Ayelet Shaked

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shaked.

Ayelet Shaked
איילת שקד
Illustration.
Ayelet Shaked en 2017.
Fonctions
Ministre israélienne de la Justice

(4 ans et 19 jours)
Premier ministre Benyamin Netanyahou
Gouvernement Netanyahou IV
Prédécesseur Tzipi Livni
Successeur Amir Ohana
Députée à la Knesset

(6 ans, 3 mois et 8 jours)
Élection 22 janvier 2013
Réélection 17 mars 2015
Législature 19e - 20e
Biographie
Nom de naissance Ayelet Ben Shaul
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Tel-Aviv (Israël)
Nationalité Israélienne
Parti politique Likoud (jusqu’en 2012)
Le Foyer juif (2012-2018)
La Nouvelle Droite (2018-)
Diplômé de Université de Tel Aviv
Profession Ingénieur
Religion Judaïme séculaire

Ayelet Shaked, איילת שקד en hébreu, née le est une ingénieure et femme politique israélienne.

Élue députée à la Knesset pour le parti nationaliste Le Foyer juif en 2013, elle est ministre de la Justice depuis 2015, au sein du quatrième gouvernement Netanyahou. Elle fonde La Nouvelle Droite en 2018.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayelet Shaked, de son nom de jeune fille Ayelet Ben Shaul, est née à Tel Aviv en Israël au sein d'une famille de la classe moyenne. Sa mère, une enseignante de la Bible hébraïque, est ashkénaze (ses ancêtres faisaient partie de la première aliyah russe à la fin du XIXe siècle) et vote centre-gauche. Son père, né en Iran dans une famille juive irakienne ayant quitté cette région dans les années 1950, est comptable et vote pour le Likoud. Elle se décrit comme « à moitié irakienne et fière de l'être »[1].

Shaked grandit dans le quartier de Bavli à Tel Aviv. Elle déclare que sa passion pour la politique est née en regardant à huit ans un débat télévisé entre Yitzhak Shamir et Shimon Peres, durant lequel elle affirme avoir soutenu Shamir. À sa majorité, elle rejoint l'Armée de défense d'Israël et occupe rapidement le poste d'instructeur d'infanterie dans la Brigade Golani. Après son service militaire, elle intègre l'université de Tel Aviv et obtient un master en ingénierie électronique et informatique. Elle travaille ensuite au service marketing de la société Texas Instruments.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Ayelet Shaked en 2011.

De 2006 à 2008, elle est directrice du cabinet de Benjamin Netanyahu[2]. Entre 2010 à 2012, elle crée et développe le mouvement politique Mon Israël avec Naftali Bennett.

Depuis fin 2011, elle fait campagne contre l'immigration illégale en provenance d'Afrique, estimant que ceci représentait une menace pour l'État d'Israël et un problème pour son économie[3]. Elle fit aussi campagne contre la radio Galeï Tsahal, dont elle estime que la ligne éditoriale était politiquement de gauche[4].

En janvier 2012, Ayelet Shaked est élue membre du comité central du Likoud. Mais en juin 2012, elle démissionne et rejoint le parti Le Foyer juif. Le 14 novembre 2012, elle se hisse à la troisième place lors des primaires de son parti pour les élections législatives de janvier 2013 mais dans le cadre d'une alliance entre son parti et l'Union nationale, elle n'est que cinquième sur la liste. Lors de ces 19e élections législatives israéliennes, elle est élue membre de la Knesset, le Parlement israélien, mais reste la seule élue laïque (au sens israélien du terme) parmi les onze autres députés du Foyer juif[Note 1].

Elle intègre la commission des affaires économiques, la commission parlementaire, la commission sur les travailleurs étrangers et de manière moins régulière la commission des finances. Elle préside le lobby pour les immigrants anglophones — les lobbies israéliens sont des groupes parlementaires se donnant pour mission le soutien d'individus ou de groupes clairement désignés[5] —, celui pour Jonathan Pollard et celui pour les agents infiltrés et elle participe à de nombreux autres lobbies de la législature 2013-2015[6],[7].

La veille du kidnapping et le meurtre du jeune Palestinien Mohammad Abou Khdeir par des extrémistes juifs[8], Ayelet Shaked publie sur Facebook un article du journaliste Uri Elitzur (mort en mai 2014)[9] où elle voue à l'enfer les terroristes palestiniens et leurs proches qui les aident[Note 2]. Durant l'opération militaire de 2014, Bordure protectrice, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan compare l'état d'esprit d'Ayelet Shaked à celui d'Adolf Hitler[10],[11],[12]. Il cite ses propos : « Tout le peuple palestinien est notre ennemi. […] Israël devrait déclarer la guerre à l'ensemble du peuple [palestinien], ce qui inclut leurs personnes âgées et leurs femmes, leurs villes et leurs villages, leurs biens et leurs infrastructures »[13]. Dans une tribune du Jerusalem Post du 16 juillet 2014[12], elle dénonce « ceux qui cherchent toujours à rendre Israël coupable », dont Gideon Resnick, journaliste américain du Daily Beast, et d'autres, pour avoir déformé et rendu ses propos condamnables, soit par erreur de traduction (mettant en cause le niveau d'hébreu du journaliste américain), soit volontairement[Note 3].

Ayelet Shaked avec le président Reuven Rivlin (2015).

Le 6 mai 2015, le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, quelques heures avant le délai limite que lui impose la loi pour former un gouvernement, nomme Ayelet Shaked ministre de la Justice[14],[15],[16]. Après avoir mené sous la précédente législature le combat pour le service militaire des ultra-orthodoxes, elle a pour ambition de diminuer les pouvoirs de la Cour suprême d'Israël[17].

Régulièrement victime d'attaques sexistes de la part de collègues députés et de journalistes, elle reçoit le soutien d'opposantes politiques comme Zehava Gal-On du parti de gauche Meretz[18],[2].

Le 4 août 2015, elle annonce vouloir séparer en deux le poste de conseiller juridique au gouvernement. Ce dernier se verrait ainsi déchargé de la fonction de procureur général et ne garderait que le rôle proprement dit de conseiller juridique auprès du gouvernement[19].

Elle est élue « femme de l'année » par le magazine Forbes en 2017[20].

Parfois surnommée la « Dame de fer » en raison de son intransigeance dans la répression des crimes et des délits commis par les Palestiniens ainsi que pour ses positions nationalistes[21], elle est favorable à la peine de mort pour les individus ayant commis des actes terroristes[22], y compris pour ceux de confession juive qui auraient tué des enfants palestiniens[23],[24]. Toutefois, elle estime que la peine capitale ne doit s'appliquer que dans les cas les plus extrêmes[25].

Le 29 décembre 2018, elle quitte Le Foyer juif pour créer La Nouvelle Droite, avec Naftali Bennett, en vue des élections législatives de 2019[26]. Le parti échoue de 0,03 point à atteindre le seuil de 3,25 % pour entrer à la Knesset[27]. Elle perd donc son mandat de députée, avant d'être limogée par Benyamin Netanyahou le 2 juin 2019 de son poste de ministre de la Justice[28],[29].

Elle s'allie avec les sionistes religieux de l'Union des partis de droite pour créer la coalition Yemina en vue des élections législatives israéliennes de septembre 2019[30].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée à Ophir Shaked, pilote de chasse dans la Force aérienne et spatiale israélienne[31]. Le couple a deux enfants et la famille vit toujours dans le quartier de Bavli à Tel Aviv.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Shaked a reçu en 2012 le prix israélien Abramowitz pour la critique des médias[32] (ici, sens positif du terme critique, signifiant l'amélioration de la qualité des médias à travers son analyse et sa critique)[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. . En Israël, la laïcité porte surtout sur des questions telles que le service militaire pour les ultra-orthodoxes, les conversions religieuses, le respect ou non du chabbat, la séparation des sexes. Voir « Religion et laïcité en Israël », sur le site massorti français. Comme dit Daniel Horowitz dans le Monde, « les laïcs démontrent en Israël qu'il existe un judaïsme vivant, mais dissocié de la pratique religieuse ». Voir « Israël et la laïcité », sur Le Monde.
  2. Version anglaise partielle du texte de Shaked publiée dans The Independent :

    « Behind every terrorist stand dozens of men and women, without whom he could not engage in terrorism. They are all enemy combatants, and their blood shall be on all their heads. Now this also includes the mothers of the martyrs, who send them to hell with flowers and kisses. They should follow their sons, nothing would be more just. They should go, as should the physical homes in which they raised the snakes. Otherwise, more little snakes will be raised there.
    Voir la source ici : Mira Bar Hillel, « Why I'm on the brink of burning my Israeli passport », sur The Independent,
     »

    Traduction de l'anglais : « Derrière chaque terroriste se tiennent des douzaines d'hommes et de femmes, sans qui il ne pourrait pas s'engager sur la voie du terrorisme. Ils sont tous des combattants ennemis et leur sang leur retombera sur la tête. Ceci concerne aussi les mères de ces martyrs, qui les envoient en enfer avec des fleurs et des baisers. Elles devraient suivre leurs fils, rien ne serait plus juste. Elles devraient disparaître de même que les maisons dans lesquelles elles ont élevé ces serpents. Sinon, d'autres petits serpents y seront élevés. »

  3. Voici un comparatif des deux versions d'Erdogan / Resnick et de Shaked :
    Point concerné Version retenue par Resnick et Erdogan Version de Shaked
    Comparaison avec les serpents Resnick dit que Shaked compare l'ensemble des enfants palestiniens à des serpents Shaked dit qu'elle ne parlait que des enfants qui seront élevés comme des terroristes par certaines mères
    Accusation d'apologie d'un génocide palestinien Resnick accuse Shaked de faire l'apologie d'un génocide palestinien Shaked dit ne parler que des terroristes et de leurs supports logistiques
    Expression concernant le meurtre Resnick dit que Shaked utilise l'expression « et leur sang devrait couler sur nos mains » (« their blood shall be on all our hands ») Shaked dit que ses propos sont « et leur sang devrait couler sur leur tête » (« their blood shall be on all their heads »)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (he) השקד פורחת.
  2. a et b « Ayelet Shaked, la nouvelle égérie de la droite israélienne », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  3. (he) Ayelet Shaked, « בקרוב: מאה אלף מסתננים בישראל] », Mako,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « An interview with Ayelet Shaked - Israel », Jewish Journal,‎ (lire en ligne).
  5. (en)« Knesset Lobby », sur le site de la Knesset.
  6. (en) « Ayelet Shaked, MK », sur le site du ministère des affaires étrangères israélien (consulté le 22 mai 2015)
  7. (en) « Israeli Politician Ayelet Shaked » (consulté le 22 mai 2015).
  8. (en) Times of Israel : Des suspects arrêtés dans le cadre du meurtre du jeune de Jérusalem Est.
  9. (en) « Leading pro-settler journalist Uri Elitzur dies at 68 », sur The Times of Israel, .
  10. Le Figaro : Erdogan accuse Israël de terroriser la région
  11. Challenges : Le Premier ministre turc accuse Israël de terroriser la région
  12. a et b Réponse d'Ayelet Shaked dans The Jérusalem Post : (en) Exposing militant leftist propaganda (Contre la propagande des militants gauchistes).
  13. (en) IBTimes : Le premier ministre Erdogan compare la politicienne Shaked à Adolf Hitler.
  14. Moran Azulay, « Netanyahu gives Bayit Yehudi's Shaked the Justice Ministry, but with limited powers », Ynetnews, Tel Aviv, Israël,‎ (lire en ligne) :

    « Prime Minister Benjamin Netanyahu agreed Wednesday to appoint Bayit Yehudi MK Ayelet Shaked as justice minister, but insisted that her powers be curtailed. »

  15. « In the 11th hour, Netanyahu finalizes 61-strong coalition », The Times of Israel, Jerusalem,‎ (lire en ligne) :

    « Prime minister reaches deal with Jewish home’s Bennett, finalizing a right-wing government; two men set to deliver a statement; Ayelet Shaked will be named justice minister. »

  16. Jeffery Heller, « Netanyahu clinches deal to form new Israeli government », Reuters, London,‎ (lire en ligne).
  17. Haviv Rettig Gur, « Ayelet Shaked prévoit-elle d’étrangler la Cour suprême ? », sur Times of Israel,
  18. BFMTV, « Israël: Ayelet Shaked, caution d'extrême droite du gouvernement et victime d'attaques sexistes », BFMTV,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2017)
  19. « Shaked veut séparer les pouvoirs du conseiller juridique », sur israpresse.net, .
  20. « Ayelet Shaked élue « Femme de l’année 2017 » par le magazine Forbes », sur Tribune juive, (consulté le 10 avril 2018).
  21. « Ayelet Shaked, la «Dame de fer» d'Israël », sur Libération, (consulté le 10 avril 2018).
  22. (en) « Israeli ministers call for death penalty for Halamish terrorist », sur Jerusalem Post, (consulté le 10 avril 2018).
  23. (en) « Justice Minister: Jewish Extremists Who Killed Palestinian Infant Should Face Death Penalty », sur Haaretz, (consulté le 10 avril 2018).
  24. (en) « Justice minister backs death penalty for terrorists who killed Palestinian baby », sur The Times of Israel, (consulté le 10 avril 2018).
  25. (en) « Shaked: No need for new death penalty legislation », sur Ynetnews, (consulté le 10 avril 2018).
  26. (en) « Bennett, Shaked quit Jewish Home, announce formation of ‘The New Right’ », sur The Times of Israel,
  27. https://votes21.bechirot.gov.il/
  28. « Israël: Nétanyahou limoge deux figures du gouvernement », sur Le Figaro,
  29. « Après leur limogeage, Shaked et Bennett remercient "sincèrement le public israélien" », sur i24News,
  30. Danièle Kriegel, « Israël : la campagne électorale figée dans la torpeur de l'été », sur Le Point,
  31. (en-US) « Who is Ayelet Shaked, Israel's new justice minister? », sur Jewish Telegraphic Agency, (consulté le 28 janvier 2019)
  32. (en) Prix israélien Abramowitz pour la critique des médias.
  33. (en) Article du journal Jewish Press : Une interview avec Ayelet Shaked, candidate aux prochaines élections.

Article connexe[modifier | modifier le code]