Place du Vieux-Marché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Rouen
Cet article est une ébauche concernant Rouen.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Place du Vieux-Marché
Image illustrative de l'article Place du Vieux-Marché
La place du Vieux-Marché, côté sud
Situation
Coordonnées 49° 26′ 35″ Nord 1° 05′ 19″ Est / 49.443042, 1.0885397
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Ville Rouen, Seine-Maritime
Quartier(s) Vieux-Marché, Cathédrale
Morphologie
Type Place
Histoire
Monuments Église Sainte-Jeanne-d'Arc

Géolocalisation sur la carte : Région Normandie

(Voir situation sur carte : Région Normandie)
Place du Vieux-Marché

Géolocalisation sur la carte : Rouen

(Voir situation sur carte : Rouen)
Place du Vieux-Marché

La place du Vieux-Marché, située à l'extrémité ouest de la rue du Gros-Horloge, est une place historique de Rouen.

Historique[modifier | modifier le code]

Place du Vieux-Marché par Gomboust en 1655

On y trouve plusieurs maisons à pans de bois et/ou à encorbellement, dont une grande partie n'est en fait constituée que de façades anciennes remontées à cet endroit. Elle abritait l'église Saint-Sauveur qui fut détruite en 1793 mais dont les substructions ont été dégagées lors de la rénovation de la place. L'église Sainte-Jeanne d'Arc y fut édifiée en 1979 sur les plans de l'architecte Louis Arretche. Cette église à l'architecture audacieuse et contestée permet d'admirer les vitraux de l'ancienne église Saint-Vincent, située jadis en bas de la rue Jeanne d'Arc et détruite en 1944. Son aspect évoque à la fois un bateau viking et un poisson. Elle fut inaugurée le 27 mai 1979 par Valéry Giscard d'Estaing, président de la République.

La renommée de la place est liée au supplice de Jeanne d'Arc qui y fut brûlée vive le 30 mai 1431. Le lieu des exécutions publiques avec le pilori et le mur pare-feu pour les bûchers a été exhumé en même temps que les fondations de l'église Saint-Sauveur.

Une croix a été dressée à côté de l'emplacement du bûcher, comme il avait été stipulé lors du procès d'annulation (dit « de réhabilitation ») en 1456. Cette croix a valeur de monument national d'hommage à Jeanne d'Arc, érigé conformément à la loi du 10 juillet 1920 instituant un fête nationale de Jeanne d'Arc, dont l'article 3 précise : « Il sera élevé en l'honneur de Jeanne d'Arc, sur la place de Rouen, où elle a été brûlée vive, un monument avec une inscription : À Jeanne d'Arc LE PEUPLE FRANÇAIS RECONNAISSANT.  »

Jusqu'en 2012, un musée Jeanne d'Arc situé au sud de la place, près de « la plus vieille auberge de France », y a retracé sa vie. La place fut d'ailleurs vouée aux exécutions capitales jusqu'en 1836 et au marché de gros jusqu'en 1969, époque de la création du Marché d'intérêt national de Rouen.

Un petit marché fonctionne toujours sous une halle dotée de charpentes en épis couverts d'ardoises comme l'église attenante et qui évoquent les vagues de l'océan.

Jusqu'en 1944 s'y trouvait le Théâtre-Français, bombardé et remplacé en 1960 par des immeubles modernes dotés de façades en colombage du XVIIe siècle[1].

À deux pas de la place, 6 rue de la Pie, se trouve la maison natale de Pierre Corneille qui est devenue un musée consacré à l'écrivain.

Au no 8, hôtel Turgot[2].

La place du Vieux-Marché vue sur la rue du Gros Horloge

Transports[modifier | modifier le code]

On y trouve un parking souterrain ainsi qu'une station Cy'clic.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice Quéréel (préf. Guy Pessiot), La Ville évanouie - Rouen : un demi-siècle de vandalisme, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Page de Garde, , 381 p. (ISBN 2-84340-108-9), p. 344-345
  2. Olivier Chaline (dir.), Les Hôtels particuliers de Rouen, Rouen, Société des Amis des monuments rouennais, , 224 p. (ISBN 2-9509804-9-X, OCLC 469254974), p. 215-217

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]