Ayelet Shaked

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shaked.
Ayelet Shaked
איילת שקד
Ayelet Shaked en 2011.
Ayelet Shaked en 2011.
Fonctions
Députée de la Knesset
En fonction depuis le
Directrice de cabinet du Premier ministre
2010 – 2012
Gouvernement Gouvernement Netanyahou II
Biographie
Nom de naissance Ayelet Ben Shaul
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Tel-Aviv, Israël
Nationalité Israélienne
Parti politique Le Foyer juif
Enfant(s) Deux enfants
Profession Ingénieur au département Marketing de la société Texas Instruments
Religion Judaisme
Résidence Tel Aviv, quartier de Bavli

Ayelet Shaked, איילת שקד en hébreu, née le est une ingénieur et politicienne israélienne. Elle est membre de la Knesset pour le parti Le Foyer juif dans le cadre de la 19e élection législative israélienne qui s'est déroulée en 2013, et est classée en cinquième position sur la liste de son parti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayelet Ben Shaul est née à Tel Aviv en Israël. Elle intègre l'Université de Tel Aviv et obtint un master en ingénierie électronique et informatique. Elle a travaillé au service marketing de la société Texas Instruments.

Elle est mariée à M. Shaked avec qui elle a eu deux enfants. La famille vit dans le quartier de Bavli à Tel Aviv.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

De 2006 à 2009, elle est directrice du cabinet de Benjamin Netanyahu. Entre 2010 à 2012, elle créa et développa un mouvement politique nommé « Mon Israël » avec Naftali Bennett.

En janvier 2012, Ayelet Shaked est nommé coordinatrice du Likoud. Cependant, elle démissionna rapidement, en juin de la même année. Le 14 novembre 2012, elle se hissa à la troisième place lors des primaires de son parti pour les élections législatives de janvier 2013 mais dans le cadre d'une alliance entre son parti et l'Union nationale, elle n'est que cinquième tête de liste de son parti).

Lors de ces 19e élection législative israélienne, elle fut élue membre de la Knesset, le parlement israélien.

Controverse de 2014[modifier | modifier le code]

Elle est principalement connue et critiquée depuis l'étranger pour certains de ses commentaires durant l'opération militaire de 2014 Bordure protectrice concernant le devenir des terroristes et de leurs proches. Cette polémique ayant principalement débuté par l'intervention remarquée du premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan comparant l'état d'esprit d'Ayelet Shaked à celui d'Adolf Hitler en son temps[1],[2]. Ayelet Shake s'en défendit en accusant ses détracteurs de volontairement altérer ses propos lors des traductions afin de la faire passer pour une extrémiste[3].

Cette controverse s'intègre dans les troubles de l'été 2014 au Proche-Orient.

Un jour avant le kidnapping et le meurtre du jeune palestinien Mohammad Abou Khdeir par des extrémistes juifs[4], Ayelet Shaked posta un message sur Facebook citant les propos du politicien Uri Elitzur : « Tout le peuple palestinien est notre ennemi ». Elle ira plus loin en postant qu'« Israël devrait déclarer la guerre à l'ensemble du peuple palestinien, ce qui inclut leurs personnes âgées et leurs femmes, leurs villes et leurs villages, leurs biens et leurs infrastructures »[5]. Ses commentaires s'intègrent dans sa volonté de voir généraliser la politique de démolition des habitations palestiniennes ayant ou pouvant être utilisées par les terroristes palestiniens.

De plus, elle déclara[6] :

«  Derrière chaque terroriste se tiennent des douzaines d'hommes et de femmes, sans qui il ne pourrait pas s'engager sur la voie du terrorisme. Ils sont tous des combattants ennemis et ils devraient mourir. Ceci concerne aussi les mères de ces martyrs, qui les envoient à une mort certaine avec leur bénédiction. Elles devraient donc subir le même sort que leurs fils, rien ne serait plus juste. Elles devraient mourir et les maisons dans lesquelles elles ont élevé ces serpents devraient être détruites. Sinon, d'autres petits serpents y seront élevés après. »

« Behind every terrorist stand dozens of men and women, without whom he could not engage in terrorism. They are all enemy combatants, and their blood shall be on all their heads. Now this also includes the mothers of the martyrs, who send them to hell with flowers and kisses. They should follow their sons, nothing would be more just. They should go, as should the physical homes in which they raised the snakes. Otherwise, more little snakes will be raised there »

Lors d'une allocution devant les membres du parlements turc, le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan déclara que « l'état d'esprit de Shaked n'est pas différent de celui d'Hitler » et condamna Israël pour ses « atrocités systématiques et son terrorisme d'État » contre le peuple palestinien depuis 1948. Erdoğan déclara[7] ainsi :

«  Une femme israélienne déclara que les mères palestiniennes devraient être tuées elles aussi. Et elle est un membre du parlement israélien; Quelle est la différence entre son état d'esprit et celui d'Hitler? Si ces mots avaient été prononcés par un Palestinien, le monde entier les aurait condamnés. »

En réponse à cette critique de ses propres propos, Ayelet Shaked écrivit une tribune dans le Jerusalem Post intitulée « Mettre en évidence la propagande militante gauchiste », dénonçant tout à la fois « ceux qui cherchent toujours à rendre Israël coupable » et certains journalistes comme Gideon Resnick, journaliste américain du Daily Beast et d'autres qui auraient volontairement déformé ces propos pour les rendre condamnables[8].

Ainsi lors de sa réponse, Ayelet Shaked dénonce le travestissement selon elle de certains termes soit par erreur de traduction (Aleyet Shaked remet en cause le niveau d'hébreu de ce journaliste américain), soit volontairement. Voici un comparatif des deux versions :

Point concerné Version retenue par Resnick et Erdogan Version de Shaked
Comparaison avec les serpents Resnick dit que Shaked compare l'ensemble des enfants palestiniens à des serpents Shaked dit qu'elle ne parlait que des enfants qui seront élevés comme des terroristes par certaines mères
Accusation d'apologie d'un génocide palestinien Resnick accuse Shaked de faire l'apologie d'un génocide palestinien Shaked dit ne parler que des terroristes et de leurs supports logistiques
Expression concernant le meurtre Resnick dit que Shaked utilise l'expression « et leur sang devrait couler sur nos mains » (« their blood shall be on all our hands ») Shaked dit que ses propos sont « et leur sang devrait couler sur leur visage » (« their blood shall be on all their heads »)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Shaked a reçu le prix israélien Abramowitz pour la critique des médias[9] (ici, sens positif du terme critique, permettant l'amélioration de la qualité des médias à travers son analyse et sa critique)[10].

Références[modifier | modifier le code]