Prame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dessin à partir d'une barge à fond plat par Nicolas Witsen (1671)

Une prame (du néerlandais : praam) est une embarcation utilitaire non pontée, à fond plat. Connu depuis l'Antiquité, ce type d'embarcation s'est particulièrement développé durant le Moyen Âge aux Pays-Bas, jusqu'à atteindre quelque 20 m de longueur. Ces grandes prames, utilisées comme allèges, pouvaient être manœuvrées aux avirons mais aussi à la voile, moyennant une paire de dérives latérales relevables. Leur faible tirant d'eau (pas plus de deux pieds) leur permettait de transporter des marchandises sur toutes les eaux intérieures hollandaises.

Au XVIIIe siècle, des prames de ce type, capables d'embarquer plusieurs pièces d'artillerie, ont aussi été employées comme bâtiments de guerre, notamment dans les eaux côtières peu profondes de la Baltique durant la Grande guerre du Nord. En 1803, au camp de Boulogne, les armées françaises prévoyaient d'en utiliser comme péniches de débarquement pour envahir l'Angleterre.

Sens moderne français[modifier | modifier le code]

De nos jours, en français, le terme « prame » s'applique essentiellement à de petites embarcations de servitude ou annexes servant à transporter personnels et avitaillement entre le quai d'un port et des bateaux au mouillage. Contrairement aux modèles des siècles passés, qui avaient des extrémités pointues ou arrondies, les prames modernes, dans un souci de moindre encombrement, sont presque toujours dotées d'un tableau arrière et d'un avant à marotte (à la façon des Caravelles ou des Optimists).

Littérature[modifier | modifier le code]

« Une tempête dispersa la flottille ; Murat fut jeté le 8 octobre dans le golfe de Sainte-Euphémie, presque au moment où Bonaparte abordait le rocher de Sainte-Hélène. De ses sept prames, il ne lui en restait plus que deux. »

— François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, tome 3, 1848, p. 373

« Vers Livourne nous rencontrâmes
Les vingt voiles de Spinola.
Quel beau combat ! Quatorze prames
Et six galères étaient là. »

— Victor Hugo, La Légende des siècles, tome 2, 1859, p. 670

Les naufragés de l île Tromelin, Irène Frain, 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]