Rue Verte (Rouen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rue Verte
Situation
Coordonnées 49° 27′ 09″ nord, 1° 05′ 36″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Quartier(s) Gare SNCF
Début Rue Jeanne-d’Arc
Fin Place du Coucou
Chemin de Clères
Rue Vigne
Rue du Champ-des-Oiseaux
Morphologie
Type Rue
Forme Linéaire

La rue Verte est une voie publique de la commune française de Rouen. Du fait de sa proximité avec la Gare de Rouen-Rive-Droite, elle appartient au quartier Gare SNCF.

C’est dans cette rue, profitant de la visibilité offerte par le trafic de voyageurs de la gare, que Ferdinand Marrou conçoit une maison bourgeoise dans laquelle il élit domicile.

Description[modifier | modifier le code]

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Verte est située à Rouen[1]. Elle débute à l'intersection de la rue Jeanne-d’Arc[N 1] et se termine à l’intersection du chemin de Clères, de la rue Vigne et de la place du Coucou et de la rue du Champ-des-Oiseaux[N 2]. Montante et orientée vers le vers le nord, la voie est jointe par la rue Pouchet, la rue Maladrerie, la place Bernard Tissot, le passage Maladrerie, la rue Senard, la rue Cousin, la rue Walter, la rue Malatiré, la rue du Clos Thirel, la rue Charles Angrand, la rue Ducastel, la rue Roulland Leroux, la rue Descamps et le passage Begin[N 3].

Photographie en couleurs.
La gare de Rouen-Rive-Droite, élément emblématique du quartier dont le nom s’y réfère.

La rue Verte appartient au quartier Gare SNCF, situé dans les Coteaux Nord de la ville[2].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

En ce lieu se trouve au Xvie siècle un dépotoir nommé « heurt »[3].

En 1844, l'administration municipale de Rouen obtient l'accord du ministre des Travaux Publiques Pierre Sylvain Dumon pour l'établissement rue Verte du débarcadère du chemin de fer du Havre à Rouen dont les travaux se poursuivent jusqu’en 1846[4],[5]. La station dite « de la rue Verte », tout comme sa gare[N 4], est inaugurée le avant d’être ouverte aux voyageurs deux jours plus tard[6],[7].

La rue donne également son nom au « quartier de la rue Verte » né de l'étalement urbain du faubourg Bouvreuil[8].

En 1867, des travaux de pavage sont effectués dans la rue[9].

Le rescindement de la rue verte est adopté en 1905 sur décision du conseil général de la Seine-Inférieure, en même temps que celui de la rue d’Elbeuf, afin d’y faciliter le passage du tramway[10]. Ce projet financé en parts égales par la Ville de Rouen et le Département de Seine-Inférieure prend vie en 1907, lorsque la voirie de la rue Verte est élargie à la suite de la démolition d’une petite maison de ville débordant sur son l’alignement à la hauteur de l’intersection avec la rue Malatiré[11],[10],[N 5].

Le , peu après minuit, tandis que Rouen est occupée par les Allemands, la rue Verte est touchée par le bombardement de la ville opéré par les Alliés, au même titre que plus d’une soixantaine de voies de la rive droite[N 6],[12].

L’Institution Rey, lycée de l’enseignement privé et catholique installé rue Verte depuis 1885[réf. nécessaire] , doit déménager à la fin 2011 pour rejoindre Bois-Guillaume[13],[14]. L’emplacement libéré par la destruction des anciens bâtiments de l’établissement en 2012 permet la construction d’un ensemble immobilier de 174 nouveaux logements[15],[14]. Cependant, en août de la même année, un incident se produit : lors des travaux menés par Bouygues Immobilier, l’aqueduc conduisant les eaux de la source Gaalor est accidentellement percé puis rebouché avec du béton par erreur[16],[17],[18]. En , le sinistre du sous-sol de la rue Verte prend de l’ampleur et une bataille juridique est engagée à la suite de l’apparition de fissures sur la façade de l’Hôtel de Dieppe[19]. Fermée à la circulation depuis l’incident, la rue Verte est à nouveau ouverte en 2019[17].

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs. Maison bourgeoise à la façade finement ouvragée. Ciel dégagé.
Le no 29 de la rue Verte, en 2018.

Au no 29, face à la gare de Rouen-Rive-Droite, se situe la « maison Marrou » du nom de son concepteur et occupant Ferdinand Marrou[20],[21],[22]. Arrivé à Rouen en 1884, ce dernier conçoit lui même l’esthétique de la façade de cette maison bourgeoise[23],[21],[24]. Marrou y mêle des éléments se référant au XVIIIe siècle à d’autres, contemporains, de style art nouveau[23],[25],[26]. L’emplacement est idéal pour l’artisan ferronnier qui profite ainsi de l’affluence de voyageurs de la gare de Rouen pour mettre en avant son savoir-faire[22]. Le bâtiment devient à partir de 1984 le Centre de documentation du patrimoine de la Direction régionale des Affaires culturelles de Haute-Normandie[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le début de la rue Verte a pour coordonnées 49° 26′ 52″ N, 1° 05′ 38″ E.
  2. La fin de la rue Verte a pour coordonnées 49° 27′ 24″ N, 1° 05′ 43″ E.
  3. La rue Verte, et celles qui la joignent, ont pour coordonnées 49° 27′ 09″ N, 1° 05′ 36″ E.
  4. Parfois simplement appelée « gare rue Verte »[5].
  5. Ce bâtiment est probablement un des plus anciens de ce quartier. Isolé autrefois parmi les vergers et les prairies, il fut la cause d'un assez long procès, au XVIIIe siècle, entre les églises Saint-Gervais et Saint-Godard, celles-ci ne parvenant pas à s’entendre sur la démarcation de leur paroisse respective[11].
  6. Au total, 285 points de chute sont relevés à Rouen[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grégory Vacher (dir. publication), « Annuaire mairie : Les rues de Rouen » (site distinct de l'administration), sur www.annuaire-mairie.fr, Saint-Chamond, Advercity, 2004-2022 (consulté le ), col. 4.
  2. Insee, « Rouen. Plan d'assemblage [des] grands quartiers : IRIS/44. Voies routières. Voies ferrées. Voies fluviales. Grands quartiers », carte Iris no 0502 (quartier Gare SNCF), sur docplayer.net, (consulté le ), vue 26/44.
  3. Bénédicte Guillot (préf. Luc Liogier), Journées archéologiques de Haute-Normandie : Rouen, 24-26 mai 2013, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, , 228 p. (ISBN 9791024001487, ISSN 2272-9801, lire en ligne), « Rouen (Seine-Maritime), rue Verte, rue Pouchet, premiers résultats de la fouille du « heurt du Chastel » (XVIe siècle) », p. 199.
  4. « Amélioration de la Basse-Seine », Journal de Rouen, Rouen, no 544,‎ , p. 2 (ISSN 2430-8242, BNF 44432236, lire en ligne).
  5. a et b Pierre Deyon, « Rouen », Revue d'Histoire du XIXe siècle - 1848, vol. 19, no 1,‎ , p. 151 (lire en ligne, consulté le ).
  6. Isabelle Renault, À la découverte de Rouen, Paris, Éditions du Panthéon, , 288 p., 21 cm (ISBN 9782754749060, BNF 46630960).
  7. « Inauguration du chemin de fer de Rouen au Havre », Journal de Rouen, Rouen, no 80,‎ , p. 1 (ISSN 2430-8242, BNF 44432236, lire en ligne).
  8. Jean-Pierre Chaline, « Le quartier Saint-André jusqu'en 1914 », Études Normandes, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, vol. 59, no 2,‎ , p. 29 (ISBN 9780733426094, DOI 10.3406/etnor.2010.1805, lire en ligne, consulté le ).
  9. « Chronique locale », Journal de Rouen, Rouen, no 58,‎ , p. 1 (ISSN 2430-8242, BNF 44432236, lire en ligne).
  10. a et b « Rouen : Conseil général de la Seine-Inférieure », Journal de Rouen, Rouen, no 242,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  11. a et b « Aux pays normands : Nouvelles de la semaine », Les Gars normands de Paris, de la Duché & de partout, Paris, vol. 13, no 12,‎ , p. 2 (ISSN 2128-4865, BNF 32779787, lire en ligne).
  12. a et b Gontran Pailhès (préf. Pierre Varenne), Rouen et sa région pendant la guerre 1939-1945, Luneray, Édition Bertout, coll. « La mémoire normande », (1re éd. 1949), 309 p., 21 cm (ISBN 2-86743-180-8, BNF 35609924), « Mil neuf cent quarante-quatre ».
  13. Françoise Guégot (dir.), « Pose de la 1re pierre du Lycée REY à Bois-Guillaume », sur francoiseguegot.fr, Françoise Guégot, (consulté le ).
  14. a et b Baudouin Eschapasse, « Les biens de Dieu : Inventaire. L'emprise de l'Eglise décline », sur lepoint.fr, Le Point, Paris, (ISSN 0242-6005, e-ISSN 2271-0744, consulté le ).
  15. Benoit Leclerc (dir.), « Rouen : Les anciens locaux de l’Institution Rey ont disparu », sur tendanceouest.com, Tendance Ouest, Saint-Lô, (consulté le ).
  16. [vidéo] Richard Plumet, « Rouen : inquiétude devant la gare après l’apparition de fissures sur la façade de l’Hôtel de Dieppe », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Normandie, (consulté le ).
  17. a et b Simon Louvet, « Après sept ans de fermeture, la rue Verte va rouvrir à Rouen : « Ce sera du provisoire définitif » », sur actu.fr, Actu.fr, Rennes, (consulté le ).
  18. [vidéo] CD, « Rouen : source Gaalor, la galère des riverains », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Normandie, Rouen, (consulté le ).
  19. Richard Plumet, « Rouen : la colère des riverains du chantier Bouygues de la rue Verte », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Normandie, Rouen, (consulté le ).
  20. [vidéo] Manon Loubet, « Entrez dans les coulisses de la pittoresque maison Marrou, près de la gare de Rouen », sur actu.fr, Actu.fr, Rennes, (consulté le ).
  21. a et b Jérôme Decoux, « Une copie originale : la création architecturale médiévale rouennaise à la fin du XIXe siècle », Études Normandes, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, vol. 62, no 2,‎ , p. 7-8 (ISBN 9780733426094, DOI 10.3406/etnor.2013.1892, lire en ligne, consulté le ).
  22. a b et c Marie-Hélène Lemoine et Emmanuel Luis, « Les centres de documentation du patrimoine des Directions régionales des Affaires culturelles en Normandie », Études Normandes, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, vol. 50, no 1,‎ , p. 70–73 (ISBN 9780733426094, DOI 10.3406/etnor.2001.3271, lire en ligne, consulté le ).
  23. a et b Loïc Vadelorge (préf. Jean-Pierre Chaline), Rouen sous la IIIe République : politiques et pratiques culturelles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 449 p. (ISBN 978-2-7535-2581-8 et 2-7535-2581-1, EAN 9782753500358, OCLC 643937442, DOI 10.4000/books.pur.10987, lire en ligne), partie I, chap. 3 (« Les autres modes de prise en charge de la culture : la culture comme enjeu économique »), p. 171-172.
  24. Catulle Blée, « L’exposition de M. F. Marrou », Journal de l'Exposition nationale & coloniale de Rouen et moniteur des exposants, Rouen,‎ , p. 4 (ISSN 2608-659X, BNF 32797734, lire en ligne).
  25. 29, rue Verte sur Google Street View.
  26. Georges Dubosc, « La maison d’un artiste », Journal de Rouen, no 300,‎ , p. 2-3 (ISSN 2430-8242, BNF 44432236, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen : revue de ses monuments et de ses établissements publics (reprod. en fac-sim. de l'éd. A. Le Brument, 1870), Brionne, Impr. le Portulan, (réimpr. 1876), XXXI-693 p., 21 cm (OCLC 800255).

Articles connexes[modifier | modifier le code]