Endive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cichorium intybus var. foliosum • Chicon, chicorée de Bruxelles, chicorée witloof

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chicon (homonymie) et Endive (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Chicorée endive.

L’endive (Cichorium intybus var. foliosum L.[3]) est le nom commun de la chicorée de Bruxelles ou chicorée Witloof, appelée aussi chicon dans le Nord de la France, au Luxembourg et en Belgique. C'est une variété de chicorée amère (Cichorium intybus), plante bisannuelle de la famille des Astéracées.

Cette chicorée est toutefois usuellement cultivée comme une plante annuelle pour ses « chicons », pousses blanchies obtenues par forçage et consommées comme légumes crus ou cuits.

Contrairement à ce que son nom usuel pourrait laisser croire, cette salade n'est pas une variété issue de l'« endive vraie » des botanistes, une espèce voisine nommée Cichorium endivia L. qui donne les salades scaroles et frisées[4].

Terminologie[modifier | modifier le code]

  • Nom scientifique valide : Cichorium intybus var. foliosum L[3],[5].
  • Nom vulgaire (vulgarisation scientifique), accepté, recommandé ou typique en français : chicorée de Bruxelles[6],[7],[8] ou chicorée de Belgique[6], witloof[6],[8] (nom d'origine néerlandaise, « feuille blanche ») ou encore Barbe de capucin[6].
  • Noms vernaculaires (langage courant), pouvant désigner éventuellement d'autres espèces : cette variété cultivée est très fréquemment appelée endive[9],[8],[10], mais son usage en botanique est à éviter à cause des confusions possibles avec Cichorium endivia[6]. Le mot endive est ensuite passé du français à l'anglais et au japonais. Cette salade est aussi appelée chicon en Belgique et dans le nord de la France, cependant, dans l'ouest de la France, le terme « chicon » désigne parfois la laitue romaine[11],[12],[13]. On nomme aussi cette plante chicorée à grosse racine de Bruxelles[7] ou encore chicorée Witloof[6],[7],[8].

Le terme witloof a été introduit lorsque les producteurs flamands sont devenus les plus grands exportateurs de ce produit.[réf. nécessaire]

Historique[modifier | modifier le code]

Les feuilles vertes de chicorée sauvage ont été récoltées et consommées depuis très longtemps. Vers 1610-1615, les feuilles étiolées sont signalées comme excellentes en salades dans le Théâtre des plans et jardinages[14].

Dans son Dictionnaire universel d’agriculture et de jardinage, de fauconnerie, chasse, pêche, cuisine et manège, de 1751, La Chesnaye mentionne une méthode particulière de culture de la barbe-de-capucin (chicorée sauvage) inspirée de la culture du champignon en France. Dans des caves sombres, les racines sont recouvertes de trente centimètres de fumier et, après vingt-cinq jours, des feuilles blanches apparaissent.

La barbe de capucin, plus amère encore que l'endive, est encore cultivée de nos jours dans la banlieue lilloise. Sa culture, au contraire de l'endive, est restée à 100 % traditionnelle.

L'endive est un des légumes les plus récents.

La légende veut qu'elle fût « inventé » vers 1830 dans la vallée Josaphat à Schaerbeek. On l’attribue parfois à un paysan qui aurait voulu dissimuler sa récolte dans une cave obscure pour éviter l'impôt.

Vers 1850 ce fut le jardinier en chef du jardin botanique de Bruxelles, Franciscus Bresiers, qui en systématisa le forçage en cultivant la racine de chicorée l’hiver, à l’abri de la lumière et du gel[15].

La Rue du « Witloof » à Haren, au nord-est de Bruxelles.

Des feuilles blanches se développent alors, qui justifient son nom flamand de witloof (feuille blanche). Ce secret de fabrication se répand dans la banlieue de Bruxelles où il reste localisé pendant près de 20 ans[16].

En 1873, Henri de Vilmorin la rapporta de l'Exposition internationale d'horticulture de Gand et la présenta à la Société nationale d'horticulture de France en 1875. Le premier cageot fut vendu aux halles de Paris en 1879 sous le nom d'« endive de Bruxelles ». Ce succès atteint alors les pays voisins surtout après la Seconde Guerre mondiale.

Un type de cette espèce, très renommé dans la région, est le chicon de Saint-Symphorien, village de l'entité de Mons, qui donne son surnom aux habitants et à son équipe de football : les chiconniers.

Consommée crue ou cuite, en salade ou en légume, voire en potage, cette plante connaît aujourd’hui une renommée mondiale.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une espèce allogame bisannuelle ayant une bonne résistance au froid.

Comme les chicorées sauvages, c'est une plante herbacée robuste, plus ou moins pubescente. Les inflorescences sont des capitules formés de fleurs bleues. Les fruits (akènes) sont surmontés d'une couronne de poils écailleux très courts. La racine est pivotante, riche en inuline.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Variétés[modifier | modifier le code]

Endive prête à être consommée.

Plus de soixante-cinq variétés de chicorée witloof (endive) sont inscrites au Catalogue européen des espèces et variétés. Parmi celles-ci, plus de trente-cinq sont inscrites au Catalogue officiel français[17]. Presque toutes ces variétés d'endives sont des hybrides F1, à l’exception en France de la variété « Normale » inscrite sur la liste SVI (auparavant liste des anciennes variétés pour amateurs).

Quelques variétés cultivées :

  • anciennes : Normale ;
  • hybrides blanches : Alliance, Baccara, Flash, Flexine, Jocker, Native, Podium, Takine, Zoom, etc.
  • hybrides rouges : Abellis, Festive, Selkis

La variété ancienne Barbe de capucin, ancêtre de l'endive, est classée comme chicorée à larges feuilles ainsi que la variété « Pain de sucre » et les autres chicorées (intybus) italiennes non hybride telles que « Rossa italia », « Rouge de vérone », etc.

Culture[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Cultivée avant l'endive, la « Barbe de capucin » est une salade de chicorée étiolée pour en atténuer l'amertume.

L'endive est une culture contraignante du fait des différentes opérations: semis, culture, récolte, puis habillage de la racine et forçage[18]. Elle demande un sol riche et humifère, une exposition ensoleillée.

La conduite se déroule en deux temps :

  • le semis au printemps, donne une plante à grosse racine et longues feuilles vertes. Ces racines sont récoltées à l’automne et stockées pendant l’hiver.
  • en méthode traditionnelle, les racines sont ensuite mises à forcer en couche, en terre. Pour avoir des endives plus tôt les producteurs peuvent les recouvrir avec des bâches micro-poreuses afin de réchauffer la terre et d'éviter les risques de gel.
  • en production importante actuellement sont cultivées dans des bacs en salle obscure. Cela permet en trois semaines, à une température d’environ 20 °C, d'obtenir un bourgeon, blanc crème à jaune pâle, à feuilles bien serrées. L'endive ainsi produite en salle n’est pas lavée après récolte, car elle n’est pas en contact avec la terre.

En culture de pleine terre, les ravageurs les plus courants sont la mouche de l'endive et les vers gris qui rongent la racine et le cœur des plantes.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

L'endive est essentiellement destinée au marché de frais[19].

Les endives cultivées en couche ou en sable se jouent des hausses et baisses hivernales du thermomètre. Grâce à l'amélioration des techniques de conservation, elle est commercialisée tout au long de l'année.

On ne rencontre plus les endives amères d’autrefois, les progrès considérables effectués ces dernières années en matière de sélection de variétés et les tests de maturité réalisés avant la récolte ayant permis d’éliminer en grande partie cette amertume. Toutefois certains regrettent aujourd'hui leur amertume.

À partir de 1960, la France est devenue premier producteur mondial devant la Belgique et les Pays-Bas.

Conservation[modifier | modifier le code]

Les endives se conservent plusieurs jours au frais dans le bac à légumes du réfrigérateur ou à la cave dans un sac plastique. Le maintien à l’obscurité est important, car il évite l’apparition de zones vertes, amères, sous l’effet de la lumière. Dans ce but, le légume est souvent vendu emballé dans un papier bleu foncé.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Dans beaucoup de recettes, on conseille d’atténuer l’amertume de l'endive par un évidement conique à sa base ou par l’adjonction de sucre[20],[15]. Les puristes ne semblent pas d'accord avec ce conseil. Ils assurent que c’est précisément cette amertume qui fait tout l’intérêt de l'endive. En fait, les récepteurs des saveurs primaires qui composent le goût ne sont pas les mêmes pour le sucré et l'amertume.

Parmi les recettes à base d'endives, on trouve le faisan à la brabançonne et surtout les populaires chicons au gratin connus en France sous le nom d’endives à la béchamel.

Ce légume se prête à de multiples variations culinaires, dans des salades composées avec mâche, frisée, cerneaux de noix et fromage bleu, dés de pomme, de nèfle, de jujube ou de chair d’avocat, olives, jambon, cubes de gruyère, betterave, etc., cuit à la vapeur ou à l’étouffée, pour accompagner plats de viande ou de poisson, ou enrobé d’une tranche de jambon, nappé d’une sauce légère (au lait, au vin blanc) et d’un peu de fromage (gruyère râpé, reblochon) ou encore braisé à la poêle accompagné d'un filet d'huile d'olive ou d'une fine tranche de lard fumé.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le calendrier républicain, l'endive était le nom attribué au 14e jour du mois de brumaire[21].
  • En 2020, sera inauguré un nouveau quartier de Bruxelles sur l’ancien site industriel Tour et Taxis. Vingt-huit nouvelles voies vont être baptisées (d’après 1397 propositions) dont le « passage du Chicon »[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tropicos, consulté le 15 novembre 2018
  2. GRIN, consulté le 15 novembre 2018
  3. a et b GRIN, consulté le 27 mai 2014
  4. Régis Thomas Chicorée et endive sur le site du département de Biologie de l'ENS Lyon, publié en décembre 2009. Mise à jour, mars 2012. Consulté le 6 juin 2014.
  5. endive dans Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  6. a b c d e et f Ethnobotanique : Cichorium intybus var. foliosum sur Téla Botanica, le réseau des botanistes francophones.
  7. a b et c Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  8. a b c et d Voir endive, définition donnée par le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.
  9. Définitions lexicographiques et étymologiques de « endive » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  10. Voir ce nom commun sur le site idRef
  11. Définitions lexicographiques et étymologiques de « chicon » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  12. Définition de chicon, dans le Dictionnaire de la langue française d'Émile Littré, consulter la version en ligne
  13. chicon dans Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  14. Claire Doré et F. Varoquaux, Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées, pages 207, Éditions Quae, 2006 ( (ISBN 2738012159), 9782738012159)
  15. a et b « À toutes saveurs : l'amertume et le velouté de l'endive », émission radiophonique de Laurent Mariotte du 23 novembre 2013, sur le site de France Info.
  16. Michel Chauvet, Encyclopédie des plantes alimentaires, Belin, , 878 p. (ISBN 978-2-7011-5971-3), « Composées »
  17. Catalogue français des espèces et variétés , sur le site du GNIS
  18. Culture de l'endive sur Lefigaro.fr
  19. Claire Doré et F. Varoquaux, Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées, pages 208, INRA, Éditions Quae, 2006 ( (ISBN 2738012159))
  20. Vos trucs : les légumes, sur le site cuisine.journaldesfemmes.com
  21. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 20.
  22. « Bruxelles : voici les noms des nouvelles rues de Tour et Taxis », RTBF.be.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]