Boulevard de l'Yser (Rouen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boulevard de l'Yser
Image illustrative de l’article Boulevard de l'Yser (Rouen)
Vue du boulevard.
Situation
Coordonnées 49° 26′ 52″ nord, 1° 06′ 08″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Début Boulevard de Verdun
Fin Boulevard de la Marne
Morphologie
Type Boulevard
Histoire
Anciens noms Boulevard Beauvoisine
Monuments Monument aux morts des forains

Le boulevard de l'Yser est une voie publique de la commune française de Rouen.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Il est situé rive droite, entre le boulevard de la Marne et le boulevard de Verdun. Avec ces derniers et le boulevard des Belges (tous faisant référence à la Première Guerre mondiale), il permet de desservir le Vieux Rouen.

On y trouve, à proximité de la place du Boulingrin, le terminus du Métro Boulingrin ainsi que la station de métro Beauvoisine.

Rues adjacentes
  • Rue de la Glacière
  • Rue de l'Avalasse
  • Rue Adolphe-Chéruel
  • Rue Bras-de-Fer
  • Route de Neufchâtel
  • Place Beauvoisine
  • Rue d'Ernemont
  • Rampe Beauvoisine
  • Rue Sainte-Marie
  • Rue Poussin
  • Rue de la Cage
  • Avenue de la Porte-des-Champs
  • Rampe Saint-Hilaire

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Il tire son nom en souvenir de la bataille de l'Yser qui s'est déroulée du 17 au et qui a opposé les unités allemandes qui voulaient franchir le fleuve en direction de Dunkerque aux troupes belges et françaises qui essayaient de les y arrêter.

Historique[modifier | modifier le code]

Situé à l'emplacement des anciens fossés, il s'appelait « boulevard Beauvoisine », au XIXe siècle, avant de prendre sa dénomination actuelle après la Première Guerre mondiale, en 1922.

Le , un tramway, qui ne put freiner dans la côte du cimetière monumental, franchit la rampe Saint-Hilaire et finit sa course en contrebas sur le boulevard.

La foire Saint-Romain s'y tenait durant l'automne jusqu'en 1983.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Ghilaine Lhermitte, Le Quartier Jouvenet : 2 siècles d'histoire, Rouen, Roussel, , 239 p. (ISBN 2-911408-03-9, OCLC 492045554).
  2. Patrice Quéréel (préf. Patrice Pusateri et Michel Nouvellon), XXe un siècle d'architectures à Rouen, Rouen, ASI, , 157 p. (ISBN 2-912461-03-0), p. 40-41.
  3. Gabrielle Sueur et Alfred Morel (préf. Jean Fréret et René Seille), Du Bois-Guillaume d'hier au Bihorel d'aujourd'hui : une commune centenaire, au passé millénaire, Luneray, Groupe d'histoire et études de Bihorel, , 334 p. (ISBN 2-86743-129-8, OCLC 463702806), p. 179.
  4. Jean-Pierre Chaline (dir.), Demeures rouennaises du XIXe siècle, Rouen, Société des amis des monuments rouennais, , 220 p. (ISBN 2-9519231-6-3), p. 210-212.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ghilaine Lhermitte, Le Quartier Jouvenet : 2 siècles d'histoire, Rouen, Roussel, , 239 p. (ISBN 2-911408-03-9, OCLC 492045554), p. 112, 148-149
  • Patrice Quéréel, La Ville évanouie - Rouen : un demi-siècle de vandalisme, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Page de Garde, , 381 p., p. 143