Borne de la Forclaz-du-Prarion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Borne de la Forclaz-du-Prarion
Fac similé de la borne romaine du col de la Forclaz à St Gervais les Bains.jpg
Présentation
Destination initiale
Borne frontière
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Savoie
voir sur la carte de Haute-Savoie
Red pog.svg

La borne de la Forclaz-du-Prarion est une ancienne borne frontière romaine découverte au col de la Forclaz-du-Prarion et conservée sur la commune de Passy (Haute-Savoie), en France[1],[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

La borne frontière est découverte en 1852 au lieu-dit Larioz, près du col de la Forclaz (parfois Forclas[1]) dit du Prarion[2],[3]. Le site se trouve « au-dessus des hameaux de Montfort et de Vaudagne, entre les sommets du Prarion (1967 m) et de la Tête Noire (1741 m) »[3].

Elle est déplacée quelques années plus tard au hameau des Plagnes, près de la chapelle, sur la commune de Passy[3]. Depuis 1999, un fac-similé est réalisé et est exposé dans le jardin de l'église des Plagnes[3]. L'original se trouve non loin de là, enfermé dans un édicule qui le protège des intempéries, devant l’ancien hôtel des Panoramas[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

La borne est une pierre taillée dans le gneiss local[5] . Elle possède l'inscription en latin suivante[6] :

EX AUCTORITAT(E)
IMP(ERATORIS) CAES(ARIS) VESPASIAN(I)
AUG(USTI) PONTIFICIS MAX(IMI)
TRIB(UNICIA) POTEST(ATE) V, CO(N)S(ULIS) V
DESIG(NATI) VI P(ATRIS) P(ATRIAE)
CN(AEUS) PINARIUS CORNEL(IUS)
CLEMENS LEG(ATUS) EIUS PRO PR(AETORE)
EXERCITUS GERMANICI
SUPERIORIS INTER
VIENNENSES ET CEUTRONAS
TERMINAVIT

Traduction: "Par l'autorité de l'Empereur Vespasien, souverain pontife, revêtu pour la cinquième fois de la puissance tribunitienne, consul pour la cinquième fois et désigné pour la sixième, Cneus Pinarus de la tribu Comélia surnommé Clemens, son légat, propréteur de l'armée de la Germanie Supérieure, entre les Viennois et les Ceutrons a fixé les limites".

Historique[modifier | modifier le code]

La borne est érigée en 74 (ap JC) au col de la Forclaz-du-Prarion, la région étant sous domination de l'Empire romain, pour marquer les territoires des Allobroges et des Ceutrons[2],[3],[7]. Bien que cette inscription ne le dise pas explicitement, la borne ne marque pas seulement une frontière entre deux cités, elle marque aussi une frontière provinciale. En effet, la cité des Allobroges, désignés ici comme viennois, appartient à la province de Narbonnaise, tandis que la cité des Ceutrons correspond à la petite province des Alpes Grées, créée par Auguste lors de la conquête des cols alpins.

Elle a été réalisée sur ordre de l'empereur Vespasien par le propréteur (commandant) de l'armée de Germanie supérieure, Cn. Pinarius Cornelius Clemens[2].

La borne est retrouvée en 1852 et déplacée par la suite à son emplacement actuel, au hameau des Plagnes[3].

Elle est classée au titre des monuments historiques en 1875[1].

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Inscription romaine du col de la Forclas », notice no PA00118436, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a b c et d Laurent Lamoine, Le pouvoir local en Gaule romaine, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, coll. « Histoires croisées », , 468 p. (ISBN 978-2-84516-371-3, lire en ligne), p. 213.
  3. a b c d e f et g « La borne romaine du col de la Forclaz », sur le site de l’association « Culture, Histoire et Patrimoine de Passy » (CHePP) - histoire-passy-montblanc.fr (consulté le 13 janvier 2016).
  4. « Les Plagnes », passy-culture (consulté le 13 janvier 2016).
  5. « Utilisation des roches et matériaux locaux au fil des âges », geologie-montblanc.fr.
  6. CIL 12, 00113.
  7. Pierre Broise, « Antiquités gallo-romaine en Faucigny », Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève, no XVIII,‎ , p. 230.