Boulevard des Belges (Rouen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulevard des Belges.

Boulevard des Belges
Situation
Coordonnées 49° 26′ 37″ nord, 1° 05′ 06″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Ville Rouen, Seine-Maritime
Commençant Quai du Havre
Aboutissant Place Cauchoise
Morphologie
Type Boulevard
Histoire
Anciens noms Boulevard Cauchoise (jusqu'en 1914)

Géolocalisation sur la carte : Normandie

(Voir situation sur carte : Normandie)
Boulevard des Belges

Géolocalisation sur la carte : Rouen

(Voir situation sur carte : Rouen)
Boulevard des Belges

Le boulevard des Belges (anciennement faubourg cauchoise) est une des principales artères de Rouen.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Il est situé rive droite, dans le prolongement du pont Guillaume-le-Conquérant. Avec les boulevards de l'Yser, de la Marne et de Verdun (tous faisant référence à la Première Guerre mondiale), il permet de desservir le Vieux Rouen.

Rues adjacentes

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Il porte ce nom en hommage de l'attitude de la nation belge au début de la Première Guerre mondiale[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Autrefois s'y trouvaient la Préfecture de Seine-Inférieure, les Archives départementales ainsi qu'un bureau de poste.

Le boulevard fut anciennement appelé « boulevard du Vieux-Palais », puis « boulevard Cauchoise », puis renommé « boulevard des Belges » le 16 octobre 1914 par le conseil municipal[1].

On y trouve aujourd'hui le siège des Affiches de Normandie (no 86-94). La radio France Bleu Haute-Normandie s'y trouvait au no 45 jusqu'en novembre 2010.

Le 4 mars 2010, un incendie détruit les combles d'un immeuble (no 72) à l'angle de la rue de Crosne.

Le boulevard des Belges est connu des Rouennais pour être le quartier de la prostitution depuis des décennies.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Journal de Rouen, 18 octobre 1914

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvon Pailhès, Rouen : un passé toujours présent… : rues, monuments, jardins, personnages, Luneray, Bertout, , 285 p. (ISBN 978-2-86743-219-4, OCLC 466680895), p. 142-143
  • Jean-Pierre Chaline, « Boulevard des Belges : images d'un massacre », dans Bulletin des Amis des monuments rouennais, octobre 1999-septembre 2000
  • Olivier Chaline (dir.), Les Hôtels particuliers de Rouen, Rouen, Société des Amis des monuments rouennais, , 224 p. (ISBN 978-2-9509804-9-6, OCLC 469254974), p. 118-120
  • Patrice Quéréel (préf. Patrice Pusateri et Michel Nouvellon), XXe un siècle d'architectures à Rouen, Rouen, ASI, , 157 p. (ISBN 978-2-912461-03-2), p. 38-39
    Sur l'immeuble mauresque.
  • Patrice Quéréel (préf. Patrice Pusateri et Michel Nouvellon), XXe un siècle d'architectures à Rouen, Rouen, ASI, , 157 p. (ISBN 978-2-912461-03-2), p. 138-139
    Sur l'extension du Rectorat.