Renac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renac
Mairie de Renac.
Mairie de Renac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Redon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Redon
Maire
Mandat
Patrick Baudy
2014-2020
Code postal 35660
Code commune 35237
Démographie
Gentilé Renacois, Renacoise
Population
municipale
974 hab. (2012)
Densité 38 hab./km2
Population
aire urbaine
52 758 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 13″ N 1° 58′ 30″ O / 47.7202777778, -1.97547° 43′ 13″ Nord 1° 58′ 30″ Ouest / 47.7202777778, -1.975  
Altitude 51 m (min. : 2 m) (max. : 94 m)
Superficie 25,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Renac

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Renac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Renac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Renac

Renac est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Renac fait partie du canton de Redon. Renac dépend de l'arrondissement de Redon, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne).

La commune est situé à l’extrême nord de la communauté de communes du Pays de Redon et au centre du pays de Redon et Vilaine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont, dans le sens horaire et en commençant par l'ouest, Bains-sur-Oust, Sixt-sur-Aff, Saint-Just, Langon, La Chapelle-de-Brain, Avessac, Sainte-Marie.

Rose des vents Sixt-sur-Aff Saint-Just Rose des vents
Bains-sur-Oust N Langon
O    Renac    E
S
Sainte-Marie Avessac La Chapelle-de-Brain

Toponyme[modifier | modifier le code]

Renac, Ranneg en breton moderne est un toponyme d’origine bretonne formée à partir du vieux breton ran « partie » (rann en breton moderne) et du suffixe d’origine gauloise -acum[1].

Formes anciennes[2] :

  • 832 : Ranhac
  • 846 : Rannac
  • 1516 : Regnac

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution française, Renac est la commune la plus favorable aux changements apportés par la Révolution de tout le district de Redon. Ainsi, elle accepte son curé constitutionnel dès décembre 1792[3] ; en 1793, alors que toutes les communes du district discutent des modalités de la levée en masse des 300 000 hommes, Renac termine rapidement la levée[4]. De même, les fêtes révolutionnaires sont généralement bien suivies, et mieux que dans le reste du district :

  • la fête du 26 messidor (14 juillet), instituée en 1794, est célébrée à Renac[5] ;
  • la célébration de l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, est bien suivie (à partir de 1795)[6] ;
  • les autres fêtes républicaines sont très suivies, comme l’anniversaire de la République à partir de 1797 (22 septembre, 1er vendémiaire[7]), la fête de la Jeunesse (le 10 germinal, soit le 30 mars[8]), la fête des Époux (le 10 floréal) , qui est aussi l’occasion de célébrer les mariages collectivement sous l’arbre de la liberté[9] ;
  • enfin, même les fêtes peu suivies ailleurs dans le département, comme la fête de la Reconnaissance (le 10 prairial[10]) ou celle de l’Agriculture, le 10 messidor[10], sont célébrées à Renac.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1895 1919 Maurice du Halgouët AL Polytechnicien - conseiller général -

député d'Ille-et-Vilaine

- - - - -
1945 1971 Michel du Halgouët DVD Entrepreneur - conseiller général
- - - - -
1995 2008 Georges Poirier UMP Instituteur
2008 2014 Yannick Derunes - Cadre de banque
2014 en cours Patrick Baudy - Professeur d'EPS

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 974 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 096 1 269 1 177 1 276 1 363 1 399 1 358 1 362 1 446
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 346 1 478 1 470 1 494 1 518 1 537 1 553 1 621 1 647
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 648 1 677 1 602 1 438 1 362 1 288 1 255 1 132 1 032
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
953 912 768 728 773 859 909 916 974
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-André.
Le château du Brossay

La commune compte un seul monument historique :

  • Moulin des Buttes Saint-Julien, début du XIXe, inscrit MH[13].

On trouve 526 fiches d’inventaires, notamment :

  • Église Saint-André.
  • Château du Brossay (datant de 1894[14]), sa chapelle[15] et sa ferme modèle ;
  • Château de la Touche, XVIIe[16] ;
  • Château de le Petit Bois[17] ;
  • Moulin de Faubuisson[18] ;
  • De nombreuses fermes et maisons.

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs espaces naturels protégés :

Du point de vue de la richesse de la flore, Renac fait partie des communes du département possédant dans leurs différents biotopes le plus de taxons, soit 584 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1373 taxons (118 familles).

On compte exceptionnellement près de la moitié des taxons à forte valeur patrimoniale (97 sur un total de 207) ; 44 taxons protégés et 66 appartenant à la liste rouge du massif armoricain (total départemental de 237) [22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Dubreuil, Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine, vol. 21, t. 4, coll. « Annales de Bretagne »,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L’origine des noms des communes d’Ille-et-Vilaine, Nous Vous Ille, février-mars-avril 2008, P. 49.
  2. KerOfis, base de données du Service Patrimoine Linguistique de l'Office Public de la Langue Bretonne.
  3. Dubreuil 1905, p. 403
  4. Léon Dubreuil, « Essai sur l’administration générale d’un district pendant la Révolution. Le district de Redon, 1er juillet 1790- 18 ventôse an IV », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 2, 1905, p. 233
  5. Dubreuil 1905, p. 397
  6. Dubreuil 1905, p. 398-399
  7. Dubreuil 1905, p. 401
  8. Dubreuil 1905, p. 402
  9. Dubreuil 1905, p. 405
  10. a et b Dubreuil 1905, p. 406
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  13. « Notice no PA00090670 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no IA35012972 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IA35013033 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IA35012999 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IA35012973 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no IA35013101 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 65.
  20. ZNIEFF530002049
  21. FR3800470
  22. Louis Diard, La flore d’Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :