Place Saint-Marc (Rouen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Place Saint-Marc
Image illustrative de l’article Place Saint-Marc (Rouen)
Halle couvrant la partie nord-ouest de la place Saint-Marc.
Situation
Coordonnées 49° 26′ 20″ nord, 1° 06′ 04″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Quartier(s) Place Saint-Marc
Début Rue Armand-Carrel
Fin Rue Alsace-Lorraine
Morphologie
Type Place
Forme Rectangulaire
Géolocalisation sur la carte : Haute-Normandie
(Voir situation sur carte : Haute-Normandie)
Place Saint-Marc
Géolocalisation sur la carte : Rouen
(Voir situation sur carte : Rouen)
Place Saint-Marc

La place Saint-Marc est une place de la commune française de Rouen.


Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle est située dans le quartier Saint-Marc – Croix de Pierre – Saint-Nicaise.

La place est desservie par le TEOR.

On y trouve un parking souterrain d'une capacité de 531 places[1] ainsi qu'une station Cy'clic.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de la place fait référence à la chapelle Saint-Marc où s'installèrent les Cordeliers en 1228.

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom est pris d'une chapelle où se sont installés les Cordeliers en 1228, avant d'être transférés en 1255 dans l'église Saint-Clément. La chapelle Saint-Marc, proche de l'Aubette, est incendiée avant 1342 et réédifiée en 1435. Le clos Saint-Marc[2] faisait partie du fief des seigneurs des Tot, qui avaient le droit d'y faire tenir un marché.

En 1520, le Pré de la Bataille et le clos Saint-Marc sont tous les deux pressentis pour accueillir un hôpital[3]. En effet, les linges des pestiférés, comme ceux des autres malades, sont transportés au quai du Pré de la Bataille, où l'Hôtel-Dieu possède une lavanderie[4].

En 1794, durant la Révolution française, le clos Saint-Marc est appelé le clos des Volontaires.

Vue panoramique de la place Saint-Marc.

Pensée dès 1810, les plans de la place sont approuvés par ordonnance du , à l'emplacement du grand et du petit clos Saint-Marc. Dans un quartier misérable, le terrain a été déblayé et transformé en une place plantée d'arbres et garnie de fontaines, qui accueille le marché à partir de 1837. En 1846, des petites halles sont construites pour abriter les marchands. La place est reliée aux quais par l'ouverture de la rue Armand-Carrel en 1844[5], dont les travaux ont également commencé en 1832[6].

Les halles sont détruites par un incendie le [7].

Le peintre Michel Frechon y a habité au no 22 à partir de 1935.

En 1968 y fut construite la salle Lionel-Terray destinée à accueillir des rencontres sportives. Ce bâtiment a été démoli en 1990 à la faveur de la restructuration de la place et remplacé par une nouvelle halle.

La place est renommée pour son vaste marché, en particulier celui du dimanche qui réunit commerçants de bouche et brocanteurs. On y trouve également un centre commercial (Intermarché). Des concerts s'y déroulent lors de la Fête de la musique ou des Terrasses du jeudi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Parking Saint-Marc »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de Vinci Park.
  2. Cité dans un acte de tabellionage de 1396.
  3. Marc Boulanger, La peste à Rouen et les hôpitaux chargés de la combattre, [Rouen], Amis des monuments rouennais, coll. « Connaître Rouen » (no 7), , 35 p., 25 cm (ISBN 978-2-8674-3123-4), L'Hôtel-Dieu du Lieu de Santé, « Le choix d'un nouvel emplacement », p. 23.
  4. Gustave Panel (introduction), Le Lieu de Santé de Rouen (titre original : Récit de ce qui s'est passé en l'establissement des hospitaux de saint Louis et de S. Roch de la ville de Roüen, pour les malades et convalescents de la peste, avec la description particulière et la figure de tous les bastimens commencés en l'année 1654), imprimerie L. Gy (réimpr. 1905), LXXV-28 p., In-8° (notice BnF no FRBNF33459553), « Introduction », p. X.
  5. Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen, revue de ses monuments et de ses établissements publics, Le Brument, Rouen, 1870 ; Gérard Monfort, Saint-Pierre-de-Salerne, p. 575-576.
  6. Achille Lefort, Histoire de Rouen, Rouen, Éditions du Bastion, (1re éd. 1884), 198 pages p., « Principaux faits de l'Histoire de Rouen au XIXème siècle », p. 193.
  7. « Violent incendie aux Halles de la place Saint-Marc », Journal de Rouen, 10 août 1920.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]