue pour début 2018 ».
  18. « De nouveaux visages à l’école », L'Est républicain, édition de Besançon,‎ (lire en ligne).
  19. « Église Saint-Barthélémy de Recologne », notice no PA00101716, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Mobilier d'exception à Recologne », sur Diocèse de Besançon, (consulté le 7 juin 2020).
  21. « Château de Recologne », notice no PA00101715, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Système Vagneux