Rue Stanislas-Girardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rue Stanislas-Girardin
Image illustrative de l’article Rue Stanislas-Girardin
Vue d'une partie de la rue.
Situation
Coordonnées 49° 26′ 47″ nord, 1° 04′ 59″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Quartier(s) Pasteur
Début Rue du Renard
Fin Boulevard des Belges
Morphologie
Type Rue
Longueur 1 200 m
Histoire
Création 1823
Anciens noms Rue de la Corderie
Rue Caroline

La rue Stanislas-Girardin est une voie publique du quartier Pasteur-Madeleine de la partie ouest de la commune française de Rouen. Son nom témoigne le souvenir d'un magistrat local.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Longue de 1 200 mètres, elle est située rive droite, elle a pour tenant la rue du Renard et pour aboutissant le boulevard des Belges. Cette voie est en sens unique d'est en ouest, jusqu'au croisement avec la rue du Framboisier.

Rues adjacentes

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle tient sa dénomination de Louis Stanislas de Girardin (1762-1827), préfet de la Seine-Inférieure (1812-1815), député de la Seine-Inférieure (1829-1827) et général de l'armée française.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue a été ouverte en 1823 à l'emplacement de l'ancienne « rue de la Corderie », que l'on voit sur le plan de 1813[1] avant de prendre, sous la Seconde Restauration le nom de « rue Caroline »[2], avant de prendre sa dénomination actuelle par décision municipale du [3],[4]. À la suite d'une délibération du conseil municipal du , la rue est prolongée à son extrémité ouest, auparavant marquée par son intersection avec la rue de Lecat, jusqu'à la rue du Renard. À cette époque, elle croise la rue du Pré-de-la-Bataille[5].

Le no 50 a servi d'hôpital militaire (hôpital Saint-Georges) pendant la Première Guerre mondiale.

Elle est endommagée par des bombardements le [6], le 2 juin[7] et le [8].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. L'ancienne rue de la Corderie
  2. Nommée le en hommage à la duchesse de Berry en visite à Rouen.
  3. Journal de Rouen, 5 janvier 1831, p. 1.
  4. « Rouen, 28 avril », Journal de Rouen : et du département de la Seine-Inférieure, Rouen, imp. J. Duval, no 118,‎ , p. 1 col. 3 (ISSN 2430-8242, e-ISSN 2505-1911, BNF 44432236, lire en ligne [jpg], consulté le ).
  5. « Prolongement des rues Stanislas-Girardin et du Pré-de-la-Bataille », Journal de Rouen : et du département de la Seine-Inférieure, Rouen, imp. D. Brière, no 270,‎ , p. 1 col. 4 (ISSN 2430-8242, e-ISSN 2505-1911, BNF 44432236, lire en ligne [jpg], consulté le ).
  6. Annuaire de Rouen et de son agglomération : 1963, Rouen, , 1418 p., p. 1398
  7. Gontran Pailhès et Yvon Pailhès (avant-propos) (préf. Pierre Varenne), Rouen et sa région pendant la guerre 1939-1945 (reprod. en fac-sim. éd. H. Defontaine, 1949), [Luneray], Éditions Bertout, , 309 p., 21 cm (ISBN 2-8674-3180-8, lire en ligne), « Juin 1944 », p. 216.
  8. Gontran Pailhès et Yvon Pailhès (avant-propos) (préf. Pierre Varenne), Rouen et sa région pendant la guerre 1939-1945 (reprod. en fac-sim. éd. H. Defontaine, 1949), [Luneray], Éditions Bertout, , 309 p., 21 cm (ISBN 2-8674-3180-8, lire en ligne), « Août 1944 », p. 245.
  9. Notice no PA00100862, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Guy Pessiot, Rouen photos inédites, t. 2, Rouen, éditions des Falaises, , 289 p. (ISBN 978-2-84811-253-4), p. 28-29

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]