Place de la Verrerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Place de la Verrerie
Situation
Coordonnées 49° 25′ 53″ nord, 1° 04′ 59″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Morphologie
Type Place

La place de la Verrerie est une voie publique de la commune de Rouen.

Description[modifier | modifier le code]

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La place de la Verrerie est située dans le quartier Saint-Sever à Rouen[1]. Elle constitue un accès au centre commercial Saint-Sever. Elle est connectée à l'avenue de Bretagne.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La place porte la mémoire de l'industrie de la verrerie[Note 1],[2] implantée en 1598[3], avec l'objectif de concurrencer l'offre vénitienne et de relancer le commerce à Rouen après les guerres de religion[4],[Note 2].

L'industrie est repérée sur le plan de Jacques Gomboust de 1655 par le terme verrie, au sud du pré aux Anglois (de nos jours rue de la Pie aux Anglais)[4].

Alors que l'industrie verrière de la région parisienne se développe entre 1515 et 1665[5], vient le tour de Nevers[6] et Rouen, création de citoyens venus de Mantoue, suivis en 1605 d'un Aixois qui reçoit un privilège étendu à tout le ressort du parlement de Normandie[7]. Les expériences dites de Rouen de 1646-1647 sur le vide menées par Blaise Pascal (dont une rue du quartier Saint-Sever n'est pas éloignée de la place de la Verrerie), si elles sont contestées[8], mettent à l'honneur la réputation de la verrerie rouennaise. Le privilège du métier de verrier est si attractif qu'Antoine Girard († 1624), père du poète Marc-Antoine Girard de Saint-Amant, y investira[9]. Le fils, quant à lui, dut y renoncer par arrêt du Parlement.

La « manufacture royale de cristaux » perdure sous ce nom jusqu'à la mort de son propriétaire en 1739[10]. Les fours brûlent encore jusqu'en 1768[11].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par verrerie, il faut entendre la fabrication de pièces en cristal, et non celle de verre plat dont les corporations de métiers sont spécialisées.
  2. 1598 est l'année de la révocation de l'édit de Nantes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grégory Vacher (dir. publication), « Annuaire mairie : Les rues de Rouen » (site distinct de l'administration), sur www.annuaire-mairie.fr, Saint-Chamond, Advercity, 2004-2021 (consulté le ), col. 4.
  2. Notice sur la verrerie de Rouen et la fabrication du cristal en cette ville au commencement du XVIIe siècle (de 1598 à 1664), Alfred de Girancourt, 1867.
  3. L'aventure de la verrerie Saint Sever à Rouen, parisnormandie.fr, 17 septembre 2019.
  4. a et b Mazauric 2001.
  5. Le Développement de l'industrie verrière dans la région parisienne de 1515 à 1665, Paul Bondois (1850-1921), Revue d'histoire économique et sociale, vol. 23, no 1, Armand Colin, 1936, pp. 49–72.
  6. La verrerie et les Gentilshommes verriers de Nevers, 1885.
  7. Mazauric 2001 — citant le travail d'Alfred de Girancourt
  8. Cet effrayant petit livret… Expériences nouvelles touchant le vide de Blaise Pascal, Kimiyo Koyanagi, In : Les Pascal à Rouen, 1640-1648, Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001 (ISBN 9791024010946).
  9. Un Académicien du XVIIe siècle Saint-Amant Son Temps Sa Vie, Ses Poésies 1594-1661, Paul Durand-Lapie (1845-1902), p. 96.
  10. Le Vaillant de la Fieffe, op. cit., p. 791.
  11. Claude Mazauric, op. cit., § 19.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Onésime Jean Le Vaillant de la Fieffe, Les verreries de la Normandie : Les gentilshommes et artistes verriers normands, C. Lanctin, , 553 p. (lire en ligne)
  • Claude Mazauric, « Note sur la verrerie de Saint-Sever au temps d'Étienne Pascal », dans Les Pascal à Rouen, 1640-1648, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, (ISBN 9791024010946, lire en ligne), .

Articles connexes[modifier | modifier le code]