Réactions internationales à la Guerre de Gaza de 2014

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manifestation pro-palestinienne à Dublin (Irlande)
Manifestation pro-palestinienne à Dublin (Irlande)
 
Manifestation pro-israélienne au Cap (Afrique du Sud)
Manifestation pro-israélienne au Cap (Afrique du Sud)
Article général Pour un article plus général, voir Guerre de Gaza de 2014.

Les réactions internationales à l'opération Bordure protectrice sont venues de nombreux gouvernements et organisations internationales et ont souvent pris la forme de manifestations de la société civile, qui, dans plusieurs cas, étaient différentes de la position officielle des gouvernements.

Réactions officielles[modifier | modifier le code]

Parties en présence[modifier | modifier le code]

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a rejeté les critiques de groupes de droits de l'homme locaux et internationaux et a promis de continuer les attaques. Il a déclaré « qu'aucune pression internationale ne peut empêcher Israël de poursuivre son opération à Gaza... Les dirigeants du Hamas se cachent derrière les citoyens de Gaza et ils sont responsables de toutes les victimes[1]. »

Le président palestinien Mahmoud Abbas accuse Israël de commettre un « génocide » dans la bande de Gaza : « Ceci est un génocide. Le meurtre de familles entières est un génocide commis par Israël contre notre peuple palestinien »[2].

Le Hamas a déclaré que « tous les Israéliens sont devenus des cibles légitimes[3],[4] » et a insisté pour qu'Israël mette fin à toutes les attaques sur Gaza, libère ceux arrêtés lors de la répression en Cisjordanie, lève le blocus sur Gaza et revienne aux conditions du cessez-le-feu de 2012 comme conditions pour un cessez-le feu[5].

Organisations internationales[modifier | modifier le code]

Nabil el-Arabi avait « chargé le représentant de la Ligue arabe auprès de l'ONU d'entamer des consultations urgentes au sein du groupe arabe pour réclamer la tenue d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité» a déclaré un officiel de la Ligue[6].

Le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon, « condamne les récents tirs de roquettes lancées contre Israël depuis Gaza et les bombardements aériens de Gaza, et appelle de nouveau les deux camps à exercer le maximum de retenue», indique la déclaration communiquée par son porte-parole.
« Le Secrétaire général est extrêmement préoccupé par la dangereuse escalade de la violence, qui a déjà entraîné la mort de plusieurs Palestiniens et fait de nombreux blessés après des opérations israéliennes contre la bande de Gaza », précise la déclaration[7].

Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, a déclaré « Nous avons reçu des rapports troublants sur le fait que nombre de victimes civiles, y compris des enfants, sont le résultat de frappes sur des maisons ». « Ces rapports appellent à des doutes sur le fait que ces frappes sont conformes aux lois humanitaires internationales et aux lois internationales sur les droits humains », ajoute-t-elle[8].

Le Parlement européen appelle le 17 juillet à un « accord de cessez-le-feu » entre Israël et le Hamas, en soulignant qu'il n'existait « aucune justification à des attaques ciblant délibérément des civils innocents ». Le Parlement appelle « le Hamas et les autres groupes armés » à « mettre un terme immédiatement » à leurs tirs de roquettes sur Israël depuis la bande de Gaza. Il demande également la fin « de toute action militaire israélienne contre Gaza »[9].

L'Organisation de la coopération islamique a annoncé la tenue d'une réunion ministérielle «extraordinaire» pour discuter «de la violente campagne israélienne contre la Palestine»[6].

Le 3 août 2014, au nom des 28 membres de l'Union européenne et appuyé par le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, Herman Van Rompuy a demandé dans un texte « l'arrêt immédiat » du bain de sang provoqué par l'opération militaire israélienne à Gaza. « Le bain de sang doit cesser » a affirmé président du Conseil européen[10].

États[modifier | modifier le code]

  • Israël et Gaza.
  • Pays ayant condamné l'action d'Israël.
  • Pays ayant soutenu la position israélienne ou soutenu le droit d'Israël à se défendre.
  • Pays ayant appelé à la fin des hostilités et ayant condamné les deux ou aucun des belligérants.
  • Pays ayant des réactions officielles mixtes.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères algérien « appelle la communauté internationale à agir d’urgence pour mettre fin à l’escalade grave de la violence israélienne en Palestine et condamner avec force la poursuite des agressions barbares à l’encontre du peuple palestinien dans la bande de Gaza. », et considère « que ces attaques féroces n’auraient jamais atteint une telle ampleur d’intimidation des Palestiniens et de restriction des libertés sans le silence coupable de la communauté internationale qui encourage l’occupation à poursuivre sa politique arbitraire, expansionniste et criminelle »[11].

La chancelière Angela Merkel a dit au chef du gouvernement israélien « Il n'y a aucune justification à ces tirs». « Le tir de missiles meurtriers sur Israël doit cesser immédiatement», avait auparavant déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères.

Le président de la République serbe de Bosnie, Milorad Dodik a exprimé son soutien à Israël et au peuple juif. Il a déclaré que la République serbe de Bosnie suivra de près les événements dans la bande de Gaza, il a soutenu le droit d'Israël de protéger ses citoyens et leurs biens et se défendre contre "les menaces terroristes et les actions des groupes de militants islamistes». , mais à condition espoir à des fins pacifiques la résolution des conflits [12]. Bakir Izetbegović, le membre bosniaque de la Présidence de Bosnie-Herzégovine, a appelé à mettre fin au conflit israélo-palestinien et a déclaré qu'il souhaitait que "la coexistence pacifique de tous les habitants de la bande de Gaza et d'autres lieux ». Il a déclaré que la bande de Gaza "était depuis de nombreuses années une cible d'une attaque israélienne" et a averti que le monde a été "s'habitue à la violence perpétrée par Israël" [13].

La présidente du Brésil Dilma Rousseff a qualifié le 28 juillet de « massacre » et d'action « disproportionnée » l'offensive d'Israël à Gaza qui a déjà fait quelque 1.050 morts palestiniens, pour plus des trois-quarts des civils : « Ce qui se passe à Gaza est quelque chose de dangereux. Je ne pense pas que ce soit un génocide mais je pense que c'est un massacre (...) Il s'agit d'une action disproportionnée. » a affirmé la présidente lors d'un débat organisé par le quotidien Folha de Sao Paulo[14].

Pour le ministre des Affaires étrangères canadien John Baird, le Hamas n'est pas intéressé par la paix. Le chef de la diplomatie canadienne a réitéré l'appui d'Ottawa au droit d'Israël de se défendre devant les attaques du Hamas, une « organisation terroriste ». « Nous ne devons jamais permettre au relativisme moral de servir de prétexte aux attaques contre Israël », a-t-il déclaré[15].

Le ministère des Affaires étrangères égyptien a publié un communiqué déclarant « L’Égypte refuse l’escalade (de violence) irresponsable d’Israël», et critiquant « l’usage excessif et superflu de la force militaire qui conduit à la mort de civils innocents».

Le président américain Barack Obama « a exprimé sa crainte d’une escalade et souligné la nécessité pour toutes les parties de faire leur possible pour protéger les civils et restaurer l’apaisement», rapporte la Maison-Blanche dans un communiqué.
«Les États-Unis restent prêts à faciliter une cessation des hostilités, y compris le retour à l’accord de cessez-le-feu de novembre 2012», ajoute le communiqué[16].

Le président français François Hollande indique qu'il a exprimé le 9 juillet au Premier ministre israélien « la solidarité de la France face aux tirs de roquettes » et que la « France condamne fermement les agressions contre Israël. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces »[17]. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, plaide le 22 juillet pour un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, en affirmant que « rien ne peut justifier la poursuite des massacres »[18].

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré « Aider le peuple palestinien opprimé et empêcher le régime sioniste de mener ses atrocités est de la responsabilité de toutes les organisations internationales et de la liberté des pays aimer dans le monde ». Le 23 juillet le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei demande aux Palestiniens de poursuivre la lutte armée contre Israël et de l'étendre à la Cisjordanie : « La seule façon de faire face à ce régime sauvage (Israël, ndlr) est de poursuivre la résistance, la lutte armée et de l'étendre à la Cisjordanie » ajoutant « la seule solution véritable est la disparition d'Israël mais cela ne veut pas dire l'anéantissement du peuple juif de cette région »[19].

Dans un communiqué du 9 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération marocain « condamne vivement l'escalade militaire dangereuse des forces d'occupation israéliennes contre la bande de Gaza et les agressions répétées contre le peuple palestinien, ainsi que les frappes barbares qui ont visé les maisons et ciblé les civils palestiniens, ayant fait des dizaines de morts et un grand nombre de blessés.[...] Le Maroc appelle la communauté internationale à assumer pleinement ses responsabilités et intervenir d'urgence pour mettre immédiatement un terme à cette agression »[20].

Le président russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique avec le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a appelé à un cessez-le-feu à Gaza entre Israël et le Hamas: « Les deux parties ont évoqué en détail la récente montée brutale de tension dans la bande de Gaza et dans le sud d'Israël. La partie russe a souligné la nécessité urgente de mettre un terme à la confrontation armée qui fait de nombreux morts parmi la population civile », annonce le service de presse du Kremlin dans un communiqué[21].

Le Premier ministre serbe Aleksandar Vučić a déclaré que la Serbie respecte le droit de l'Etat d'Israël à exister et à vivre paisiblement. Il a exprimé l'espoir que la situation va être résolue pacifiquement et que la vie quotidienne sera de retour à la normale[22].

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères tunisien condamne vivement la grave escalade militaire israélienne dans la bande de Gaza, qui a fait plusieurs morts et blessés parmi les civils palestiniens. « La Tunisie réitère sa solidarité avec le peuple palestinien et appelle la communauté internationale, et le Conseil de Sécurité à assumer leurs responsabilités, et à procéder à une intervention rapide pour amener le gouvernement israélien à décréter l’arrêt total et immédiat de ses agressions injustifiées », ajoute le communiqué[23].

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan a accusé Israël de suivre une politique fondée sur le « mensonge » en ce qui concerne ses bombardements sur Gaza[24], de « terroriser la région » en bombardant la bande de Gaza[25]. Il a en outre lancé samedi 19 juillet une nouvelle attaque virulente contre Israël, comparant la mentalité de certains Israéliens, dont en particulier la députée israélienne de droite Ayelet Shaked, à celle d'Adolf Hitler[26].

Le 18 juillet 2014, le pape François appelle « personnellement » les présidents israélien Shimon Peres et palestinien Mahmoud Abbas, pour exprimer « sa forte préoccupation au sujet de l'actuelle situation de guerre » qui concerne « tout particulièrement » la bande de Gaza[27].

Autres réactions[modifier | modifier le code]

Organisations non gouvernementales[modifier | modifier le code]

Amnesty International a exhorté « toutes les parties à protéger les vies des civils pris dans les hostilités »[6].

Dans un communiqué publié le 21 juillet, Amnesty International déclare que des crimes de guerre ont été commis par les deux camps lors du conflit[28].

Sarah Leah Whitson (en), de Human Rights Watch, a déclaré : « Le gouvernement israélien parle de la ‘précision’ de ses attaques, mais il est difficile d’utiliser ce mot pour des frappes qui touchent des cibles non militaires et qui tuent de nombreux civils ». « Ces dernières attaques menées par Israël dans la bande de Gaza s'inscrivent malheureusement dans une longue lignée de frappes aériennes illicites avec un nombre élevé de victimes civiles », ajoute-t-elle[29].

Le 21 juillet, Human Rights Watch affirme que les forces armées israéliennes ont mené des « attaques délibérées ou imprudentes contre des personnes qui étaient clairement des civils », l'organisme précise que ces attaques « sont également susceptibles de constituer des violations des lois de la guerre qui s’apparentent à des crimes de guerre ». Concernant les groupes armés palestiniens, Human Rights Watch déclare que ces derniers « ont de leur côté poursuivi leurs tirs aveugles de roquettes contre des centres de population israéliens, en violation des lois de la guerre »[30].

Le Centre palestinien pour les droits de l'homme accuse l’armée israélienne d’utiliser des obus qui pulvérisent des milliers de fléchettes minuscules et potentiellement mortelles. Tsahal n'a pas démenti ces informations et affirme que ces armes sont légales sur le plan international[31].

Associations[modifier | modifier le code]

La vice-présidente de l'Union juive française pour la paix, Michèle Sibony dénonce l'ensemble des opérations israéliennes ainsi que la non-réaction du président François Hollande[32],[33].

Conseil représentatif des institutions juives de France - sur son site officiel, la CRIF soutient Israël en affirmant son droit de se défendre, la CRIF dénonce aussi le Hamas en écrivant que c'est une menace pour la démocratie, qu'elle prend des civils innocent comme boucliers humains[34].

Réactions de personnalités diverses[modifier | modifier le code]

Une tribune dans The Guardian appelant à un embargo militaire sur Israël a été signée par plusieurs personnalités dont Adolfo Pérez Esquivel, Alice Walker, l'Archévêque Desmond Tutu, Brian Eno, Chris Hedges, Frei Betto, Jody Williams, Ken Loach, Mike Leigh, Noam Chomsky, Nurit Peled, Richard Falk, Rigoberta Menchú, Roger Waters[35]

Lors d’un concert en juillet 2014 à Dublin, le groupe Massive Attack profite de celui-ci pour exprimer sa solidarité avec Gaza, en projetant sur scène le message suivant: «Gaza est occupée ou sous restrictions depuis 1948 »[36].

Les réalisateurs israéliens, Ronit et Shlomi Elkabetz, Keren Yedaya et Nadav Lapid demandent un cessez-le-feu[37]. Penélope Cruz, Javier Bardem et Pedro Almodóvar dénoncent un «génocide» contre la population civile palestinienne dans la bande de Gaza» dans The Hollywood Reporter[38].

Éric Cantona publie dans Mediapart une lettre ouverte au président de la république, François Hollande pour lui faire part de son point de vue sur le conflit[39].

Le 18 juillet 2014, Jean-Marie Le Pen déclare sur son blog que la population de Gaza est martyre et qu'elle est traitée avec la connivence internationale de manière inhumaine. En outre, il compare les bombardements israéliens avec les bombardements aveugles des flottes aériennes alliées durant la Seconde Guerre mondiale[40].

L'avocat français Gilbert Collard, invité sur RMC, l'avocat réagi aux polémiques sur les manifestations anti-israéliennes et sur le conflit entre Israël et l’organisation terroriste du Hamas. Il a déclaré entre autres "Une manifestation dans laquelle on voit un drapeau de l’État islamique du Levant c’est intolérable; ils (les islamiste anti-Israël) massacrent les Chrétiens à Mossoul. Ils nourrissent un antisémitisme virulent. J’ai de plus en plus l’impression que l’antisionisme est un moyen de passer en fraude l’antisémitisme. Je le pense vraiment". Gilbert Collard a aussi déclaré que le Hamas "veut détruire le capital éthique d’Israël"[41].

De nombreux artistes de renommée internationale, dont entre autres Brian Eno, Madonna, Mia Farrow, Rihanna, Mike Leigh, Ken Loach, Aki Kaurismäki, Javier Bardem, Penelope Cruz et Pedro Almodóvar, ont pris publiquement position contre Israël et s'interrogent sur le soutien financier et militaire apporté au conflit par les États-Unis [42]. Penelope Cruz et Javier Bardem sont alors placés sur la liste noire de certains studios, à Hollywood[43].

D'autres artistes eux prennent position en faveur d'Israël; c'est le cas d'Enrico Macias qui déclare "Israël ne peut pas se permettre de perdre une bataille" ; il dit aussi être triste pour les enfants "victimes du Hamas qui les prend en otages"[44]. Quant à Gilbert Montagné, il annonce son intention de faire son alyah lors d'un concert à Tel-Aviv[45].

Dans un "manifeste", largement commenté dans les milieux d'extrême droite, Aymeric Chauprade, conseiller aux questions internationales de Marine Le Pen, définit une ligne moins antisioniste et plus interventionniste face au fondamentalisme sunnite, seul "véritable ennemi de la France". Il déclare aussi que "Les Européens de l'Ouest se trouvent dans le même bain que les Israéliens"[46].

Aide humanitaire[modifier | modifier le code]

Le 22 juillet, les Émirats arabes unis ont annoncé qu'ils seraient prêts à donner 41 millions de dollars l'aide aux habitants de Gaza[47]et le gouvernement américain a annoncé 47 millions de dollars l'aide[48]. La France a débloqué 11 millions d'euros dont une première tranche de 8 millions sera rapidement versée à l'Autorité palestinienne selon François Hollande[49].

Le 24 juillet, le Maroc accorde une aide de 10 millions de dirhams à Gaza, ainsi que deux avions militaires qui ont transportés des médicaments, lait en poudre pour enfants, riz, produits d'hygiène, tentes familiales, couvertures, matelas et groupes électrogènes pour la population palestinienne[50].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Répercussions en France[modifier | modifier le code]

Manifestation pro-palestinienne à Saint-Étienne le 12 juillet.
Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 13 juillet.

Plusieurs manifestations de soutien au peuple palestinien ont eu lieu en France le 12 juillet, comme à Montpellier ou Saint-Étienne (2 000 personnes [51]).

Des manifestations pro-palestiniennes ont lieu dans plusieurs villes françaises le 13 juillet. À Paris, la situation devient critique quand certains manifestants passent à proximité de la synagogue de la rue de la Roquette, la manifestation dégénère en heurts entre militants pro-palestiniens, la Ligue de défense juive[52], le Betar[53] et les forces de l'ordre[54]. À la suite de quoi, Anne Hidalgo, maire de Paris, condamne « fermement ces actions qui ont visé des lieux de culte » et appelle « au calme face aux tensions constatées depuis plusieurs jours au Proche-Orient »[55]. Ces évènements sont repris dans la presse étrangère[56],[57]. Certains médias parlent d'instrumentalisation de la part de la LDJ[58],[59]. Le rabbin de la synagogue située rue de la Roquette confirmera au micro d'i-Télé qu'à aucun moment la synagogue n'a été visée par les manifestants[60]. Par ailleurs, des drapeaux de l'État islamique ont pu être observés lors de la manifestation[61].

La préfecture de police de Paris a interdit une manifestation « pro-palestienne » prévue à Paris le 19 juillet après les heurts survenus devant les deux synagogues parisiennes. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a pris cette décision jugeant intolérables les actes violents survenus le 13 juillet et que « la république n'est pas compatible avec la haine. La République n'est pas compatible avec la xénophobie, l'antisémitisme ne peut pas parler une seconde fois ».

Les organisateurs ont introduit un référé liberté devant la justice administrative mais au soir du 18 juillet le tribunal a confirmé l'interdiction[62],[53]. Le Nouveau Parti anticapitaliste se déclare « indigné de cette interdiction » et appelle tout de même à se rassembler samedi 19 juillet. La Ligue des droits de l'homme déplore elle aussi l'interdiction parisienne qui constitue, selon elle, « une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle et un déni de réalité. » Europe Écologie Les Verts, quelques députés PS (Alexis Bachelay, Yann Galut, Razzy Hammadi, Mathieu Hanotin, Pascal Cherki et Philippe Doucet) ont également fait part de leur indignation[53]. Le Parti communiste français, quant à lui, dénonce « une entrave gravissime et extrêmement préoccupante au droit de manifester, reconnu par la Convention européenne des droits de l'homme, et à la liberté politique en général »[63]. La présence de manifestants proches d'Alain Soral est redoutée par le Parti communiste et par des membres de Génération Palestine et du réseau Palestine[64].

Finalement, samedi 19 juillet 2014, plusieurs manifestations autorisées se déroulent dans le calme[65] tandis que celle de Paris, interdite, dégénère[66],[67],[68]. Le lendemain, une autre manifestation non autorisée a lieu conduisant une violente émeute à Sarcelles[69],[70], des peines de prison avec sursis[71] ou fermes[72] étant rendues par le tribunal correctionnel de Paris. Manuel Valls a déclaré : « Ce qui s’est passé à Sarcelles est intolérable, s’attaquer à une synagogue à une épicerie kasher, c’est tout simplement de l’antisémitisme, du racisme  » et que «  rien en France ne peut justifier la violence, rien ne peut justifier qu’on s’en prenne à des synagogues, à des épiceries, des magasins, des institutions juives »[73].

Le Collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, composé d'une cinquantaine d'associations, de mouvements politiques et de syndicats, est autorisé à manifester le mercredi 23 juillet à Paris[74]. Cette manifestation compte entre 15 000 et 30 000 participants et se disperse dans le calme peu après 20 heures[75].

Le collectif « Gaza Firm » participe à ces manifestations. Selon Marine Turchi, de Mediapart, il regroupe des jeunes dépolitisés, distincts des milieux historiques de la cause palestinienne, et désireux d'en découdre avec les organisations juives d'extrême droite[76]. Selon Metronews, ils seraient issus des supporters ultras du Paris Saint-Germain, à savoir des anciens du virage Auteuil et de Karsud ayant des liens avec la frange radicale de la tribune Boulogne. Soutenu par Égalité et Réconciliation, ce collectif nie tout lien avec Alain Soral, Dieudonné ou le PSG[77],[78]. D'après Youssef Boussoumah des Indigènes de la République, ils ne représentent qu'une quarantaine de personnes et « sont ultra-minoritaires »[79]. Pour le politologue Gilles Kepel, les manifestations françaises « expriment la porosité entre antisémites d’extrême droite, conspirationnistes inspirés par Soral et Dieudonné et islamistes galvanisés par la proclamation du califat à Mossoul par Daech, au détriment des alliances traditionnelles entre la gauche et l’extrême gauche françaises, antisionistes par solidarité avec les souffrances des Palestiniens, et les descendants de l’immigration postcoloniale. Elles culminent dans l’attaque des synagogues et le pillage des commerces juifs et chaldéens à Sarcelles, lesquels posent la question d’une rémanence de l’antisémitisme populaire, qui n’est pas le fait, en l’occurrence, des “catholiques zombies” »[80] (concept utilisé par Emmanuel Todd et Hervé Le Bras).

Le 27 juillet, à Marseille, comptant près d'un millier de participants, a lieu la première manifestation de soutien à Israël à l'appel du CRIF, du Consistoire et du Fonds social juif[81].

Le 31 juillet 2014, de 4 500 à 6 000 personnes ont manifesté devant l'ambassade d'Israël à Paris leur solidarité avec ce pays[82].

Répercussions dans le reste du monde[modifier | modifier le code]

En soutien à la Palestine[modifier | modifier le code]

D'autres manifestations en soutien à Gaza ont lieu dans de nombreux pays : Royaume-Uni, Allemagne[83],[84], Israël, Inde, Indonésie, Afghanistan, Bangladesh, Afrique du Sud, Cisjordanie, Bahreïn, Espagne, Iran, États-Unis, Nicaragua, Turquie, Sri Lanka et Grèce[85]. Aucune de ces manifestations n'a été marqué par des violences comme celles de Paris les 19 et 20 juillet 2014[86].

En Turquie, des centaines de manifestants turcs ont attaqué le 18 juillet le consulat général d'Israël à Istanbul, provoquant une intervention musclée des forces de l'ordre[87].

Comme c'est le cas chaque année, des manifestations ont été organisées à travers l'Iran à l'occasion du dernier vendredi du mois de Ramadan en solidarité avec les Palestiniens et contre Israël, des centaines de milliers d'Iraniens ont manifesté à Téhéran et dans tout le pays[19],[88].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La plus importante manifestation pro-palestinienne a eu lieu devant la Maison-Blanche le samedi 2 août 2014. Plusieurs milliers de personnes ont demandé la « fin de l'aide américaine à l'État hébreu » ou encore de « sanctionner Israël, un État terroriste »[89].

En soutien à Israël[modifier | modifier le code]

Manifestation de soutien à Israël au Cap (Afrique du Sud)
Manifestation de soutien à Israël à Helsinki (Finlande)

Des manifestations de soutien à Israël ont eu lieu dans plusieurs villes du monde comme à Londres où plusieurs centaines de personnes ont défilé le 20 juillet devant l'ambassade d’Israël[90]. À Tel-Aviv, des personnes ont organisé une contre manifestation de soutien aux soldats de l'armée israélienne en réponse à une manifestation pro-palestinienne[91]. L'organisation pro-Israël StandWithUs a demandé aux personnes qui soutiennent Israël de montrer qu’elles soutiennent le pays en envoyant une photo de leur passeport. 900 personnes de 100 nationalités différentes y ont participé[92].

Plus de 10 000 personnes ont participé à un rassemblement le 28 juillet à New York devant le siège des Nations unies pour exprimer leur solidarité à l’égard d'Israël, qui combat le Hamas à Gaza[93]. Près de 500 personnes, selon l'estimation de la police, ont participé, dimanche 27 juillet, au rassemblement pro-israélien organisé devant l'ambassade d'Israël en Belgique, à Uccle. Aucun incident n'a été signalé[94].

Lors d'un rassemblement à Calcutta, en Inde, pour l'uniformisation du code civil indien et contre l'immigration illégale en provenance du Bangladesh, près de 10 000 personnes ont aussi exprimé leur soutien à Israël, rapporte le site indien d’information Bongvoice.com. « Nous soutenons Israël. Ils ont le droit de se défendre » a déclaré l'un des organisateurs de la manifestation[95],[96].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ramadan in Gaza: life under missile-fire, The Guardian, 11 juillet 2014
  2. « Mahmoud Abbas accuse Israël de commettre un génocide à Gaza », sur Le Point,
  3. "Hamas says all Israelis will be targeted". The Gulf Today, 9 juillet 2014; consulté le 17 juillet 2014.
  4. Abu Toameh, Khaled. Hamas: All Israelis now targets for missile attacks. Jerusalem Post, 8 juillet 2014; consulté le 17 juillet 2014
  5. « Hamas armed wing sets conditions for ceasefire », Maannews.net (consulté le 22 juillet 2014)
  6. a b et c Camille Verdier, « Le Hamas menace «tous les Israéliens» après l'offensive aérienne à Gaza », sur Le Figaro,
  7. (fr)Le Secrétaire général appelle Israéliens et Palestiniens à la retenue dans le contexte de l'escalade des tensions
  8. « DIRECT. Bombardements israéliens à Gaza : Netanyahou veut "frapper les terroristes" », sur France Télévisions, (consulté le 15 juillet 2014)
  9. « L'UE appelle Israël et le Hamas à un accord », sur Le Figaro,
  10. « Gaza: l'UE demande l'arrêt du "bain de sang" », sur Le Figaro, (consulté le 3 août 2014)
  11. L'Algérie appelle la communauté internationale à agir d'urgence pour mettre fin à l'escalade grave en Palestine
  12. « Dodik a envoyé une lettre de soutien à Israël », sur Oslobonjeje, (consulté le 2 septembre 2014)
  13. « "Bakir Izetbegović: Čuvati sjećanje na genocid u Srebrenici, da se ne ponovi" » [archive du ], sur Radio sarajevo, (consulté le 2 septembre 2014)
  14. « Gaza: Dilma Rousseff dénonce un "massacre" », sur Figaro, (consulté le 29 juillet 2014)
  15. « Baird blâme le Hamas et le somme de cesser les attaques », sur Radio Canada,
  16. Aucun apaisement à Gaza, 100 tués en quatre jours
  17. « François Hollande solidaire avec Israël », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  18. « Fabius : « Rien ne peut justifier la poursuite des massacres » au Proche-Orient », Libération,‎ (lire en ligne)
  19. a et b « Khamenei demande aux Palestiniens de lutter », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  20. « Le Maroc condamne vivement l'escalade militaire israélienne contre la bande de Gaza », sur http://www.atlasinfo.fr/,
  21. « Israël/Gaza: Poutine prône un arrêt urgent de la confrontation armée », RIA Novosti,‎ (lire en ligne)
  22. « Serbia backs Israel’s right to peaceful life of its citizens », sur in Serbia, 30 juillets 2014 (consulté le 31 août 2014)
  23. La Tunisie condamne fermement l’escalade israélienne à Gaza
  24. « Erdogan condamne les "mensonges" d'Israël », sur Le Figaro,
  25. « Erdogan accuse Israël de "terroriser la région" », sur Le Figaro, (consulté le 23 juillet 2014)
  26. « Nouvelle attaque d'Erdogan contre Israël », sur Le Figaro, (consulté le 23 juillet 2014)
  27. « Le pape François a appelé Abbas et Peres », sur Figaro,
  28. Amnesty International : Offensive terrestre israélienne : stop aux crimes de guerre
  29. « Israël / Palestine: Des frappes aériennes illégales ont tué des civils à Gaza », sur Human Rights Watch, (consulté le 16 juillet 2014)
  30. Human Rights Watch : Israël/Gaza : Les décès suite aux frappes aériennes exacerbent les préoccupations liées à l'offensive terrestre
  31. Israel using flechette shells in Gaza, The Guardian, 20 juillet 2014
  32. « Michèle Sibony (Union Juive Française pour la Paix) démonte la propagande sioniste sur LCI », sur La Chaîne Info, (consulté le 17 juillet 2014)
  33. « Affrontements rue de la Roquette : un piège qui a permis de ne pas parler de Gaza », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le 20 juillet 2014)
  34. la CRIF soutient Israël
  35. https://www.humanite.fr/vendre-des-armes-israel-cest-etre-complice-de-lattaque-contre-gaza-547822#sthash.qKIA8cNM.dpuf
  36. http://www.lefigaro.fr/musique/2014/07/24/03006-20140724ARTFIG00163-massive-attack-s-engage-en-faveur-de-gaza-sur-scene.php
  37. http://www.lefigaro.fr/cinema/2014/07/16/03002-20140716ARTFIG00173-8-cineastes-israeliens-appellent-au-cessez-le-feu-dans-la-bande-de-gaza.php
  38. http://www.lefigaro.fr/cinema/2014/07/29/03002-20140729ARTFIG00228-gaza-javier-bardem-penelope-cruz-et-pedro-almdovar-denoncent-un-genocide.php
  39. Palestine : Monsieur le Président, vous égarez la France, Mediapart
  40. [vidéo]« Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n°370 », coll. « Journal de bord » (no 370), 18 juillet 2014 [présentation en ligne], min 12 s
  41. Conflit Israël-Hamas | Gilbert Collard : « Le Hamas veut détruire le capital éthique d’Israël ! »
  42. "l’indignation des artistes" (Le Monde)
  43. Penelope Cruz et Javier Bardem placés sur la liste noire à Hollywood
  44. Gaza | Enrico Macias : « Israël ne peut pas se permettre de perdre une bataille »
  45. « Gilbert Montagné, nouvel immigrant en Israël, répond à ses détracteurs... »,
  46. « Le FN poussé à changer de position sur Israël », sur L'expresse, (consulté le 18 août 2014)
  47. « United Arab Emirates pledges $41m aid for Gaza reconstruction », Ynetnews.com, (consulté le 22 juillet 2014)
  48. « US urges global push for Israeli, Hamas cease-fire », Houston Chronicle, (consulté le 22 juillet 2014)
  49. « Gaza: Hollande annonce 8 M € d'aide à Abbas », (consulté le 28 juillet 2014)
  50. « Aide humanitaire à Gaza :Deux avions marocains en Egypte », (consulté le 29 juillet 2014)
  51. Israël-Palestine : 2.000 manifestants à Saint-Étienne, France Bleu Saint-Étienne Loire
  52. « Ligue de défense juive: qui sont ces "ultras" qui protègent les synagogues? », sur L'Express, (consulté le 15 juillet 2014)
  53. a b et c « La justice confirme l'interdiction de la manifestation propalestinienne », sur figaro,
  54. « Manif pro-palestinienne à Paris : deux synagogues prises pour cible », sur Marianne, (consulté le 15 juillet 2014)
  55. « Paris. Valls et Hidalgo dénoncent les violences contre les synagogues », sur Le Parisien
  56. (en) « Hollande urges Middle East diplomacy after pro-Palestinian protest in Paris », sur The Guardian,
  57. (en) « Shocking scenes as 150 Jewish men go on rampage in Paris streets and clash with pro-Palestinian demonstrators », sur Daily Mail, (consulté le 18 juillet 2014)
  58. « Incidents Rue de la Roquette: deux versions s'opposent », sur I-Télé, (consulté le 18 juillet 2014)
  59. « Affrontements rue de la Roquette : un piège qui a permis de ne pas parler de Gaza », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le 18 juillet 2014)
  60. [vidéo] Incidents rue de la Roquette : Serge Benhaïm dément toute attaque de la synagogue sur YouTube.
  61. Jean-Yves Camus, politologue: " Il y avait des drapeaux de l'État islamique (EIIL) pendant la manifestation pro-palestinienne à Paris", Actualité juive, 18 juillet 2014
  62. « Manifestation pro-palestinienne interdite demain à Paris (préfecture de police) », sur Le Figaro, (consulté le 18 juillet 2014)
  63. « L'interdiction d'une manifestation pro palestinienne indigne une partie de la gauche », sur figaro,
  64. Faïza Zerouala, « L’appel à la manifestation de soutien à Gaza maintenu malgré l’interdiction », Le Monde, 19 juillet 2014
  65. « Plusieurs milliers de Marseillais défilent dans le calme en soutien à Gaza », sur Le Monde, (consulté le 20 juillet 2014)
  66. « Manifestation en soutien de Gaza : 38 interpellations au milieu des jets de projectiles », sur Le Monde, (consulté le 20 juillet 2014)
  67. « Manifestation en soutien à Gaza : gaz lacrymogènes, projectiles et véhicules incendiés à Barbès », sur Le Monde, (consulté le 20 juillet 2014)
  68. « Un rassemblement parisien de soutien à Gaza vire à l'explosion de violences », sur Figaro, (consulté le 20 juillet 2014)
  69. « Violences à Barbès et Sarcelles : première épreuve du feu pour Bernard Cazeneuve », sur Figaro, (consulté le 23 juillet 2014)
  70. « A Sarcelles, des dégradations après des manifestations interdites », sur Le Monde, (consulté le 23 juillet 2014)
  71. « Emeutes à Barbès: prison avec sursis pour trois prévenus », sur Figaro, (consulté le 23 juillet 2014)
  72. « Manifestations propalestiniennes : premières peines de prison ferme », sur Figaro, (consulté le 23 juillet 2014)
  73. « Un rassemblement pro-palestinien autorisé mercredi à Paris »
  74. « Pourquoi la manifestation propalestinienne du 23 juillet est autorisée », sur Le Monde, (consulté le 23 juillet 2014)
  75. « Manifestation pour Gaza à Paris : « Nous sommes tous des enfants de Gaza » », sur Le Monde, (consulté en 240 juillet 2014)
  76. Marine Turchi, « Comment la galaxie Dieudonné squatte les manifestations pour Gaza », Mediapart, 29 juillet 2014
  77. David Perrotin, "Gaza Firm" : qui sont les jeunes qui font déraper les manifestations propalestiniennes ?, Metronews, 31 juillet 2014
  78. Caroline Monnot, Une obscure « Gaza Firm » en marge des cortèges propalestiniens, Le Monde, 26 juillet 2014
  79. Manif pro-Gaza : autorisation de la préfecture, Le Figaro, 1er août 2014
  80. Gilles Kepel, Terreur dans l'Hexagone : genèse du djihad français, Gallimard, , 352 p. (ISBN 9782070105625, lire en ligne), p. 294-295
  81. (en) « Manifestation pro-israélienne à Marseille », sur Figaro, (consulté le 28 juillet)
  82. « Manifestation pro-israélienne sous haute surveillance à Paris », sur Le Figaro,
  83. (en) « Gaza-Israel conflict: Pro-Palestinian demonstrators take to streets of London, Paris and New York in wave of protests », sur The Independent,
  84. (en) « Violent Berlin protest against Israel broken up by police », sur The Times of Israel,
  85. (en) « Tour du monde des manifestations en soutien à Gaza », sur Le Monde,
  86. (en) « Débordements dans les manifs pour Gaza : y a-t-il une spécificité française ? », sur Le Monde,
  87. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/18/97001-20140718FILWWW00041-gaza-attaque-du-consulat-d-israel-a-istanbul.php
  88. (en) « Manifestation propalestinienne à Téhéran », sur Figaro, (consulté le 26 juillet 2014)
  89. « Des milliers de personnes se rassemblent devant la Maison Blanche pour soutenir Gaza », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  90. Manifestation pro-Israël à Londres
  91. Manifestation de soutien aux soldats de Tsahal
  92. Une campagne virale encourage les habitants des pays du monde entier à défendre Israël contre le Hamas
  93. manif pro-Israël à New York
  94. manif pro-Israël Belgique
  95. Inde : 10.000 manifestants soutiennent Israël contre le Hamas
  96. (en)« Thousands Join Hindu Samhati Rally in Memory of Gopal Pantha », sur Bong Voice,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :