Place du Jeu de Balle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Place du Jeu de Balle
Image illustrative de l’article Place du Jeu de Balle
Fin de marché sur la Place du Jeu de Balle. Église de l'Immaculée Conception à l'arrière-plan
Situation
Coordonnées 50° 50′ 13″ nord, 4° 20′ 44″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Ville Bruxelles
Quartier(s) Marolles
Morphologie
Type Place
Forme Rectangulaire
Histoire
Création 1853
Monuments Église de l'Immaculée-Conception, ancienne caserne des pompiers

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Place du Jeu de Balle

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Place du Jeu de Balle

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Place du Jeu de Balle

La place du Jeu de Balle (en néerlandais : Vossenplein) est une place de Bruxelles située en plein cœur du quartier des Marolles. Chaque matin s'y tient un marché aux puces célèbre, jumelé, comme l'indique une plaque bilingue (français et dialecte bruxellois) en tôle émaillée sur une façade de la rue Blaes longeant la place, avec celui de Saint-Ouen[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La place du Jeu de Balle, connue sous le nom de « vieux marché », a été tracée en 1853 (1859 selon une autre source[2]), en même temps que la rue Blaes. Comme son nom l'indique, les édiles communaux la destinaient à la pratique du jeu de balle pelote, fort prisé à Bruxelles au XIXe siècle. Son nom néerlandais actuel, « Vossenplein », rappelle qu'elle fut aménagée sur l'emplacement d'une usine de locomotives, « La société du Renard ». Le peintre Antoine Wiertz, connu pour ses tableaux de grande dimension, réalisa quelques-unes de ses œuvres les plus monumentales dans ses hangars.

L'espace laissé libre par la démolition de l'usine fut divisé entre la place du jeu de balle et la caserne des pompiers tandis qu'une partie des caves de l'ancienne usine fut conservée, sous la place. Ces souterrains servirent d'abri et d'hôpital de campagne pendant les deux guerres mondiales ; un abri anti-aérien en béton fut réalisé dans ces souterrains[2].

Le marché aux puces[modifier | modifier le code]

En 1873, le conseil communal décida d'y transférer le « marché aux vieilleries et nippes[3] » couramment appelé par la suite le marché aux puces (« den â met », en dialecte bruxellois, en français "le vieux marché"), qui occupait alors la place Anneessens et, selon les termes d'un conseiller communal, nuisait considérablement à l'aspect des nouveaux boulevards centraux. Le marché aux puces se déroule tous les jours de 6 heures à 14 heures. Ce marché était, à l'origine, ouvert à tout le monde. De nos jours, il faut être un marchand ambulant et être inscrit auprès de la ville de Bruxelles pour pouvoir y participer en tant que "marchand abonné" ou " marchand volant".

Édifices notables[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale de l'Immaculée Conception est un bâtiment de style néo-roman, construit de 1854 à 1862, et qui faisait jadis partie du couvent des Capucins. Son carillon sonne les quarts d'heure.
  • L'ancienne caserne État-major des pompiers de Bruxelles en style éclectique, fut construite en 1859-60 par l'architecte Joseph Poelaert. Désaffectée en 1982 lors du déménagement de l’État-major des pompiers à l'avenue de l'Héliport, l'ancienne caserne abrite maintenant des appartements, des galeries d'art, et des magasins, tandis que son ancien portique d'entrée a été réaménagé en café.
  • Un abri anti-aérien en béton datant de la Seconde Guerre mondiale se trouve sous la place ; ses entrées furent murées en 1945[2].

Événements et folklore[modifier | modifier le code]

  • Chaque année, le 20 juillet, la veille de la fête nationale, s'y tient le Bal National[4].et le 21 juillet on peut y partager et fêter le Resto National

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • Cette place est reconnue dans le monde entier grâce à Tintin : c’est en effet ici qu’il achète la maquette du bateau de la Licorne.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.google.be/maps/@50.8373557,4.3468112,3a,15y,162.15h,91.4t/data=!3m6!1e1!3m4!1sNLNU7yRNzV8vFjje-CDJPw!2e0!7i13312!8i6656?hl=en
  2. a b et c « UNE LONGUE ET SOUTERRAINE HISTOIRE... », sur Le Soir (consulté le 2 juin 2019)
  3. Pour reprendre l'expression utilisée lors du débat au conseil communal de Bruxelles.
  4. « Bal National - Le plus grand bal populaire de Belgique, une fête pour tous ! », sur balnational.be (consulté le 4 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]