Allaire (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allaire
Allaire (Morbihan)
L'église Saint-Gaudens.
Blason de Allaire
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Intercommunalité Redon Agglomération
Maire
Mandat
Jean-François Mary
2020-2026
Code postal 56350
Code commune 56001
Démographie
Gentilé Allairiens
Population
municipale
3 886 hab. (2019 en augmentation de 4,27 % par rapport à 2013)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 16″ nord, 2° 09′ 42″ ouest
Altitude Min. 1 m
Max. 88 m
Superficie 41,74 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Redon
(banlieue)
Aire d'attraction Redon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Guer
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allaire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allaire
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Allaire
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Allaire
Liens
Site web allaire.fr

Allaire [alɛʁ]Prononciation est une commune du département du Morbihan, en Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Allaire est située à neuf kilomètres à l'ouest de Redon (Ille-et-Vilaine) et dans le triangle Rennes (77 km) / Nantes (78 km) / Vannes (47 km)[1].

Les communes limitrophes sont Saint-Perreux, Saint-Jean-la-Poterie, Rieux, Saint-Dolay, Béganne, Saint-Gorgon et Saint-Jacut-les-Pins.

Selon le classement établi par l'Insee, Allaire est une commune urbaine, une des 4 communes de banlieue de l’unité urbaine de Redon, qui fait partie de l’aire urbaine de Redon et de l’espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Communes de la Loire-Atlantique).

C'est l’une des communes de la Communauté de communes du Pays de Redon (CCPR)[2] devenue Redon Agglomération en 2018.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est, en 2010, qualifié de « climat océanique franc », selon la typologie des climats en France définie en 2010 qui compte huit types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[3].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 11,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 826 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[6]. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Jacut-les-Pins », sur la commune de Saint-Jacut-les-Pins, qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[7], où la température moyenne annuelle est de 12 °C et la hauteur de précipitations de 896,5 mm pour la période 1981-2010[8],[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Allaire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Redon, une agglomération inter-régionale regroupant 6 communes[13] et 22 641 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Redon dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (30,5 %), zones agricoles hétérogènes (29,1 %), prairies (19,1 %), forêts (14,1 %), zones urbanisées (5,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,7 %), eaux continentales[Note 5] (0,4 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Alair en 878, Halaer au XIe siècle, Aler en 1387, Aloir en 1460 puis Allair en 1516 et Aller en 1654 avant de prendre sa forme définitive[20].

Le nom viendrait de Saint Hilaire, évêque de Poitiers et théologien du IVe siècle ou du latin altar signifiant « autel »[réf. nécessaire].

Le nom gallo de la localité est Allé[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le fanum de Léhéro, découvert en 1899 par le chanoine Le Mené, a livré plusieurs statues de Vénus en terre cuite[21].

Une portion de la voie romaine antique reliant les villes de Nantes et Vannes a été découverte lors de la construction d'une route express à quatre voies. Les travaux ont alors été interrompus et une équipe archéologique a été dépêchée pour procéder à des fouilles préventives avant de continuer les travaux[22],[23].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La mairie d'Allaire, vue de devant, avant travaux
La mairie d'Allaire, vue de devant, après travaux

La ville d'Allaire possède une médiathèque, comprenant un espace multimédia[24]. Elle comporte également un espace jeunes[25] géré par l'association La Fédé.

Écoles et collèges

La ville compte aussi deux écoles et un collège :

  • l'école privée Sainte-Anne est composée d'un bâtiment pour accueillir les classes de maternelle et un deuxième qui accueille les classes de primaire[26] ;
  • l'école publique Renaudeau[27].
  • le collège privé sous contrat Saint-Hilaire.[28] Il possède une salle de sport avec vestiaires et mur d'escalade.
Salle polyvalentes

La commune est équipée de deux salles polyvalentes :

  • la Ferme de Coueslé a été rénovée en 2013[29] ;
    Façade avant de la ferme de Coueslé
  • la Maison du Temps Libre[30].

Entreprises[modifier | modifier le code]

La ville compte quelques entreprises dont : les Celluloses de la loire (CDL)[31], Méhat[32].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune d'Allaire a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[33].

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[34].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1810 Jean Voisin    
1810 1829 Jean Fouesnel    
1829 1831 Julien Josso    
1831 1833 M. Richard    
1833 1835 Jean Voisin    
1835 1857 Julien Josso    
1857 1865 Jean-Marie Chemin    
1865 1870 Charles de Forges    
1870 1871 Raoul Marie Mathurin    
1871 1878 Charles de Forges    
1878 1881 Léon Le Comte    
1881 1882 Gaudence Guehenneux    
1882 1884 Pierre Fleury    
1884 1886 Paul de Forges    
1886 1888 Pierre Mouraud    
1888 1891 Paul de Forges    
1891 1896 Georges de Gibon    
1896 1900 Joseph Thaumoux    
1900 1923 Joseph Le Mauff   Conseiller général du Canton d'Allaire (1904-1910 / 1919-1923)
1923 1929 Jules Bocquel    
1929 1930 Jean Paris    
1930 1945 Jean Duval    
1945 1971 Honoré Lelièvre UDR Conseiller général du Canton d'Allaire (1945-1976)
1971 1995 René Le Coustumer DVD Conseiller général du Canton d'Allaire (1983-1994)
1995 2008 Daniel Baron PS  
2008
Réélu en 2014 et 2020[35]
En cours Jean-François Mary DVG-LREM Enseignant -
Président de la Redon Agglomération (depuis 2014)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[37].

En 2019, la commune comptait 3 886 habitants[Note 6], en augmentation de 4,27 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0152 0702 1061 8912 0292 0181 9752 1262 149
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1272 1852 2522 3002 2832 3792 3732 3582 374
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3262 3932 3202 1792 1652 1192 0962 1552 052
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 1032 2192 3942 6862 9903 1883 4873 5693 727
2018 2019 - - - - - - -
3 8663 886-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Le moulin de Brancheleux
  • Chapelle Sainte-Barbe

La chapelle Sainte-Barbe a été construite en 1484 sur ordre de Guillaume de Bogier le seigneur du Vaudequip.[40] La chapelle subit sa première restauration en 1715.

  • Chapelle Saint-Eutrope

La chapelle dont la construction date du 16e siècle fut restaurée en 1976.

  • Chapelle Saint-Étienne

La chapelle fut construite en 1576.

  • Chapelle de Laupo ou Loppo
  • Église Saint-Gaudens

L'église date d'avant le VIIIe siècle.

La première restauration de l'église date du XVIIe siècle et plus précisément dans l’année 1675[41],[42]. La restauration fut décidée par Messire Daniel Le Vaillant et financée en majorité par Gabriel de Kervérien (sieur de Vaudequip).

Une seconde restauration obtenue par le Conseil de Fabrique fut entreprise en 1867 concentrée sur la partie est de l'église (le chœur et le transept).

C'est dans l'année 1949 que les 4 cloches du clocher furent installées, puis électrifiées en 1955.

Le domaine du Moulin de Quip[modifier | modifier le code]

Le domaine du Moulin de Quip appartient à un particulier. En plus d'un moulin à eau et d'un étang le domaine possède une source d'eau chaude minéralisée (18 à 22 °C) [43]unique en Bretagne.

Étangs[modifier | modifier le code]

  • Étang de Quip, étang privé appartenant au domaine du Moulin de Quip.
Étang privé du Moulin de Quip en novembre 2020
  • Étang de Coueslé[44]

Manoirs et châteaux[modifier | modifier le code]

Vue de côté du château du Vaudequip.

Point d'intérêt[modifier | modifier le code]

  • Hameau "Le Vaubily"

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Allaire (Morbihan).svg

Les armoiries de Allaire se blasonnent ainsi :

D'azur à la colombe essorante d'argent, cantonnée de quatre alérions d'or.
(Armes de la famille d’Allaire).1


Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mairie d'Allaire Morbihan Bretagne Sud », sur www.allaire.fr (consulté le ).
  2. Telmedia, « Annuaire des communes / La CCPR / Accueil - Site de la Communauté de Communes du Pays de Redon », sur www.cc-pays-redon.fr (consulté le ).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Orthodromie entre Allaire et Saint-Jacut-les-Pins », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station météofrance Saint-Jacut-les-Pins - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station météofrance Saint-Jacut-les-Pins - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de Redon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Redon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  20. a et b (br) Erwan Vallerie, Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez = Traité de toponymie historique de la Bretagne, Le Relecq-Kerhuon, An Here, (ISBN 2-86843-153-4 et 978-2-86843-153-0, OCLC 63764620), p. 14
  21. Sandrine Talvas, Recherches sur les figurines en terre cuite gallo-romaines en contexte archéologique, Université de Toulouse-Le Mirail, 2007.
  22. Archives CD56, « Accueil », sur Archives départementales du Morbihan (consulté le ).
  23. POUILLE Dominique, RAP02007.pdf | déviation de la rd 775. Allaire/Rieux. dfs de diagnostic, Service régional de l'archéologie de Bretagne, (lire en ligne).
  24. RENY, « Allaire », sur www.mediatheques.cc-pays-redon.fr (consulté le ).
  25. « Mairie d'Allaire Morbihan Bretagne Sud », sur www.allaire.fr (consulté le ).
  26. « Mairie d'Allaire Morbihan Bretagne Sud », sur allaire.fr (consulté le ).
  27. « Ecole primaire publique Renaudeau, Passage Victor Hugo, 56350 Allaire », sur ecole-renaudeau.websco.fr (consulté le ).
  28. « Page d’accueil », sur Collège Saint Hilaire - Allaire (consulté le ).
  29. « Page La Ferme de Coueslé sur le site web de la commune d'Allaire », sur www.allaire.fr (consulté le ).
  30. « Page sur La Maison du Temps Libre sur le site web de la commune d'Allaire », sur www.allaire.fr (consulté le ).
  31. Axelles Nantes, « Celluloses de la loire CDL », sur www.cdl-moulded-fiber.com (consulté le ).
  32. « Méhat, son historique », sur mehat.fr (consulté le ).
  33. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 17/12/2009.
  34. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Allaire, consultée le 25 octobre 2017
  35. « Municipales à Allaire. Jean-François Mary élu par un conseil renouvelé », sur Maville.com, (consulté le ).
  36. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  37. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  40. « Allaire : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune chef lieu de canton) », sur www.infobretagne.com (consulté le ).
  41. « Allaire : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune chef lieu de canton) », sur www.infobretagne.com (consulté le ).
  42. Doyenné d'Allaire, « Paroisse d'Allaire », sur 56allaire.free.fr (consulté le ).
  43. H. Talbo, les manifestations thermales du Moulin de Quip à Allaire (56), Rennes, service géologique régional bretagne, , 68 p. (lire en ligne), p. 1.
  44. « Mairie d'Allaire Morbihan Bretagne Sud », sur www.allaire.fr (consulté le ).