Peillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peillac
La chapelle Saint-Julien.
La chapelle Saint-Julien.
Blason de Peillac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Guer
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Redon
Maire
Mandat
Philippe Jégou
2014-2020
Code postal 56220
Code commune 56154
Démographie
Gentilé Peillacois, Peillacoise
Population
municipale
1 863 hab. (2014)
Densité 77 hab./km2
Population
aire urbaine
52 758 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 51″ nord, 2° 13′ 05″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 82 m
Superficie 24,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Peillac

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Peillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peillac
Liens
Site web http://www.peillac.fr/

Peillac [pɛjak] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Peillac se trouve à l'est du Morbihan, à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Redon. La commune est située en Haute-Bretagne, la partie gallaise de la Bretagne.

Communes limitrophes de Peillac
Saint-Martin-sur-Oust Les Fougerêts Glénac
Saint-Gravé Peillac Saint-Vincent-sur-Oust
Malansac Saint-Jacut-les-Pins
Carte de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Peillac se trouve intégralement dans le bassin versant de la Vilaine.

L'Oust, principal affluent de la Vilaine, longe et constitue la frontière nord du territoire de la commune. L'Oust est canalisé et forme une partie du canal de Nantes à Brest.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

  • À la rentrée 2016, 18 élèves étaient scolarisés dans les filières bilingues publiques (soit 9,8% des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la Tabula ducatus britanniae gallis (XVIIe siècle), où l’on peut lire « Peillac » (en haut à gauche).

Attestée sous le nom de Poliac en 849, Puliac en 850, Poilac en 867, Pellac en 1371, Peillac en 1387, Peilac en 1494[2].

La prononciation gallèse du nom de la commune est Peilla[réf. nécessaire].

Son nom en breton est Paolieg[2].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Peillac (Morbihan).svg

Les armoiries de Peillac se blasonnent ainsi :

D’argent à trois merlettes de sable

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1908 1919 Pierre Nael   Agriculteur
1919 1921 Jean-Louis Jouvence    
1921 1951 Pierre Hallier   Propriétaire
1952 1971 Alfred Caudart   Menuisier
1971 1983 Louis Bléher   Médecin
1983 1989 Jean Plantard   Instituteur
1989 2014 Jean-Bernard Vighetti PS Conseiller économique et social de Bretagne
2014 en cours Philippe Jégou - Cadre des finances publiques
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 863 habitants, en augmentation de 1,91 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 764 1 737 1 698 1 790 1 935 1 853 1 916 2 006 1 963
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 898 1 903 1 952 1 856 1 965 1 980 1 998 1 996 2 007
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 044 2 002 2 047 1 859 1 849 1 763 1 756 1 754 1 662
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 599 1 536 1 620 1 736 1 694 1 649 1 812 1 849 1 863
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Julien vue de l'arrière

La commune ne compte aucun monument historique protégé mais plusieurs bâtiments sont inventoriés.

La chapelle Saint-Julien appelée aussi chapelle des Landes est située sur la rue du Bois du Plessis, elle date du XVIIIe siècle.

Le château du Bignon, construit en 1602[7].

L'écluse de Limur, la vingtième du canal de Nantes à Brest[8] et sa maison éclusière[9] construite entre 1838 et 1841.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :