Alexis Bachelay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bachelay.

Alexis Bachelay
Illustration.
Fonctions
Député de la 1re circonscription
des Hauts-de-Seine

(5 ans)
Prédécesseur Roland Muzeau (Front de Gauche)
Successeur Elsa Faucillon (PCF)
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Saint-Maur-des-Fossés
Nationalité Français
Parti politique PS
Diplômé de Université Paris 1 Sorbonne
Résidence Colombes

Alexis Bachelay, né le à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), est un homme politique français, député socialiste des Hauts-de-Seine de 2012 à 2017 et conseiller municipal d’opposition à Colombes.

Études et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Après quatorze ans passés à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) — « à 350 m du pavillon de Georges Marchais » — Alexis Bachelay a suivi ses parents buralistes[1] à Nice. À 20 ans, il revient à Paris poursuivre ses études[2]. Après l'obtention d'un DESS de communication et de sciences politiques à l’université Paris 1 Sorbonne, Alexis Bachelay devient attaché territorial à la ville de Nanterre où il occupera un poste de 2001 à 2012.

En novembre 2017, Alexis Bachelay devient chef d’entreprise avec la création d’ABConsulting, qui accompagne des entreprises dans le domaine du développement durable, des transports et de l'énergie.

En septembre 2018, il devient animateur de l’émission de débat Et si on en parlait sur Radio Orient.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Après un engagement associatif en 1996 au Manifeste contre le Front National, un passage au MJS, Alexis Bachelay adhère au Parti socialiste en 2002. Lors des élections municipales de mars 2008, Alexis Bachelay est élu conseiller municipal de Colombes sur la liste conduite par Philippe Sarre (PS). Adjoint au maire, il est chargé du développement durable, des transports et du stationnement. Il a en outre la charge de l'application locale de l'Agenda 21[3].

Élu député en juin 2012, et conformément à son engagement sur le non-cumul des mandats, il démissionne en octobre de la même année de ses fonctions d'adjoint au maire, demeurant conseiller municipal[3].

Député des Hauts-de-Seine[modifier | modifier le code]

Alexis Bachelay est candidat aux élections législatives de 2012 dans la première circonscription des Hauts-de-Seine. Il arrive en tête du premier tour avec 32,51 % des voix, devançant le député communiste sortant Roland Muzeau (29,76 %). Alors que ce dernier se désiste en sa faveur[4], Alexis Bachelay est donc élu avec 100 % des voix, dans un contexte de faible participation (33,92 % de votants, 23,19 % de votes blancs et nuls)[5],[6].

Membre de la Commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, il s’engage sur différents sujets en lien avec les préoccupations des habitants de la banlieue parisienne : les transports, le logement et les immigrés âgés.

Co-rapporteur de la mission de contrôle sur l’application de la loi sur le Grand Paris des transports, Alexis Bachelay publie un rapport en décembre 2014. Dans ce rapport, le député des Hauts-de-Seine appelle à poursuivre la concertation entre l’Etat, les partenaires du projet et les futurs usagers, à réduire l’impact des chantiers (nuisances sonores, déplacements) et à anticiper la forte progression de la production de déchets de chantiers et leur nécessaire recyclage et revalorisation[7].

Alexis Bachelay s’engage pour une métropole du Grand Paris forte et intégrée. À l’été 2013, au lendemain du rejet par le Sénat d'une première mouture de la définition de la métropole du Grand Paris, il parvient à imposer, avec le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, un rôle fort pour la Métropole, constituée d’une intercommunalité unique sur le périmètre de Paris et des trois départements de la Petite couronne. Par la suite, il soutient le projet, non abouti, de fusion des quatre départements (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) au sein de la Métropole[8]. Alexis Bachelay se déclare favorable à une candidature parisienne pour accueillir les jeux olympiques de 2024[9].

En , Alexis Bachelay devient rapporteur d'une Mission d'information sur les immigrés âgés[10] sous la présidence du député UMP Denis Jacquat. Après six mois d'auditions, Alexis Bachelay remet en le rapport officiel au Président de l’Assemblée nationale[11]. Le rapport présente 82 propositions afin d’améliorer la qualité de vie des immigrés âgés ou chibanis (« cheveux blancs » en arabe). En quatre volets, celui-ci propose des pistes pour œuvrer en faveur d’une meilleure intégration, pour des logements adaptés, pour un meilleur accès aux droits sociaux, et pour le libre choix du pays de résidence après la retraite sans que cela porte préjudice aux droits du retraité.

En 2016, dans la continuité de son travail, Alexis Bachelay remet un second rapport d’information, de suivi des conclusions de la mission d’information sur les immigrés âgés (rendues en ). Ce travail de suivi marque la volonté du député de s’assurer que les préconisations du premier rapport se concrétisent sur le terrain, au bénéfice des immigrés âgés. Dans ce rapport, il évoque un bilan contrasté mais qui va dans la bonne direction[12].

À propos du conflit israélo-palestinien, Alexis Bachelay s’est engagé à plusieurs reprises sur l’obtention d’une paix juste au Proche-Orient et d’une reconnaissance d’un État palestinien. En , il défend une proposition de résolution socialiste sur la reconnaissance de la Palestine, adoptée par l'Assemblée nationale[13],[14]. Il a appelé à plusieurs reprises à ce que la France engage une initiative pour la paix au Proche-Orient avec l’ensemble de la communauté internationale et qu’en cas d’échec des négociations, la France reconnaisse l’État palestinien[14]. Une revendication qui n’a pu aboutir[15]. Porte-parole de la campagne de Benoit Hamon à partir du 18 novembre 2016, l'équipe de Manuel Valls lui reproche en janvier 2017 d'avoir participé au gala annuel du Collectif contre l'islamophobie en France en 2014, une association controversée. Il a également invité le porte-parole de l'association, Yasser Louati, lors d'une réunion publique consacrée à « La France face au terrorisme »[16],[17].

Alexis Bachelay a déposé le à l’Assemblée nationale un amendement dans le cadre de l’examen du projet de loi Égalité et citoyenneté, afin que le boycott ne soit plus un délit. Derrière cet amendement, Alexis Bachelay veut permettre que le mouvement BDS puisse de nouveau légalement appeler au boycott de produits issus des colonies israéliennes[18],[19]. Comme l'exposé des motifs de l'amendement le stipule, "ainsi ne serait pas visée la nationalité d’une entreprise ou d’une personne, mais bien des lieux et des conditions de production"[20].

À l’Assemblée nationale, Alexis Bachelay est également membre du Groupe d’Amitié France-Qatar, France-Algérie, France-Mali, France-Sénégal, France-Chine, France-Japon et France-Chili.

En , il se range parmi les députés frondeurs, signataires de la motion de censure de gauche contre le projet de loi Travail. Néanmoins, la motion de censure n'aboutit pas car il manque deux voix pour la déposer[21]. Le , à l'occasion du deuxième passage du texte devant l'Assemblée nationale, il ne signe pourtant pas la motion de censure des députés frondeurs, des écologistes et des communistes. Il manque là encore deux voix pour que cette motion de censure puisse être déposée[22].

Il dépose un amendement concernant le PLFSS 2017[23] proposant de réintroduire, en prévoyance d'entreprises, un mécanisme de désignation obligatoire et contraignant rebaptisé « mutualisation » qui consisterait à autoriser les branches à imposer deux assureurs au lieu d’un et à laisser choisir les entreprises de la branche entre ces deux assureurs désignés. Cette procédure serait garante de la liberté contractuelle défendue par le Conseil constitutionnel dans sa décision du . Par ailleurs, la déclaration d'intérêts et d'activité déposés à l'Assemblée nationale mentionne que son conjoint ou partenaire ou concubin est employé par le groupe de prévoyance Klesia[24],[25].

Alexis Bachelay est nommé le parmi les porte-parole de Benoît Hamon, candidat victorieux de la primaire citoyenne de 2017[26]. Benoît Hamon présente le son nouvel organigramme de campagne à la présidentielle, au sein duquel Alexis Bachelay est chargé de co-animer la permanence présidentielle du candidat[27] dans l'équipe nationale de campagne ; par ce changement une rumeur est lancée sur un « retrait »[28].

Lors des élections législatives de 2017, il est battu dès le premier tour avec 9,33 % des voix. Elsa Faucillon (PCF) lui succède à l'Assemblée.

Il prend ensuite un congé parental pour s’occuper de ses deux enfants, puis une mise en disponibilité pour création d’entreprise[29].

Au Parti socialiste[modifier | modifier le code]

Le , il intègre la direction du PS à la fonction de secrétaire national.

Depuis , Alexis Bachelay co-anime le collectif La Gauche forte, constitué de parlementaires PS. Il en est le cofondateur avec Yann Galut et Patricia Schillinger. Ce collectif est conçu comme une cellule de riposte à la droitisation de la société[30]. Alexis Bachelay collabore pour la Gauche forte la rédaction d’un ouvrage intitulé Le Guide anti-FN, publié en pour réaliser une analyse critique du projet économique du Front national.

En , dans la perspective du congrès socialiste de Poitiers, il est parmi les premiers signataires de la Motion D « La fabrique socialiste », dont la première signataire est Karine Berger[31]. Il est membre du Conseil national et du Bureau national du Parti socialiste.

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

En , il est mis en cause par le livre Nos très chers émirs de Georges Malbrunot et Christian Chesnot. Ils lui reprochent d'avoir « cherché des financements pour sa campagne des législatives auprès de l’ambassade du Qatar ». Alexis Bachelay conteste ces affirmations[32] et annonce immédiatement qu'il va porter plainte[33]. La plainte avec constitution de parties civiles est déposée en décembre 2016. Messieurs Malbrunot et Chesnot sont mis examen pour diffamation et en attente de jugement[réf. nécessaire].

En , il est mis en examen pour « diffamation et injure publique » à l'encontre de la maire de Colombes, Nicole Goueta[34]. Le procès a lieu en octobre 2017. Le , Alexis Bachelay est relaxé et Nicole Goueta condamnée à lui verser 1 500 euros[35].

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laure Bretton, « Paquet neutre : les trouvailles de sape du lobby du tabac », liberation.fr, 26 juillet 2017.
  2. « Alexis Bachelay sera député socialiste des Hauts-de-Seine », sur www.leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 27 avril 2017)
  3. a et b « Alexis BACHELAY, Député des Hauts de Seine », gaucheforte.fr (consulté le 8 février 2017)
  4. Europe1.fr 2012.
  5. interieur.gouv.fr 2012.
  6. « Bachelay, adjoint au maire PS de Colombes, élu », europe1.fr, (consulté le 8 février 2017)
  7. « N° 2458 - Rapport de MM. Yves Albarello et Alexis Bachelay déposé en application de l'article 145-7 alinéa 1 du règlement, par la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire sur la seconde mission de suivi de la mise en application de la loi n° 2010-597 du 3 juin 2010 relative au Grand Paris », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 9 février 2017)
  8. Grand Paris : "Supprimons les quatre départements", lejdd.fr
  9. « JO 2024 : oui à un Grand Paris olympique ! | Alexis BACHELAY », sur www.alexisbachelay.fr (consulté le 9 février 2017)
  10. http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/immigres_ages.asp
  11. http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i1214.asp
  12. « Communiqué + Vidéo – Suivi des préconisations de la mission d’information sur les immigrés âgés – Poursuivre le travail engagé ! | Alexis BACHELAY », sur www.alexisbachelay.fr (consulté le 9 février 2017)
  13. « Pourquoi je voterai pour la reconnaissance par la France de l’État de Palestine | Alexis BACHELAY », sur www.alexisbachelay.fr (consulté le 8 février 2017)
  14. a et b « Reconnaissance de la Palestine : le chef du gouvernement doit respecter le vote de l’Assemblée nationale », liberation.fr, (consulté le 8 février 2017)
  15. « International : Toute l'actualité internationale sur Le Parisien », sur leparisien.fr (consulté le 9 février 2017)
  16. Judith Waintraub et Vincent Nouzille, « L'islamosphère », Le Figaro Magazine, semaine du 6 octobre 2017, pages 50-56.
  17. http://www.liberation.fr/direct/element/cible-par-le-camp-valls-pour-des-liens-avec-le-ccif-alexis-bachelay-replique-video-a-lappui_56904/
  18. « Alexis Bachelay (PS) ne veut plus que le boycott soit un délit » (consulté le 28 juin 2016)
  19. lefigaro.fr, « Un député PS juge le gouvernement israélien «plus dur» que l'apartheid » (consulté le 25 juin 2016)
  20. « Assemblée nationale ~ ÉGALITÉ ET CITOYENNETÉ(no 3851) - Amendement no 314 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 9 février 2017)
  21. franceinfo 2016.
  22. Marie-Pierre Haddad, « Loi Travail : pourquoi ces députés se sont retirés de la motion de censure de gauche », sur RTL.fr, (consulté le 22 juillet 2016).
  23. Éric Verhaeghe, « Monopoles en protection sociale : Valls bloquera-t-il les frondeurs ? », Atlantico,‎ (lire en ligne)
  24. Etienne Gabard, « Klesia et ses liens avec le député Alexis Bachelay », gazetteassurance.fr, (consulté le 8 février 2017)
  25. Alexis Bachelay, « Déclaration d’intérêts et d’activités », sur Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, (consulté le 27 octobre 2016)
  26. Julien Martin, « Alexis Bachelay nommé porte-parole de Benoît Hamon », nouvelobs.com, (consulté le 8 février 2017)
  27. alexisbachelay.fr 2017.
  28. Le Figaro 2017.
  29. Vanessa Schneider, « Après le séisme Macron, la nouvelle vie des déchus de la politique », lemonde.fr, 1er juin 2018.
  30. « La "droitisation des esprits" ne doit pas nous empêcher de continuer le combat », huffingtonpost.fr, (consulté le 8 février 2017)
  31. Agence France Presse, « PS: la motion D se pose en troisième voie face aux blocs Cambadélis-Valls et frondeurs », lexpress.fr, (consulté le 8 février 2017)
  32. Fabien Magnenou, « Le groupe d'amitié France-Qatar à l'Assemblée dans la tourmente après les accusations formulées dans un livre », francetvinfo.fr, 20 octobre 2016.
  33. Philippe Mathon, « Accusé d'avoir sollicité le Qatar pour financer sa campagne électorale, un député PS dément et contre-attaque », lcp.fr, 20 octobre 2016.
  34. « Colombes : Alexis Bachelay mis en examen pour "diffamation et injure" », leparisien.fr, 15 décembre 2016.
  35. http://www.leparisien.fr/colombes-92700/colombes-nicole-goueta-insultee-alexis-bachelay-relaxe-21-11-2017-7406994.php

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « Le PRG interpelle Benoît Hamon sur la laïcité », Le Figaro,‎ , p. 35 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]