Le Moutherot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Moutherot
Le Moutherot
La chapelle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes du Val Marnaysien
Maire
Mandat
Alain Theurel
2020-2026
Code postal 25170
Code commune 25414
Démographie
Gentilé Moutherotés
Population
municipale
129 hab. (2021 en diminution de 1,53 % par rapport à 2015)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 38″ nord, 5° 43′ 59″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 324 m
Superficie 1,30 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Vit
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Le Moutherot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Le Moutherot
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Le Moutherot
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Le Moutherot

Le Moutherot est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés Moutherotés et Moutherotées.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 323 m d'altitude, Le Moutherot est à 22 km à vol d'oiseau de la ville de Besançon.

La localité est très à l'écart des grands axes de circulation. On y accède par Jallerange ou Étrabonne. L'accès le plus proche à l'autoroute A36 est à environ 13 km.

Le village se situe sur une élévation dominant de 100 m la contrée environnante. Il bénéficie d'un vaste panorama sur la contrée doucement vallonnée, située entre les cours du Doubs au sud, et de l'Ognon au nord. Par temps clair, on peut voir le Mont-Blanc, le Mont Poupet et le Ballon d'Alsace[1]

Le territoire de cette commune de 1,3 km2 comporte une zone au sud de l'Ognon. La plus grande partie de la commune occupe la colline du Moutherot, où se trouve, à 324 m d'altitude, le point culminant du territoire. Cette hauteur constitue le contrefort nord-est de Massif de la Serre. Outre la zone urbanisée, la colline est occupée par des champs, alors que les pentes sont principalement boisées. Au nord et à l'est, le territoire communal s'étend jusqu'à la vallée de l'Ognon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jallerange Courchapon Rose des vents
N
O    Le Moutherot    E
S
Etrabonne

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 029 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 9 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dannemarie-sur-Crète », sur la commune de Dannemarie-sur-Crète à 11 km à vol d'oiseau[4], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 066,6 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,9 °C, atteinte le ; la température minimale est de −22 °C, atteinte le [Note 1],[5],[6].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[7]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Moutherot est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (78,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (78,7 %), forêts (21,3 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Monasterium en 1130 ; De Monasterio en 1180 ; Mosserat en 1408 ; Mousterot en 1584 ; Le Mosterot en 1748[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec le reste de la Franche-Comté, Le Moutherot est définitivement rattaché à la France en 1678, lors de la Paix de Nimègue.

En 1972, le village, de même que Courchapon, est réuni à Jallerange, mais il reprend son autonomie en 1985[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Besançon du département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription du Doubs.

La commune faisait partie depuis 1801 du canton d'Audeux[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Saint-Vit.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes des Rives de l'Ognon créée le . Celle-ci a fusionné avec une autre pour former, le la communauté de communes du Val marnaysien, située principalement en Haute-Saône et en partie dans le département du Doubs, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008[17] 2014 Valéry Vanlande   Éducateur spécialisé
2014[18] En cours
(au 31 mai 2020)
Alain Theurel [19]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Retraité des douanes

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2021, la commune comptait 129 habitants[Note 4], en diminution de 1,53 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
134115124111117120103107100
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
868380847270697267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
748260444735352826
1962 1968 1975 1990 1999 2006 2011 2016 2021
202330617897129129129
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Avec 120 habitants (2010), Le Moutherot est une des communes les moins peuplées du département du Doubs. Après que le nombre d'habitants a nettement diminué durant la première moitié du XXe siècle (en 1906, on comptait 82 habitants), une forte croissance démographique est enregistrée à partir du milieu des années 1970, explicable par la situation attrayante du village. Depuis, la population a presque quintuplé.

Économie[modifier | modifier le code]

Jusque tard durant le XXe siècle, Le Moutherot est un village façonné par le travail de la terre (agriculture, viticulture et élevage). Maintenant encore, les habitants vivent principalement d'activités du secteur primaire. En dehors de celui-ci, il existe peu d'autres emplois dans le village. Quelques actifs effectuent des déplacements pendulaires pour aller travailler dans de plus grandes localités environnantes ou dans l'agglomération de Besançon[réf. nécessaire].

Le vin du Moutherot. Le vignoble, autrefois de trente hectares et composé de petites parcelles familiales, avait presque totalement disparu. En 1987, quarante ares sont replantés patiemment sur cette terre argilo-calcaire qui fit la réputation du coteau au XIXe siècle en cépage chardonnay, mais aussi un peu de pinot noir. En 2015, huit hectares, dont six de Chardonnay et deux hectares de Pinot noir, sont cultivés sans engrais ni produits chimiques, uniquement avec du compost et les vendanges sont manuelles[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint Pierre, à une seule nef, de plan cruciforme, a été reconstruite en 1754 par les moines bénédictins de Mont-Roland. Elle présente un clocher-mur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Yvonne Munier, épouse Lambert, née au Moutherot en 1903, fit partie des Forces françaises combattantes, en 1944, où elle prit une part active dans la Résistance. Elle a permis le ravitaillement des maquisards et accueilli à son domicile des membres de l’Intelligence Service. Elle a été l’une des premières mairesses, de 1955 à 1971[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Moutherot Blason
Tranché : au 1) d’argent à l’église d’azur couverte de sable, au 2) de gueules à la grappe de raisin tigée et feuillée d’or au franc canton dextre d’azur semé de billettes aussi d’or, au lion du même brochant.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Balade instructive dans les vignes », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Le Moutherot et Dannemarie-sur-Crète », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Dannemarie-sur-Crète », sur la commune de Dannemarie-sur-Crète - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Dannemarie-sur-Crète », sur la commune de Dannemarie-sur-Crète - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre, .
  16. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  18. « Alain Theurel élu maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Nouveau maire du Moutherot, Alain Theurel, retraité des douanes, a été élu par 8 voix sur 11, il sera secondé par Valérie Julien, adjointe administrative, élue 1re adjointe par 7 voix sur 11. Alain Theurel, né à Belfort, siège au conseil municipal du village depuis son élection comme conseiller en 1998 ».
  19. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. « Le Moutherot : l’argent pour Mathieu Colin », L'Est républicain, édition de Besançon,‎ (lire en ligne) « Mathieu Colin, passionné par la culture de la vigne, a remporté la médaille d’argent du concours régional des vins de Pays IGP qui a eu lieu le 20 juin 2015 à Besançon pour son « Chardonnay 2013 ». Un succès pour ce jeune viticulteur qui a repris l’exploitation créée par son père Henri en 1987 et qui pratique une agriculture « raisonnée », sans désherbant, sans engrais chimique, ni insecticide ».
  24. « Le Moutherot (25170) , Canton du Moutherot, Le Doubs, La route des communes », sur www.routedescommunes.com (consulté le )